PUBLICIDAD

Marruecos

La Tunisie ouvre une enquête sur la mort de l'ancien président Essebsi

Les politiciens tunisiens ont à plusieurs reprises remis en question les causes de la mort de l'ancien dirigeant tunisien, et certains ont même lié le parti Ennahda à sa mort.
essebi

PHOTO/BERND von JUTRCZENKA  -   Le président tunisien Beji Caid Essebsi, décédé à l'âge de 92 ans, restera dans les mémoires comme une figure centrale de l'histoire récente et tumultueuse de la Tunisie.

La ministre tunisienne de la Justice, Leila Jaffel, a ordonné aux procureurs d'ouvrir une enquête sur la mort de Béji Caïd Essebsi, comme le rapporte l'agence de presse tunisienne TPA. L'ancien président est décédé le 25 juillet 2019 à l'âge de 92 ans dans un hôpital de la capitale après que sa santé se soit détériorée. Une enquête a été ouverte plusieurs mois après la mort de l'ancien président, mais elle a été classée faute de preuves, la cause officielle du décès étant une crise cardiaque. Cependant, les rumeurs d'un possible empoisonnement se sont multipliées ces dernières années. Selon le journal Haaretz, on soupçonne même l'envoi de pain empoisonné ou d'une substance mortelle au bureau présidentiel. 

Le fils d'Essebsi, Hafez, a indiqué dans des interviews récentes que son père était tombé gravement malade à la suite d'une "intoxication alimentaire". Hafez a affirmé sur la chaîne de télévision nationale Attessia TV que son père lui avait dit, ainsi qu'à sa sœur, "qu'une "bombe" avait été placée dans son estomac". "J'ai exprimé des doutes quant aux circonstances suspectes de la mort de mon père, malgré la supervision et les efforts du personnel médical de l'hôpital militaire de Tunis", a-t-il ajouté. En raison de la décision du ministère de la justice, Hafez a remercié les autorités d'avoir ouvert l'enquête. "Le peuple et sa famille ont le droit de connaître la vérité", a-t-il écrit sur sa page Facebook.

El presidente tunecino Beji Caïd Essebsi pronuncia un discurso durante la ceremonia de conmemoración del 62º aniversario de la independencia de Túnez en el Palacio de Cartago, en las afueras de la capital, Túnez, el 20 de marzo de 2018. AFP PHOTO / FETHI BELAID
AFP PHOTO / FETHI BELAID - Le président tunisien Béji Caïd Essebsi prononce un discours lors d'une cérémonie commémorant le 62e anniversaire de l'indépendance de la Tunisie au palais de Carthage, dans la banlieue de la capitale Tunis, le 20 mars 2018.

"Le défunt président était un président pour tous les Tunisiens sans exception, et a un fort symbolisme pour tous, reflété lors de ses funérailles solennelles, lorsque son peuple est sorti pour son dernier adieu", a-t-il ajouté. Essebsi a joué un rôle clé après les manifestations du printemps arabe. Après la fuite du président Ben Ali, Essebsi a participé à la rédaction d'une nouvelle constitution démocratique et a conduit le pays à des élections en 2014, qu'il a remportées. Pendant son mandat, il s'est concentré sur l'amélioration de l'éducation et de la situation des femmes tunisiennes. Essebsi, après 44 ans, a aboli une loi interdisant aux femmes tunisiennes d'épouser des hommes non musulmans.

Le parti Ennahda sous les projecteurs

Naji Jalloul, ancien ministre et secrétaire général de Nidaa Tounes, le parti fondé par Essebsi, a également remis en question les causes "officielles" de la mort d'Essebsi. Tounes a affirmé qu'Essebsi "était en bonne santé quelques jours seulement avant sa mort".

