PUBLICIDAD

Iberdrola

La tension monte à la frontière israélo-libanaise

Israël a lancé plusieurs attaques contre le sud du Liban en réponse à de précédentes attaques libanaises
atalayar_ejercito Israel

 -  

L'armée israélienne a annoncé des attaques dans le sud du Liban en réponse à des tirs de roquettes en provenance du territoire libanais. Ce type d'offensive n'a pas eu lieu depuis la guerre de juillet 2006 qui a opposé les deux pays pendant plus de 30 jours. Comme l'ont indiqué les Forces de défense israéliennes (FDI), les avions de chasse ont "frappé des sites de lancement et des infrastructures utilisés pour le terrorisme au Liban".

Des sources libanaises ont déclaré au média arabe Al-Sharq que les cibles des avions israéliens étaient les environs de la ville d'Al-Aishiya, près des villes de Jezzine, Nabatieh et Marjayoun. La chaîne de télévision Al-Manar, liée au Hezbollah, a également rapporté les opérations israéliennes, affirmant avoir frappé une zone vide vers 2 heures du matin. Avichay Adraee, porte-parole de l'armée hébraïque, a déclaré que ces actions dans la zone "se poursuivront et pourraient s'intensifier" face aux tentatives d'"attaquer Israël et ses citoyens". L'armée libanaise, quant à elle, a fait état de 92 obus israéliens, dont certains ont provoqué un incendie dans le village de Rashaya al-Fukhar.

Plus tôt dans la journée de mercredi, des alarmes de raid aérien ont été déclenchées dans plusieurs endroits du nord d'Israël, dont Kiryat Shemona, Tel Jai et le kibboutz Kafr Giladi. Les autorités hébraïques n'ont pas fait état de dégâts matériels ni de victimes humaines, mais ont indiqué qu'une des roquettes était tombée à l'intérieur du territoire libanais. L'une des roquettes qui a pénétré en Israël a provoqué plusieurs incendies près de Kiryat Shemona, une ville de 20 000 habitants. D'autre part, le système de défense israélien Dôme de fer, très efficace, a intercepté certaines des roquettes.

atalayar_avichai edrai

"Le tir de roquettes depuis le Liban sur des civils israéliens est non seulement un acte de terrorisme, mais aussi une indication du manque de leadership du gouvernement libanais vis-à-vis des organisations terroristes opérant au Liban", ont tweeté les Forces de défense israéliennes. Adraee, son porte-parole, a également blâmé le gouvernement de Beyrouth, soulignant qu'il "porte l'entière responsabilité de tous les coups de feu tirés depuis son territoire". Il a également souligné "l'absence de contrôle de l'État libanais sur ces activités". "Israël ne permettra pas que sa souveraineté soit attaquée", a-t-il ajouté. Bien que le gouvernement israélien n'ait pas officiellement accusé un groupe en particulier, un responsable hébreu a affirmé que les groupes liés au Hamas étaient à l'origine des attaques, et non le Hezbollah. Cependant, la milice chiite, qui a une forte influence dans le sud du Liban, aurait consenti à ce que des roquettes soient tirées sur Israël.

atalayar_milicias sur libano

Cette nouvelle escalade de la tension à la frontière libano-israélienne intervient à un moment politiquement sensible dans les deux pays. Alors que la nouvelle coalition israélienne tente de maintenir la paix avec le Hamas grâce à un cessez-le-feu qui a mis fin à une guerre de 11 jours, la frontière nord devient un nouveau front pour Tel Aviv. Ailleurs, le Liban est confronté à l'une des pires crises de son histoire. Najib Mikati, troisième Premier ministre en un an, a été chargé de former un nouveau gouvernement.

Israël et le Liban n'ont pas de relations diplomatiques et sont techniquement en guerre. Depuis la fin de la guerre de 2006, les régions frontalières des deux pays ont connu de fréquents épisodes de tension.

Les États-Unis, principal allié d'Israël, ont défendu les actions de Tel Aviv. "Israël a le droit de se défendre contre de telles attaques", a déclaré le porte-parole du département d'État, Ned Price. Il a condamné "l'attaque au missile lancée par des groupes armés basés au Liban contre Israël". M. Price a ajouté que Washington "restera engagé avec ses partenaires israéliens et libanais pour calmer la situation".

atalayar_hezbollah

Le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric, a déclaré que la mission de maintien de la paix de l'ONU, la FINUL, était au courant des tirs de roquettes libanais et de la réponse militaire israélienne. Le commandant Stefano Del Col de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL) a appelé à un cessez-le-feu et a exhorté les deux parties à "faire preuve de la plus grande retenue pour éviter toute nouvelle escalade".