PUBLICIDAD

Iberdrola

La Turquie soutient un gazoduc en provenance d'Israël dans un contexte de crise énergétique

Ankara fait pression en faveur d'un gazoduc qui pourrait transporter le gaz israélien de la Turquie vers l'Union européenne, lui donnant ainsi une part du gâteau énergétique de la Méditerranée orientale
erdogan-herzog

AFP PHOTO/Turkish Presidential Press Service/Mustafa KAMACI  -   Le président turc Recep Tayyip Erdoğan serre la main de son homologue israélien Isaac Herzog après une conférence de presse conjointe à Ankara.

Recep Tayyip Erdoğan a indiqué lundi dernier, dans une interview accordée au média local Yeni Şafak, que Tel Aviv et Ankara allaient bientôt entamer des négociations concernant l'expédition de gaz naturel israélien vers l'Europe via la Turquie. Le président turc a également souligné que des signaux positifs avaient déjà été reçus de Tel Aviv. "Il y aura des réunions entre notre ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles et les responsables israéliens à cet égard. Pour l'instant, les perspectives sur cette question sont positives", a annoncé Erdoğan.

Ces déclarations interviennent dans un contexte de rapprochement entre Ankara et Tel-Aviv, après une décennie de fortes tensions bilatérales sur la question palestinienne, Erdoğan se positionnant comme le grand défenseur des droits des Palestiniens. Mais récemment, Ankara aurait adopté une position plus modérée, limitant ses critiques même face aux récents affrontements entre Palestiniens et forces israéliennes à al-Aqsa.

erdogan-turquia-presidente
PHOTO/REUTERS  -  Le président turc Recep Tayyip Erdogan lors d'une conférence de presse à Istanbul.

En mars, le président israélien Isaac Herzog s'est rendu en Turquie, le premier chef d'État israélien à le faire depuis plus de dix ans. Quelques semaines plus tard, le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Çavusoglu, a fait de même, devenant ainsi le premier officiel turc à se rendre en Turquie depuis 15 ans. À l'époque, le ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, avait décrit cette rencontre comme le début de l'ouverture d'un "nouveau chapitre" dans les relations bilatérales. En mars, Erdoğan a également indiqué la possibilité d'une prochaine visite de Naftali Bennet, le premier ministre israélien, qui pourrait parachever ce revirement. 

Un nouveau gazoduc vers la Turquie

La Turquie est une importante plate-forme énergétique régionale, qui achemine vers l'Europe du gaz en provenance d'Azerbaïdjan, de Russie et d'Iran, et prévoit d'en acheminer également depuis le Kurdistan irakien.

La possibilité de construire un pipeline entre Israël et la Turquie est sur la table depuis 2016. À l'époque, le projet ne s'est pas concrétisé en raison de tensions mutuelles, mais le récent rapprochement bilatéral et la demande croissante de gaz de la part d'une UE désireuse de réduire les importations de gaz russe ont donné un nouveau souffle à l'idée.

campo-gas-natural
PHOTO/REUTERS   -   Champ de gaz naturel Leviathan dans la mer Méditerranée, au large de Haïfa, en Israël.

Le gazoduc partirait du champ gazier israélien Leviathan, qui produit actuellement environ 12 milliards de mètres cubes (mmc) par an, quantité que les sociétés exploitantes (la société américaine Chevron et les sociétés israéliennes NewMed Energy et Ratio Oil) prévoient de porter à 21 mmc. Après avoir atteint la Turquie, l'approvisionnement israélien pourrait être acheminé vers l'Europe via le corridor gazier sud, une série de gazoducs transportant du gaz naturel du Caucase du Sud aux Balkans. Selon Erdoğan, le projet a été discuté avec Herzog, et Ankara aurait reçu des signaux positifs.

