PUBLICIDAD

Iberdrola

La surpopulation carcérale, un problème croissant en Amérique latine

La plupart des pays d'Amérique latine ont un système pénitentiaire en crise, dépassé par ses capacités et ses ressources
atalayar_presos america latina

 -  

Le 28 septembre, l'Équateur a connu sa troisième émeute de prison depuis le début de l'année, à la Penitenciaría del Litoral, dans la ville de Guayaquil. L'événement a entraîné la mort de 119 prisonniers, ce qui en fait la pire émeute carcérale de l'histoire du pays andin et met en lumière la grave crise carcérale que traverse la nation.

Cette situation se répète dans les prisons d'Amérique latine, où des affrontements meurtriers se propagent entre les détenus, en raison de conditions telles que la surpopulation, la précarité et la négligence des autorités, caractéristiques qui font des systèmes pénitentiaires les plus agressifs au monde.

Le massacre de la prison de Guayaquil a une fois de plus placé la situation et les conditions des prisons latino-américaines au centre de la controverse, notamment la situation de surpopulation et d'effondrement en leur sein

atalayar_carceles america latina

L'Institute for Crime and Justice Policy Research (ICPR) du Royaume-Uni, en collaboration avec le World Prison Brief (WPB), la principale base de données mondiale sur les questions pénitentiaires, a établi un classement des niveaux d'occupation des prisons, qui place l'Équateur à la 18e place.

La surpopulation carcérale en Équateur est un problème critique. Selon les chiffres officiels, les 52 prisons du pays accueillent plus de 39 000 détenus, soit bien au-delà de leur capacité. Selon les experts, le taux d'occupation des prisons équatoriennes, qui est de 133 %, est l'un des facteurs à l'origine des tragédies survenues dans les prisons du pays cette année.

Malgré ces chiffres alarmants, l'Équateur ne figure même pas parmi les 10 pays d'Amérique latine et des Caraïbes dont les prisons sont les plus surpeuplées. Cinq pays comptent trois ou quatre fois plus de détenus dans leurs prisons

atalayar_carceles america latina

Haïti

Les pires données sont celles recueillies par le système pénitentiaire en Haïti, où le taux d'occupation des prisons atteint 454,4 %, ce qui affecte le contrôle des prisons et entraîne une augmentation de la violence et des mauvaises conditions de détention.

La principale cause de cette situation de surpopulation est due au système de détention provisoire, où 81,9 % des prisonniers sont détenus sans procès et n'ont parfois jamais de verdict, selon les données du World Prison Brief.

Le rassemblement massif de prisonniers exacerbe une crise pénitentiaire à laquelle s'ajoute le manque de préparation des agents pénitentiaires, ce qui rend les tentatives d'évasion banales dans les prisons, où l'absence d'autorité de l'État est une réalité.

carceles america latina

Guatemala

Le pays d'Amérique centrale a triplé la capacité de ses prisons, qui sont actuellement à 367,2 % de leur taux d'occupation maximal.

Selon les données de la Direction générale du système pénitentiaire (DGSP), au 13 septembre 2021, 12 077 personnes sont en détention provisoire et 12 865 ont reçu une condamnation définitive, ce qui se traduit par un total de 24 942 prisonniers dans un système pénitentiaire effondré.

carceles america latina

Les statistiques du système pénitentiaire (SP) révèlent un problème de surpopulation dans les prisons guatémaltèques, qui ne cesse d'augmenter dans des prisons comme celle de Mariscal Zavala, où la capacité de 135 détenus a déjà été dépassée pour atteindre 262.

Selon El Periódico, les prisons guatémaltèques qui comptent le plus grand nombre de détenus sont Granja Penal Pavón, Granja Canadá, Preventivo de la zona 18, Granja Cantel, Puerto Barrios et Pavoncito.

Bolivia

Le pays indique que la capacité de ses prisons est de 269,9 %, ce qui est bien supérieur à leur capacité nominale. Face à cette situation, le gouvernement a proposé différents procédés pour désengorger son système pénitentiaire.

