PUBLICIDAD

Iberdrola

L'AEJ fête ses 60 ans et est toujours aussi forte

La plupart des activités de l'AEJ sont organisées par les sections au niveau national, mais l'association internationale promeut activement les liens
Nueva Junta directiva de AEJ Internacional elegida en la Asamblea General celebrada en Grecia

PHOTO/ARCHIVO  -   Le nouveau Conseil d'administration de la JNA International a été élu lors de l'Assemblée générale en Grèce

Créée en 1962 dans les six pays de la CEE de l'époque lors d'un congrès à San Remo, l'Association des journalistes européens a aujourd'hui 60 ans. L'AEJ était une initiative de quelques journalistes éminents d'Italie, d'Allemagne et de France, et son inspiration reflétait l'air du temps : l'Europe tout simplement, le besoin évident d'intégration démocratique et la conviction qu'une presse libre était essentielle pour construire un continent vivable après la guerre. "L'idée européenne est trop importante pour être laissée aux seuls politiciens et diplomates", selon les mots de l'un des fondateurs.
 
La plupart des activités de l'AEJ sont organisées par nos sections au niveau national (comme la Communauté européenne il y a 60 ans). Mais l'association internationale encourage activement les liens entre les journalistes individuels afin d'échanger des contacts, des informations et des idées. Il existe également des contacts réguliers avec la Commission et le Parlement européens, ainsi qu'avec le Conseil de l'Europe à Strasbourg et l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) basée à Vienne.
 
Il existe actuellement plus de 15 sections dans les pays membres du Conseil de l'Europe. Les quelque 700 membres sont issus d'un large éventail de travailleurs des médias et de pigistes de la télévision, de la radio, des journaux nationaux, régionaux et spécialisés, et de plus en plus des nouveaux médias numériques.
L'adhésion à chaque section est ouverte à tous les journalistes, y compris les représentants des médias étrangers établis dans le pays.
 
Enregistrée sous la loi belge, l'AEJ est une organisation internationale indépendante, sans but lucratif et sans lien partisan ou syndical. Elle a le statut d'ONG auprès de l'UNESCO et du Conseil de l'Europe. Elle est membre du Mouvement européen et entretient une relation de travail avec le représentant de l'OSCE pour la liberté des médias.

La liberté des médias en Europe est une question centrale. William Horsley, ancien journaliste de la BBC, a été élu représentant de l'AEJ pour la liberté des médias par notre Assemblée générale il y a une dizaine d'années. Il a été l'un des fondateurs de la Plate-forme pour la sécurité des journalistes du Conseil de l'Europe, destinée à soutenir les collègues menacés simplement pour avoir fait leur travail.
 

Miguel Ángel Aguilar con Saia Tsaousidou y Javier Fernández Arribas
Miguel Ángel Aguilar avec Saia Tsaousidou et Javier Fernández Arribas

Rien que cette année, 241 alertes ont été lancées dans 37 pays. Les gouvernements sont obligés de réagir ; c'est à tout le moins une charge, surtout pour les régimes autoritaires. Chaque année, la plupart des sections de la JNA célèbrent la Journée mondiale de la liberté de la presse (3 mai) en organisant des événements et des activités spéciales. Sous le mandat du président de l'AEJ, Athanase Papandropoulos, plusieurs congrès marquants ont été organisés et le Prix européen du journalisme a été créé. Sous le mandat du secrétaire général de l'AEJ, l'Espagnol Miguel Angel Aguilar, et de son successeur, le Néerlandais Peter Kramer, des événements spéciaux ont été organisés, notamment des voyages d'information en Turquie, en Estonie, à Linz (Autriche), capitale européenne de la culture 2008, et à l'exposition universelle de Saragosse.
 
Notre section espagnole - la plus importante avec plus de 120 membres - est très active et a présenté son programme annuel dans un rapport record de 102 pages. Miguel Ángel Aguilar a été un secrétaire général international dynamique et, après lui, le célèbre journaliste Diego Carcedo est devenu président international. Depuis 2011, Javier Fernández Arribas est vice-président. Maintenant, il a été réélu à Eretria, en Grèce.
 
Sous le mandat de la présidente irlandaise de l'AEJ, Eileen Dunne, de nouveaux statuts ont été introduits en 2013, un conseil d'administration plus restreint remplaçant le précédent comité exécutif stagnant.

 Visita al Parlamento Europeo
 Visite au Parlement européen 

En tant que président international de l'AEJ (2014-2021), ma tâche était de remettre notre association en contact avec les institutions européennes en organisant plusieurs séminaires de presse en coopération avec le Parlement européen.

Nos discussions ont notamment porté sur les conséquences du Brexit, les objectifs du budget européen, les missions de la Commission européenne, la lutte contre les fake news et, en juin 2022, les conséquences de la guerre de Poutine contre l'Ukraine. Je remercie tous les collègues qui nous ont aidés, en particulier Lieven Taillie et son équipe de la section belge.
 
