PUBLICIDAD

Iberdrola

La semaine de l'internationalisation IMEX 2022 commence en mettant l'accent sur l'Afrique

Le ministère du Commerce, de l'Industrie et du Tourisme a accueilli la série de tables rondes d'introduction à une foire commerciale internationale axée sur le continent africain
secretaria de estado comercio

PHOTO/GUILLERMO LÓPEZ  -   La Secrétaire d'État au Commerce, Xiana Méndez

Le plus important salon du commerce extérieur du pays a ouvert sa 20e édition le lundi de Pâques avec une série de conférences axées sur le thème annuel du forum : l'Afrique. Lors de sa première journée de conférences, il est apparu clairement que pour le secteur des affaires espagnol ainsi que pour le gouvernement et ses institutions, l'Afrique est considérée comme un objectif clé et stratégique pour le commerce extérieur, comme en témoignent les relations commerciales avec le continent africain, qui dépassent déjà largement celles que l'Espagne entretient avec un partenaire plus traditionnel comme l'Amérique latine. 

Les discours d'ouverture de la semaine, qui s'est tenue au siège du ministère du Commerce, de l'Industrie et du Tourisme, sur le Paseo de la Castellana, ont été prononcés par la secrétaire d'État au Commerce, Xiana Mendez Bértolo, Angel Asensio Laguna, président de la Chambre de commerce de Madrid et Jaime Ussia, président d'IMEX, sous la coordination du directeur d'IMEX-Impulso Exterior, José Terreros Andreu. 

Une importante délégation de représentants des institutions et du secteur privé des pays partenaires de cette 20ème édition y a participé. Parmi eux, Victor Francisco Dos Santos Fernandez, ministre de l'Industrie et du Tourisme de l'Angola. Des délégations de la Guinée équatoriale, du Ghana, de la Gambie, du Mozambique et de nombreux autres pays ont également participé à l'événement. 

Ángel Asensio presidente Cámara Comercio
PHOTO/GUILLERMO LÓPEZ Ángel Asensio, président de la Chambre de commerce de Madrid

Lors de la table d'ouverture, Angel Asensio, président de la Chambre de commerce de Madrid, a souligné que le commerce espagnol est le pays de l'Union européenne qui a le plus progressé en termes d'internationalisation. " Il a connu une croissance de 21% l'année dernière, alors que la moyenne de l'Union européenne est de 17%. C'est un chiffre très important pour les institutions qui se consacrent à l'internationalisation", a déclaré Asensio, expliquant que l'Espagne a réussi à augmenter ses exportations de 7 %, selon les dernières données traitées par l'IMEX. "De plus, nous avons réussi à faire en sorte que les exportations ne soient pas intermittentes, mais continues", a ajouté le président de la Chambre de commerce de Madrid. 

Son discours a été suivi par celui de la secrétaire d'État au commerce, Xiana Méndez Bértolo, qui a salué la capacité du commerce extérieur espagnol à se remettre de la pandémie de COVID, ainsi que son rôle fondamental pour la société et l'économie espagnoles. La secrétaire d'État a poursuivi son intervention dans le cadre de la stratégie à moyen terme de l'Agenda 2030 du gouvernement espagnol, en mettant l'accent sur le cadre de durabilité dans lequel les entreprises espagnoles exercent leur activité, un cadre indispensable qui constitue " un élément différenciateur et donc un avantage comparatif ", a déclaré Méndez Bértolo. "La durabilité permet également d'accéder à des niches de marché et à de nouvelles sources de financement".

Mesa redonda de Javeir
PHOTO/GUILLERMO LÓPEZ Les membres de la première table ronde "Situation des affaires en Afrique"

La situation de l'Afrique pour le développement des entreprises


De nombreuses prémisses exposées au début de la journée ont ensuite été reprises par le premier panel de la conférence, animé par le directeur d'Atalayar, Javier Fernández Arribas, avec la participation de trois femmes spécialisées dans les relations commerciales et le développement en Afrique. Ce panel était composé de Ana Vicente Lancho, sous-directrice générale pour les pays méditerranéens, l'Afrique et le Moyen-Orient, au sein du ministère du Commerce, de l'Industrie et du Tourisme ; Marta Blanco Quesada, présidente de CEOE International et Teresa Langle de Paz, directrice générale de la Fondation Women for Africa.

