PUBLICIDAD

Iberdrola

La victoire d'Al-Sadr est confirmée, ouvrant une nouvelle étape politique en Irak

Les appels des courants pro-iraniens ne sont pas acceptés et le Mouvement saddamiste ratifie sa victoire
al-sadr

REUTERS/ALAA AL-MARJANI  -   Le clerc chiite irakien Muqtada al-Sadr s'exprime après l'annonce des résultats préliminaires des élections législatives en Irak, à Najaf, en Irak, le 11 octobre 2021.

Les recours contre les résultats des élections du 10 octobre en Irak n'ont pas été acceptés par la Commission électorale. Il appartiendra désormais à la Cour fédérale de ratifier définitivement les résultats, qui donnent une large victoire au Mouvement saddamiste. En 2018, la formation dirigée par le clerc chiite Muqtada al-Sadr était déjà la formation la plus votée, atteignant 54 sièges qui, à cette occasion, n'étaient pas suffisants pour former un gouvernement. Aujourd'hui, cependant, les 73 sièges remportés devraient suffire à former un nouveau gouvernement, surtout après le déclin significatif de l'Alliance Fatah, soutenue par l'Iran, qui est passée de 48 à 14 sièges.

Un gouvernement entre le Mouvement sadriste, le Taqadum et le Parti démocratique du Kurdistan semble être l'alternative la plus réaliste à ce stade. Muqtada al-Sadr pourrait se rapprocher du Taqadum (Parti du progrès) - une formation sunnite dirigée par le président du Parlement, Mohamed al Halbusi - et du Parti démocratique du Kurdistan qui, bien qu'ayant soutenu le gouvernement précédent, pourrait être ouvert à la négociation avec al-Sadr afin d'obtenir le plus grand nombre de partisans pour former un nouveau gouvernement. Avec 41 et 31 sièges respectivement, ajoutés aux 73 sièges de Sadr, cela laisserait 145 sièges. Les 20 sièges restants - 165 sont nécessaires pour obtenir la majorité absolue - pourraient être remportés par des indépendants.

apoyo-al-sadr
AP/HADI MIZBAN - Les partisans du clerc chiite Muqtada al-Sadr célèbrent en tenant leurs pancartes, après l'annonce des résultats des élections parlementaires sur la place Tahrir, à Bagdad, en Irak, lundi 11 octobre 2021.

Nuri al-Maliki, ancien premier ministre et chef du parti de l'État de droit, est le principal adversaire du religieux chiite. Maliki a déjà pris les premiers contacts avec certains partis pour tenter de contrer Muqtada al-Sadr, avec lequel il a de nombreuses divergences, non seulement sur le plan politique, mais aussi sur le plan personnel. Il faut toutefois garder à l'esprit qu'il est encore trop tôt pour tenir pour acquise une quelconque alliance et que, même s'il est possible de pressentir les options, les négociations pour la formation d'un gouvernement pourraient prendre plusieurs mois.

Dans tout le temps qui pourrait s'écouler jusqu'à ce que l'Irak ait un nouveau gouvernement, il est peu probable que l'atmosphère se calme beaucoup. Malgré la décision de la Commission électorale, les partis pro-iraniens n'ont pas changé d'avis sur les résultats des élections. À l'époque, Hadi al-Ameri, l'un des principaux dirigeants d'Al-Fateh, a fermement rejeté les résultats maintenant ratifiés par la CE : "Nous n'acceptons pas ces résultats fabriqués et nous défendrons vigoureusement les votes de nos candidats et de nos électeurs".

elecciones-irak
PHOTO/REUTERS - Une femme irakienne se soumet à un scan d'empreintes digitales pour vérifier son identité avant de voter dans un bureau de vote lors des élections parlementaires, à Sadr City, Bagdad, Irak, le 10 octobre 2021.

Près de deux mois après les élections, la position d'Al-Fateh et de certains secteurs chiites n'a pas changé du tout. Les "Forces du Cadre de Coordination", suite à la décision de la Commission électorale, ont publié une déclaration disant qu'"il est clair et sans aucun doute que la Commission électorale a préparé les résultats des élections à l'avance, au détriment de la volonté du peuple irakien". Ils critiquent également la procédure d'appel qu'ils ont menée, affirmant que "la Commission électorale et le pouvoir judiciaire n'ont pas traité le dossier d'appel avec sérieux et conformément aux contextes juridiques applicables".

Après la décision de la Commission, une phase encore complexe commence pour la société irakienne. La crise que connaissait déjà le pays, aggravée par la pandémie de COVID-19, a fait des ravages et il est urgent de prendre des mesures susceptibles d'apporter un minimum de soulagement à la population. Toutefois, la solution semble compliquée à court terme, car la formation du nouveau gouvernement ne fait que commencer et les intentions de Nuri al-Maliki ne sont autres que d'essayer de "voler" le soutien de Muqtada al-Sadr et d'éviter un gouvernement dirigé par le religieux chiite, vraisemblablement très éloigné de la position de l'Iran.