PUBLICIDAD

Iberdrola

La Tunisie défend son rôle de plateforme de rencontre entre l'Afrique et l'Europe

La délégation tunisienne à l'IMEX-Madrid 2022 a expliqué certaines des réformes économiques qui facilitent l'entrée des entreprises espagnoles dans le pays et a appelé à une coopération commerciale accrue entre les deux pays
atalayar-mesa-invest-tunisia-new-opportunities-imex-2022

GUILLERMO LÓPEZ/PHOTO  -   Ibrahim Medini, directeur de FIPA-Tunisia pour l'Espagne et le Portugal

Malgré l'instabilité politique et sociale à laquelle l'État tunisien a dû faire face ces derniers mois, le pays d'Afrique du Nord a profité de l'espace offert par la semaine de l'internationalisation IMEX-Madrid 2022 pour défendre les avantages commerciaux de l'investissement et de l'entrepreneuriat sur son territoire

Tel était le principal objectif des représentants tunisiens lors de la table ronde "Investir en Tunisie, profiter des nouvelles opportunités", table ronde à laquelle ont participé l'ambassadrice de Tunisie en Espagne, Fatma Omrani, le conseiller économique de l'ambassade de Tunisie, Akrem Elaatar, et le directeur de FIPA-Tunisia pour l'Espagne et le Portugal, Ibrahim Medini. 

atalayar-mesa-invertir-tunez-nuevas-oportunidades-imex-2022
GUILLERMO LÓPEZ/PHOTO - Intervention d'Ibrahim Medini, directeur de FIPA-Tunisia pour l'Espagne et le Portugal, lors de la table ronde "Investir en Tunisie, saisir de nouvelles opportunités", à laquelle ont également participé Fatma Omrani, ambassadrice de Tunisie en Espagne, et Akrem Elaatar, conseiller économique à l'ambassade de Tunisie

La délégation tunisienne, qui participe pour la cinquième année consécutive à la Foire du commerce extérieur IMEX-Madrid, a voulu mettre en avant sa position stratégique en Méditerranée, en tant qu'enclave à mi-chemin entre le continent européen et le grand continent africain. Il a également souligné son identité arabe. "La Tunisie est un point de rencontre entre l'Afrique et l'Europe, avec des liens étroits avec la culture arabe", a déclaré l'ambassadrice Fatma Omrani.

L'ambassadrice a basé sa présentation sur quatre points principaux : l'avenir politique du pays, pour lequel un nouvel agenda politique est en cours d'élaboration afin de garantir la démocratie participative et l'État de droit ; les réformes du nouveau programme économique, à la recherche d'un modèle économique de développement intégral ; les relations entre l'Espagne et la Tunisie ; et l'importance du territoire tunisien en tant que point de rencontre entre les continents et les cultures. 

atalayar-mesa-invertir-tunez-nuevas-oportunidades-imex-2022
GUILLERMO LÓPEZ/PHOTO - Ibrahim Medini, directeur de FIPA-Tunisia pour l'Espagne et le Portugal, lors de son intervention à la table ronde "Investir en Tunisie, saisir de nouvelles opportunités"

Rien que dans ses relations avec l'Union européenne, la Tunisie s'est déjà imposée comme un partenaire commercial pionnier sur le continent africain, puisqu'elle est devenue en 2008 le premier pays de la région à signer un accord de libre-échange. Mais en ce qui concerne l'Espagne, et bien qu'elle représente le "quatrième client international pour les exportations tunisiennes et la même position en termes d'investisseurs étrangers", Akrem Elaatar a insisté sur le fait que "le potentiel des relations économiques est encore beaucoup plus important". Dans le même ordre d'idées, le conseiller économique de l'ambassade de Tunisie a fait l'éloge de la coopération hispano-tunisienne dans le domaine du commerce de l'agriculture et de l'industrie agroalimentaire (avec des exemples tels que l'huile d'olive et les dattes). 

Toutefois, l'exposé consultatif le plus technique de la table a été présenté par le directeur de FIPA-Tunisia, Ibrahim Medini, qui a expliqué les processus de libéralisation économique que connaît actuellement le marché tunisien. Ainsi, après qu'Akrem Elaatar ait loué la forte ligne de crédit du Fonds pour l'internationalisation des entreprises (FIEM), qui s'élève déjà à deux millions d'euros et qui a été promue par le ministère de l'Industrie, du Commerce et du Tourisme, pour les PME en Tunisie, Ibrahim Medini a abordé des questions telles que la loi sur l'investissement de 2017. Une réglementation qui a introduit la liberté totale de participation étrangère aux investissements dans le pays, en plus d'une réduction des autorisations et permis nécessaires, et de la rationalisation de l'entreprenariat. 

atalayar-mesa-invertir-tunez-nuevas-oportunidades-imex-2022
GUILLERMO LÓPEZ/PHOTO - Ibrahim Medini, directeur de FIPA-Tunisia pour l'Espagne et le Portugal, lors de son intervention à la table ronde "Investir en Tunisie, saisir de nouvelles opportunités"

"La Tunisie vise à faciliter la création d'entreprises", a souligné Medini, en se référant à la nouvelle loi transversale pour l'amélioration des investissements et des affaires ; et en soulignant, dans ce même domaine, la réforme du "Start Up Act" pour simplifier les procédures administratives pour les investissements et les initiatives entrepreneuriales. A cet égard, le directeur de FIPA-Tunisie a rappelé certains des secteurs qui connaissent une croissance progressive, tels que les infrastructures, l'aéronautique, l'agroalimentaire, etc. pour lesquels il a appelé à un plus grand partenariat commercial. "Nous devons travailler pour améliorer cette coopération", a-t-il souligné. 

La table ronde "Investir en Tunisie, saisir de nouvelles opportunités" s'est achevée par la projection d'une vidéo promotionnelle de la richesse socioculturelle et commerciale de la Tunisie, et par une dernière intervention enregistrée du président du TABC (Tunisia African Business Council), Anis Jaziri, qui a souligné les relations commerciales historiques entre l'Espagne et la Tunisie