PUBLICIDAD

Iberdrola

La Russie achète des armes à la Corée du Nord, selon les services de renseignement américains

Washington affirme que les sanctions ont forcé Moscou à se tourner vers de nouvelles alternatives pour ses fournitures militaires
corea-norte-misil-rusia

PHOTO/Korea Central News Agency/Korea News Service via AP  -   Tir d'essai d'un missile balistique intercontinental Hwasong-17, dans un lieu non divulgué en Corée du Nord, le 24 mars 2022

La Russie achèterait des millions d'obus et de roquettes à la Corée du Nord, montrant ainsi que les sanctions contre Moscou ont entravé ses voies d'approvisionnement habituelles, rapporte le New York Times.

Le journal, qui cite comme source des documents du renseignement américain récemment déclassifiés, affirme que les sanctions ont contraint la Russie à se tourner vers des "États parias" pour ses fournitures militaires. Outre les missiles à courte portée et les obus d'artillerie, un responsable américain a noté que la Russie devrait tenter d'acheter d'autres équipements à la Corée du Nord à l'avenir.

"Le Kremlin devrait être alarmé à l'idée de devoir acheter quoi que ce soit à la Corée du Nord", déclare au journal Mason Clark, qui dirige l'équipe chargée de la Russie à l'Institute for the Study of War (ISW). L'acquisition d'armes nord-coréennes montre que les sanctions contre la Russie fonctionnent, du moins sur le plan militaire.

corea-norte
AFP/AFP - Graphique sur les lancements de missiles et les essais nucléaires de la Corée du Nord avec des données mensuelles depuis 2012

Selon des responsables américains, ces mesures ont permis d'entraver l'achat d'armes ou d'éléments électroniques nécessaires à la fabrication d'armes, de sorte que le nouvel accord entre la Russie et la Corée du Nord "montre le désespoir de Moscou".

De même, Frederick W. Kagan, expert militaire à l'American Enterprise Institute, a déclaré au New York Times que "la seule raison pour laquelle le Kremlin devrait acheter des obus d'artillerie ou des roquettes à la Corée du Nord ou à tout autre pays est que Poutine n'a pas voulu ou n'a pas pu mobiliser l'économie russe pour la guerre".

Ce n'est pas la première fois que les services de renseignement américains accusent des pays tiers d'armer la Russie. En juillet, Washington a affirmé que l'Iran "se préparait" à livrer des drones à l'armée russe.

iran-rusia-drones
Armée iranienne/WANA (West Asia News Agency)/Propagande via REUTERS - Une vue d'un drone lors d'un exercice militaire dans un lieu non divulgué en Iran, dans cette image prise à main levée obtenue le 24 août 2022

Comme l'a expliqué le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan, les forces iraniennes se prépareraient à "former les troupes russes à l'utilisation de ces drones, les premières sessions de formation devant commencer début juillet". Toutefois, un responsable américain a révélé à Reuters que les drones russes de fabrication iranienne avaient subi de "nombreuses défaillances".

Quelques mois plus tôt, des rapports américains indiquaient que la Russie avait demandé une assistance en matière d'armement à la Chine, une information qui a ensuite été démentie par Moscou et Pékin. 

rusia-iran-drones
AFP PHOTO / HO / IRANIAN ARMY OFFICE - Cette image fournie par le bureau de l'armée iranienne le 25 août 2022 montre le lancement d'un véhicule aérien sans pilote (UAV ou drone) lors d'un exercice de deux jours dans un lieu non divulgué en Iran

Cependant, aucun des deux pays n'a modifié ses relations avec la Russie depuis le début de l'invasion, ni n'a condamné l'agression. En fait, les liens de Moscou avec ces deux pays se sont resserrés depuis le début de la guerre.

Moscou s'engage à dynamiser les relations avec Pyongyang

Il en va de même pour la Corée du Nord, avec laquelle la Russie s'est engagée à "développer des relations bilatérales globales et constructives", a déclaré le président Vladimir Poutine dans une lettre adressée à son homologue nord-coréen Kim Jong-Un, qui a répondu à la lettre en évoquant une "coopération stratégique et tactique, un soutien et une solidarité".

Le dirigeant nord-coréen a également souligné que le partenariat entre les deux pays impliquait "un nouveau scénario" centré sur "un front commun pour déjouer les menaces et les provocations militaires des forces hostiles", selon la BBC. La Corée du Nord a été l'un des rares pays à reconnaître officiellement l'indépendance des républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk, ce qui a incité l'Ukraine à suspendre ses relations diplomatiques avec Pyongyang. 

putin-kim-jong-un-rusia-corea-norte
PHOTO/YURI KADOBNOV via AP - Sur cette photo d'archives du jeudi 25 avril 2019, le président Vladimir Poutine et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, au centre, passent devant des officiers de la garde d'honneur lors de leur rencontre à Vladivostok, en Russie

La coopération actuelle entre la Russie et la Corée du Nord est si forte que l'analyste militaire russe Igor Korotchenko a même affirmé début août que le régime de Pyongyang prévoyait d'envoyer 100 000 soldats dans la guerre en Ukraine. Cependant, le Kremlin a démenti cette information.

"Nous pouvons affirmer en toute responsabilité que ces rapports sont des fausses nouvelles du début à la fin. De telles discussions ne sont pas en cours et il n'est pas prévu de déployer des volontaires nord-coréens", a déclaré Ivan Nechaev, chef adjoint du département de l'information et de la presse du ministère russe des Affaires étrangères.

rusia-maniobras-militares
AFP/KIRILL KUDRYAVTSEV - Des militaires russes tirent un obus lors de leur participation aux manœuvres militaires "Vostok-2022"
Poutine supervise la phase finale des manœuvres de Vostok-2022

Le président russe a assisté à une partie des exercices militaires Vostok-2022 qui se déroulent dans l'Extrême-Orient russe. Poutine a assisté à la phase finale des exercices avec le ministre de la Défense, Sergei Shoigu, et le chef d'état-major général, Valery Gerasimov, selon le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov. 

Selon Moscou, plus de 50 000 soldats et plus de 5 000 pièces d'équipement militaire, dont 140 avions et 60 navires, participent aux exercices Vostok 2022, qui ont débuté le 1er septembre. Les pays participants sont l'Algérie, le Belarus, la Chine, le Nicaragua et la Syrie.

Coordinateur pour les Amériques : José Antonio Sierra