Ils ont principalement abordé la question de la perception du risque commercial face à l'aventure de l'implantation en Afrique. Du point de vue, sur lequel les trois intervenantes se sont accordées, la méconnaissance du continent africain et des systèmes de nombre de ses pays de la part de la communauté d'affaires espagnole freine souvent les initiatives d'investissement en Afrique et la pénétration des entreprises, par crainte d'un manque d'instabilité politique et fiscale ou d'un cadre réglementaire correct pour un bon développement des affaires. 

Ana de Vicente Lancho a souligné que, comme l'a indiqué l'Institut Elcano dans une étude réalisée en novembre, il a été démontré que de nombreux pays africains ont un climat social et juridique plus approprié que certains autres pays européens, et que la perception du risque de la part des entreprises diminue énormément une fois qu'elles ont entrepris une action commerciale en Afrique. 

primera mesa redonda
PHOTO/GUILLERMO LÓPEZ Teresa Langle et Marta Blanco pendant leurs interventions

À la demande du modérateur, Teresa Langle, directrice de la Fondation Women for Africa, a fourni des données très puissantes sur cette Afrique inconnue. "En Afrique subsaharienne, 70 % de la main-d'œuvre est féminine. Elles ne sont pas incluses dans l'économie formelle, mais elles constituent la majorité des travailleurs dans certains pays. Dans certains pays, les femmes représentent jusqu'à 85 % de la main-d'œuvre", a déclaré Langle dans son discours. Selon sa fondation, non seulement les femmes constituent la majeure partie de la main-d'œuvre, mais l'Afrique compte proportionnellement le plus grand nombre de femmes dans les conseils d'administration des entreprises. "En raison de la pénétration des femmes dans la population active, l'économie est davantage axée sur la communauté. Ils portent le flambeau et ouvrent la voie", a conclu Langle. 

Le temps de l'Espagne en Afrique est venu 

Une phrase a été répétée tout au long de la journée : "L'Afrique n'est pas seulement l'avenir, elle est déjà le présent", ce qui correspond tout à fait au thème de la deuxième table ronde. Parmi les participants à cette table ronde figuraient Irene Lozano, directrice de Casa Árabe ; Alicia Rico Pérez del Pulgar, directrice générale pour l'Afrique au ministère des Affaires étrangères ; José Segura Clavell, directeur de Casa África ; Ricardo Santamaría Burgos, directeur du risque pays et de la gestion de la dette au CESCE ; et Jaime Montalvo, directeur des affaires internationales à la Chambre de commerce espagnole. 

La table a été ouverte par la directrice pour l'Afrique du département des Affaires étrangères, qui a souligné l'importance de l'accord de libre-échange pour l'Afrique, non seulement pour les intérêts commerciaux qu'il offrirait à long terme, mais aussi pour son caractère symbolique, car il a obtenu la signature de tous les dirigeants africains siégeant à l'Union africaine. Une réussite de la diplomatie et des relations internationales selon Rico Pérez del Pulgar. Deux experts en relations diplomatiques d'institutions espagnoles lui ont donné raison, les directeurs des Maisons arabes et africaines, qui ont rappelé la profondeur et la diversité des relations de l'Espagne avec certains de ces pays africains, notamment le Maroc. 

segunda mesa redonda
PHOTO/GUILLERMO LÓPEZ Deuxième panel avec Irene Lozano, Jaime Montalvo et José Terreros

Jaime Montalvo, directeur des affaires internationales de la Chambre de commerce espagnole, a pour sa part ventilée certaines des données et des points les plus importants qui expliquent le succès du commerce extérieur de l'Espagne. Il a souligné le chiffre de 40 000 exportateurs qui démontrent leur capacité à développer des projets à l'étranger, les nombreux mécanismes de promotion des entreprises par l'administration espagnole, ainsi que les ressources financières. 

Pour sa part, Ricardo Santamaría Burgos, directeur du risque pays et de la gestion de la dette au CESCE, a mis les points sur les i en rappelant qu'il existe des menaces en termes de commerce extérieur avec l'Afrique, localisées dans certaines zones spécifiques qui sont affectées par trois problèmes principaux : La montée du djihadisme dans certaines régions, et l'instabilité qu'elle entraîne. L'instabilité politique qui se résume aux 5 coups d'état que l'Afrique a subi au cours des 18 derniers mois, et enfin l'évolution de la dette et l'incapacité de certains pays africains à obtenir des financements, ce qui rend très difficile la promotion de leur économie. 

La semaine de l'internationalisation de l'IMEX continuera à développer ces thèmes concentrés autour de l'Afrique les 19, 20, 21 et 22 lors de ses conférences tenues à Madrid avec la présence de délégations de presque tous les pays africains et du secteur des affaires des deux côtés de la Méditerranée.