Selon David Pollock, expert du Moyen-Orient au Washington Institute, "Israël souhaite accumuler autant de partenaires régionaux qu'il le peut et accueille favorablement la résolution des conflits avec ses principaux rivaux". Ainsi, poursuit Pollock, "Israël répond prudemment mais favorablement aux dernières propositions d'Ankara en matière de coordination maritime et énergétique, tout en maintenant des liens étroits avec la Grèce, Chypre et l'Égypte (ainsi qu'avec les Émirats arabes unis)".

La géopolitique de la Méditerranée orientale

La Méditerranée orientale possède d'importantes ressources gazières qui pourraient en faire une source idéale pour réduire les importations européennes de gaz russe, qui représentent jusqu'à 40 % du total. Mais les infrastructures de transport ne sont pas encore suffisamment développées, et la région a été le théâtre de vives tensions entre la Turquie et ses voisins sur la question de la délimitation maritime.

Auparavant, Israël, Chypre et la Grèce avaient convenu de construire le gazoduc EastMed vers l'Europe, auquel la Turquie s'oppose fermement car il traverse ce qu'elle considère comme sa zone économique exclusive et n'est pas concerné.

De nombreux doutes pèsent sur la viabilité économique et technologique d'EastMed, et en janvier, l'administration Biden a retiré le soutien américain au projet, précédemment accordé par l'administration Trump

buque-perforacion-turquia-mediterraneo
REUTERS/MURAD SEZER  -   Le navire de forage turc Yavuz en Méditerranée orientale, au large de Chypre.

Cela a été interprété par Erdoğan comme un soutien implicite, soulignant que le gaz de la région ne peut atteindre l'Europe que par son territoire. Entre-temps, la Turquie a saisi l'occasion pour sonder la possibilité d'un projet alternatif qui lui serait propre et qui lui permettrait d'obtenir une part du gâteau de la Méditerranée orientale.

Toutefois, un gazoduc reliant Israël à la Turquie devrait nécessairement passer par les eaux syriennes ou chypriotes. La première est irréalisable, étant donné l'inimitié entre Damas et Tel Aviv et la rupture des relations turco-syriennes après le déclenchement de la guerre civile dans le pays arabe. La deuxième possibilité est également très problématique en raison des mauvaises relations turco-chypriotes.

La Turquie ne reconnaît pas Chypre, un État membre de l'UE, mais la République turque de Chypre du Nord, un État sans reconnaissance internationale au-delà de la Turquie. En outre, Ankara et Nicosie se sont vivement opposés au sujet des ressources gazières autour de l'île, et la Turquie a déployé à plusieurs reprises des navires d'exploration et sa flotte dans les eaux chypriotes.

reunion-EMFG
PHOTO/REUTERS - Photo d'archive de la troisième réunion du Mediterranean Gas Photo

Alors que les tensions en Méditerranée orientale se sont apaisées ces derniers mois, il semble peu probable que Nicosie soit disposé à approuver un projet qui profiterait à la Turquie et réduirait ses propres possibilités d'exportation de gaz vers l'Europe, tandis que Tel Aviv n'est pas non plus susceptible de renoncer à ses bonnes relations avec Chypre et la Grèce (le principal allié de l'île) sur la base d'un projet à l'avenir douteux.

"Le pipeline turco-israélien n'est pas politiquement réalisable à moins de trouver une solution au problème chypriote", a déclaré Alan Makovsky, expert au Center for American Progress, devant le Congrès américain. "Israël a déclaré qu'il ne ferait rien qui puisse nuire à ses liens avec la Grèce ou Chypre dans le cadre de ses relations renouvelées avec la Turquie, et la tentative de construire un pipeline vers la Turquie à travers la ZEE de Chypre aurait certainement cet effet", a conclu le politologue américain.

En outre, des doutes subsistent quant à la faisabilité de la construction de nouvelles infrastructures énergétiques gazières vers l'Europe, compte tenu des objectifs de l'UE visant à réduire sa consommation de gaz de 25 % d'ici à 2030 et à la ramener à zéro d'ici à 2050