En février 2021, un décret présidentiel approuvé par l'Assemblée législative plurinationale de Bolivie a accordé une grâce pour des raisons humanitaires à des milliers de personnes qui étaient en prison sous le gouvernement de Jeanine Añez, et a libéré celles qui étaient emprisonnées à tort.

carceles america latina

"Il est destiné à bénéficier à un total de 3 180 prisonniers, 2 781 hommes et 399 femmes des différentes prisons du pays. Le ministère de la Justice et de la Transparence institutionnelle a confirmé que les principaux groupes sont les femmes enceintes, les personnes âgées, les parents d'enfants de moins de 12 ans ou handicapés, les persécutés politiques et les victimes de retards dans l'administration de la justice.

Grenade

En quatrième position et avec une population de 112 003 habitants, la Grenade, l'un des pays les moins peuplés, est l'une des nations d'Amérique latine dont le système pénitentiaire s'est effondré. Ses prisons sont à 233,08 % de leur capacité, soit plus du double de ce qu'elles autorisent.

carceles america latina

Pérou 

Elle occupe la cinquième place de ce classement, avec 223,6 % de surpopulation carcérale, un problème qui persiste au fil des ans

En février 2020, selon les informations de l'Institut national pénitentiaire (INPE), environ 48 % des détenus n'avaient pas de peine, c'est-à-dire qu'environ la moitié des détenus sont en attente de condamnation.

Un exemple de la surpopulation des prisons péruviennes est la prison de Jaen, dont la capacité de 50 détenus a été dépassée de 540 % il y a un an, pour atteindre un total de 320 détenus, selon les données fournies par l'INPE.

carceles america latina

Selon le classement du World Prison Brief, en Amérique du Sud, le Suriname est le seul pays dont les prisons ne sont pas surpeuplées, avec un taux d'occupation de 75,2%. Il est suivi en deuxième position par le Chili, avec 100,4% de sa capacité. Pendant ce temps, en Amérique centrale, seul le Belize reste à 49,8%, suivi du Mexique avec un taux de 101,8%.

Ces données montrent que la majorité des nations d'Amérique latine ont un système pénitentiaire en crise qui, selon l'Institut de recherche sur les politiques en matière de criminalité et de justice (ICPR), atteint un taux d'occupation moyen de 160 % dans la région, avec des pays qui multiplient par trois et quatre la capacité de leurs prisons.

Un problème judiciaire

César Muñoz, chercheur principal au département Amérique latine de Human Rights Watch (HRW), estime que le principal problème de la surpopulation est "le système de justice pénale, et non le système pénitentiaire, qui ne décide pas qui s'y trouve". Il souligne également la lenteur des procédures judiciaires dans la plupart des pays de la région et leur "recours excessif à la détention provisoire".

carceles america latina

Les chiffres fournis par World Prison Brief sur le nombre de prisonniers détenus sans procès sont alarmants : au Paraguay, il est de 71,7% et en Bolivie de 65%. En moyenne, plus de 40 % des prisonniers en Amérique du Sud sont détenus sans condamnation. En Amérique centrale, le chiffre moyen est de 35%.

Drogues et gangs

L'une des principales raisons d'être en prison aujourd'hui est la vente de drogue", explique Sacha Darke, professeur associé de criminologie à l'université de Westminster au Royaume-Uni, spécialiste des systèmes pénitentiaires en Amérique latine. Mais la plupart des personnes emprisonnées ne sont pas des trafiquants de drogue, mais "des jeunes qui servent d'intermédiaires entre ceux qui vendent et ceux qui achètent", souligne M. Darke.

carceles america latina

L'hégémonie et le pouvoir des groupes criminels se manifestent également dans le contrôle des prisons, où ils imposent leur supériorité par des émeutes et des assassinats. Selon les experts, cette situation est due en grande partie à la surpopulation carcérale : "La surpopulation carcérale favorise la croissance des réseaux criminels car le contrôle de l'État est moindre", explique César Muñoz.

Alternatives à l'emprisonnement 

Le nombre de personnes privées de liberté dans le monde n'a cessé d'augmenter, faisant peser une charge financière sur le gouvernement et affectant la cohésion sociale de la société, selon un manuel de stratégie visant à réduire la surpopulation carcérale élaboré par l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) avec la coopération du Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

carceles america latina

Le document montre que le recours excessif à la détention provisoire peut être coûteux pour le pays, car il comprend les installations pénitentiaires, les frais d'enquête et les procédures judiciaires. L'organisation suggère comme solution possible d'encourager les tribunaux à adopter des mesures alternatives à l'emprisonnement au lieu de l'emprisonnement à court terme, favorisant ainsi l'utilisation de sanctions non privatives de liberté.