PUBLICIDAD

Iberdrola

L'accord sur le nucléaire iranien entre dans sa phase terminale

Le secrétaire général adjoint du Service européen pour l'action extérieure, Enrique Mora, est prêt à se rendre à Téhéran pour ressusciter le JCPOA
Enrique Mora

REUTERS/LISA LEUTNER  -   Le secrétaire général adjoint du Service européen d'action extérieure (SEAE), Enrique Mora, fait une déclaration devant le Palais Coburg, où se dérouleront les négociations nucléaires à huis clos avec l'Iran, à Vienne, en Autriche, le 11 mars 2022

Les négociations pour la relance de l'accord sur le nucléaire iranien sont dans la balance. Un an après le début des pourparlers à Vienne entre le P5+1, les six puissances qui ont joint leurs efforts diplomatiques en 2015 pour stopper le programme atomique iranien, la reprise du Plan d'action global conjoint (JCPOA) promu par l'administration Biden est vouée à l'échec en raison des divergences fondamentales entre Washington et Téhéran.

Selon POLITICO, un document de 27 pages est prêt à être signé depuis des semaines. Mais il reste une pierre d'achoppement à surmonter : le statut du Corps des gardiens de la révolution islamique, la branche des forces armées perses considérée par les États-Unis comme une organisation terroriste, une désignation qui entraîne l'imposition de sanctions. Des sanctions, d'ailleurs, que la délégation iranienne demande à voir levées dans leur intégralité.

Les diplomates occidentaux semblent avoir perdu tout espoir de voir l'accord se conclure, selon Reuters. Le contexte n'aide pas non plus. L'invasion à grande échelle de l'Ukraine en février par le Russe Vladimir Poutine, la puissance négociatrice, a divisé les participants respectifs à l'accord, qui comprend également la Chine, le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne, ainsi que l'Union européenne, le coordinateur des pourparlers.

Viena acuerdo nuclear
PHOTO/REUTERS  -   Le négociateur en chef du nucléaire iranien, Abbas Araqchi, et la secrétaire générale du Service européen d'action extérieure (SEAE), Helga Schmid, assistent à une réunion de la Commission mixte du JCPOA à Vienne, en Autriche, le 1er septembre 2020

Compte tenu de ce scénario, les partenaires occidentaux spéculent sur d'autres moyens de limiter le développement du programme nucléaire iranien, qui pourrait être sur le point d'aboutir malgré les démentis répétés du gouvernement perse. Le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, a déclaré il y a quelques mois que la République islamique disposait de suffisamment de matériel nucléaire pour fabriquer une bombe, mais le diplomate argentin a souligné qu'une arme atomique "nécessite plus que cela".

Les parties n'ont pas complètement renoncé à l'accord. En mars, la reprise du JCPOA semblait imminente lorsque l'équipe de négociation européenne a invité les principaux diplomates des pays concernés dans la capitale autrichienne, siège des négociations, pour signer le document final. Mais la guerre en Ukraine a entraîné un chevauchement des priorités de politique étrangère des participants, qui ont reporté la réunion.

Il y a quelques jours, le secrétaire général adjoint du Service européen pour l'action extérieure, Enrique Mora, a déclaré à ses homologues iraniens qu'il était prêt à se rendre à Téhéran pour maintenir l'accord nucléaire en vie, comme le rapporte le Wall Street Journal. Cependant, la délégation perse n'a toujours pas envoyé de réponse au diplomate espagnol, une personne de la plus grande confiance du Haut Représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell.

Les exigences exprimées à la dernière minute par le Kremlin, qui a cherché en vain à empêcher que les sanctions n'affectent son commerce bilatéral avec Téhéran, ont déstabilisé le pacte, qui a été frappé dans sa ligne de flottaison par les revendications de l'Iran concernant le statut des Gardiens de la révolution, une question moins symbolique qu'un fardeau pour l'économie perse malmenée. L'ancien ministre iranien des affaires étrangères sous le régime réformateur de Mohammad Khatami, Kamal Kharazi, a déclaré avec colère qu'"une armée nationale ne peut être qualifiée de groupe terroriste".

Guardia Revolucionaria Irán
PHOTO/AP  -   Des membres des Gardiens de la révolution iraniens participent à une parade militaire à Téhéran, en Iran

Cette sanction, imposée après le retrait de l'accord par l'ancien président Donald Trump en 2018, est le seul point qui rend impossible une réédition du JCPOA. Pour l'administration Biden, il s'agit d'une décision politique difficile, car elle pourrait affaiblir sa position aux yeux de l'opinion publique américaine, déjà mise à mal par une inflation galopante, mais aussi aux yeux de ses partenaires régionaux, comme les pays du Golfe et Israël, qui poussent à la fin des négociations.

Pour le régime des Ayatollahs, la désignation des Pasdaran (le nom informel donné aux Gardiens de la révolution islamique) comme groupe terroriste est un affront. Mais les États-Unis désignent le corps, et en particulier sa division d'élite, la Force Quds, comme le principal coupable d'une campagne de harcèlement de longue haleine dirigée, par l'intermédiaire de ses milices connexes, contre les rivaux régionaux que sont Israël et l'Arabie saoudite, proches alliés de Washington.

Le gouvernement perse, présidé depuis août par Ebrahim Raisi, un partisan de la ligne dure du régime, a déclaré la semaine dernière qu'il était disposé à organiser un nouveau cycle de négociations à Vienne, sans toutefois préciser de date. "Les parties ont convenu que la prolongation de cette impasse n'est pas dans l'intérêt des pourparlers et qu'il convient de tenir une réunion dès que possible", a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh, qui a rappelé que l'Iran "est membre du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) et a accepté le régime de non-prolifération".

Joe Biden en el Despacho Oval
PHOTO/ARCHIVO  -   Le président américain Joe Biden, depuis le bureau ovale

Les conseillers du président Biden refusent catégoriquement de retirer les Gardiens de la révolution de la liste des organisations terroristes, selon la presse américaine, et exigent que le gouvernement iranien accepte les conditions mises sur la table par les négociateurs occidentaux. Pour Washington, il s'agit d'une "ligne rouge" et, bien que Téhéran puisse aller plus loin dans ce contexte dans sa feuille de route nucléaire, elle maintient qu'il s'agit d'une position inamovible et qu'elle ne cédera que si la délégation iranienne est ouverte à répondre aux préoccupations des États-Unis en dehors du JCPOA.

L'accord nucléaire signé en 2015 avec l'Iran a sans doute été la plus grande réussite diplomatique du mandat de Barack Obama aux États-Unis, établissant une suspension de 10 ans du programme nucléaire perse. Cependant, l'arrivée surprise de Donald Trump à la Maison Blanche a modifié les plans et il a décidé d'abandonner brusquement le pacte en 2018, imposant à la place un régime de sanctions brutal.

Un an plus tard, après avoir subi les premières conséquences économiques aggravées par la pandémie, Téhéran a rompu sa partie de l'accord et a fait avancer son projet atomique en enrichissant de l'uranium à des niveaux bien supérieurs à ceux prévus par le JCPOA. C'est pourquoi la nouvelle administration démocrate a poussé à une renégociation d'urgence il y a un an pour réactiver les termes de l'accord avec l'Iran, et ainsi mettre fin à la prolifération nucléaire dans une région minée, ce qui a traîné en longueur jusqu'à ce jour.