Cependant, c'est le cheikh Mohamed Hentati qui a pointé du doigt directement les auteurs présumés de la mort d'Essebsi. Selon Hentati, le parti islamiste Ennahda serait à l'origine de l'empoisonnement du dirigeant tunisien. Hentati, qui a été arrêté à plusieurs reprises ces dernières années, a récemment affirmé à la télévision avoir la preuve du crime. "Le ministère de la Défense n'a pas pu révéler le rapport médico-légal et déterminer la véritable cause du décès", a expliqué Hentati, rapporte Asharq al-Awsat. Les médias arabes rappellent également que quelques jours avant sa mort, Essebsi a présidé une session du Conseil de sécurité nationale, au cours de laquelle il a accusé Ennahda de disposer d'un appareil secret fonctionnant en parallèle avec l'État, ce que la formation politique a toujours nié.

PHOTO/KHALED NASRAOUI  -   El Parlamento de Túnez, en una imagen de archivo
PHOTO/KHALED NASRAOUI - Le Parlement tunisien, dans une image d'archive.

La mort d'Essebsi a toujours été au centre des soupçons, et les accusations contre Ennahda ne sont pas nouvelles. En effet, quelques semaines après la mort de l'ancien président, un député de Nidaa Tounes a réclamé la "vérité" sur cette affaire et a pointé du doigt la formation islamiste. "Le président est-il mort de mort naturelle ou a-t-il été empoisonné ? Les Tunisiens veulent savoir. Pour ma part, je soupçonne un empoisonnement car peu avant sa mort, le président avait exigé la vérité sur l'appareil sécuritaire d'Ennahda", avait alors déclaré Fatma Mseddi, selon le média tunisien Le Presse de Tunisie. Mondher Belhaj Ali, ancien chef du parti d'Essebsi, a également fait référence à la mort suspecte de l'ancien président en octobre dernier. "Deux semaines avant de tomber malade, Essebsi m'avait révélé son intention de mener une bataille contre l'appareil secret d'Ennahda", ajoute le journal tunisien.

Les membres d'Ennahda sont assignés à résidence "pour préserver la sécurité et l'ordre publics"

Les accusations portées contre Ennahda interviennent alors que plusieurs membres du parti politique sont assignés à résidence sur ordre du gouvernement de Kaïs Saied. Le dirigeant d'Ennahda et ancien ministre de la Justice Noureddine Bhiri et l'ancien conseiller du ministère de l'Intérieur Fathi Beldi ont été arrêtés "pour préserver la sécurité et l'ordre publics". Les avocats de Bhiri ont déposé une plainte auprès du parquet contre le président Saied et le ministre de l'intérieur Tawfiq Sharaf el-Din pour l'arrestation du leader d'Ennahda. Bhiri a également entamé une grève de la faim et, selon des sources du parti, son état est "fragile". Le ministre de l'intérieur s'est défendu contre ces allégations, affirmant que "les décisions ne sont pas arbitraires et que nous agissons dans le cadre de la loi". "Durant la dernière période, des mouvements suspects et des craintes d'un retour de bâton ont été observés, ce qui explique davantage ces arrestations et assignations à résidence pour préserver l'ordre public", a expliqué El-Din, rapporte Le Presse de Tunisie.

PHOTO/REUTERS - Simpatizantes del mayor partido político de Túnez, el islamista Ennahda, marchan durante una manifestación en oposición al presidente Kais Saied, en Túnez, Túnez 27 de febrero de 2021
PHOTO/REUTERS - Des partisans du plus grand parti politique de Tunisie, l'islamiste Ennahda, défilent lors d'une manifestation d'opposition au président Kais Saied, à Tunis, le 27 février 2021.

En juillet dernier, le président tunisien a gelé le gouvernement et assumé les pleins pouvoirs gouvernementaux afin de "protéger l'État". Saied a également ordonné la suspension des travaux du Parlement, qui était alors à majorité Ennahda. Le président Saied cherche par ces mesures à limiter l'influence des Frères musulmans, qui sont liés au parti islamiste Ennahda. Cette formation politique a gagné en popularité après les soulèvements de 2011 et a même fait partie de la Troïka, la coalition qui a gouverné le pays pendant la période constituante post-révolutionnaire après le renversement de Ben Ali. Cependant, comme dans d'autres pays de la région, les islamistes ont perdu en popularité au fil des ans, et bien qu'ils aient remporté la première place aux élections législatives de 2019, ils ont perdu beaucoup de soutien par rapport aux années précédentes.