Sous ma présidence, nous avons organisé une conférence de l'AEJ à Neusiedl, en Autriche, en 2014, où, en plus des comptes rendus actualisés de la coopération régionale par les députés européens autrichiens et hongrois, nous avons appris de nouveaux détails sur les événements qui ont suivi la chute du rideau de fer, notamment qui a réellement organisé le déclencheur peut-être crucial du pique-nique paneuropéen de 1989 à la frontière austro-hongroise.

Le nouveau commissaire européen letton Valdis Dombrovskis nous a donné un aperçu utile de ses responsabilités concernant l'euro en tant que monnaie et les services financiers. Il est depuis devenu un membre influent et efficace de l'équipe de la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen.
 

Otmar Lahodinsky
Otmar Lahodinsky


Lors du mémorable congrès 2016 de l'AEJ à Kilkenny, le ministre irlandais des Affaires étrangères, Charles O'Flanagan, et la vice-présidente du Parlement européen, Mairead McGuinness, figuraient parmi les intervenants. Le chef de la nouvelle Task Force Stratcom Est de l'UE, Giles Portman, a décrit comment fonctionne la désinformation russe dirigée contre l'UE et comment la contrer.

En 2017, les Fake News ont été l'un des principaux sujets de notre assemblée générale dans la capitale lituanienne Vilnius. La journaliste de radio bulgare Irina Nedeva, experte dans ce domaine, a été élue représentante spéciale pour la lutte contre les fake news.

La section britannique toujours active, sous la direction de William Horsley, a organisé à l'occasion de notre 50e anniversaire en 2018 un séminaire très opportun et intéressant à Londres, à la veille du vote fatidique du Brexit.

En 2019, notre dynamique section française a organisé notre congrès au siège de l'UNESCO à Paris. Elle a lancé un appel au respect de la liberté de la presse et de l'indépendance journalistique en Europe (Appel de Paris) : "Au cours des cinq dernières années, l'AEJ, la FEP, RSF et les 11 autres organisations partenaires de la Plateforme pour la protection du journalisme du Conseil de l'Europe ont signalé plus de 640 violations graves de la liberté de la presse dans les 47 États membres du Conseil de l'Europe.

"Ce chiffre comprend 60 actes de violence à l'encontre de journalistes dans les États membres de l'UE" (dont 14 meurtres de journalistes en France, en Pologne, au Danemark, au Royaume-Uni, en Bulgarie, en Slovaquie et à Malte).

Matthew, fils de la journaliste maltaise assassinée Daphne Caruana Galiza, nous a livré un récit glaçant de la mort de sa mère. Au moment de sa mort, elle faisait face à 64 poursuites-bâillons à son encontre, une question qui préoccupe de plus en plus l'AEJ.

libertad de prensa
 
Lors d'un congrès de l'AEJ virtuel via Zoom en 2021, les implications négatives de la pandémie de Covid19 sur la liberté des médias ont été discutées. Une nouvelle présidente internationale y a été élue : la responsable de notre grande et dynamique section grecque, Saia Tsaousidou. Le journaliste irlando-autrichien Edward Steen a succédé au vétéran Tibor Macak en tant que nouveau secrétaire général.

Tibor, correspondant de radio et de télévision à Berlin, a été chaleureusement remercié pour avoir trouvé le temps, en plus de son travail, d'organiser plusieurs réunions du Conseil d'administration à Bratislava et de nombreux congrès. Il est aujourd'hui vice-président de l'EJNA.
 
Une section cosmopolite sans racines ?
 
Edward Steen a relancé notre site web www.aej.org avec de précieux reportages et interviews sur les questions de liberté des médias et, depuis février 2022, avec des rapports réguliers sur la guerre de Poutine en Ukraine et la couverture extraordinaire et dangereuse de nos collègues, y compris des Russes désormais contraints de s'exiler de Moscou.

Il est depuis devenu un membre influent et efficace de l'équipe de la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen.

L'AEJ a connu quelques revers. Après que la section allemande nous a quittés dans la tourmente des droits de vote, nous avons également perdu d'autres sections, notamment les sections néerlandaise, portugaise et serbe. La plupart n'ont pas réussi à attirer de nouveaux membres plus jeunes.
 

Visita al Oráculo de Delfos

La section ukrainienne, qui pendant de nombreuses années a été exemptée de cotisations, s'est soudainement retirée après avoir été interrogée sur le nombre de membres qu'elle comptait et qui étaient actifs dans les médias.  Mais il y a eu de bonnes nouvelles à Tirana, où j'ai pu convaincre la star de la télévision Arber Hitaj de fonder une nouvelle section. Depuis, elle s'est énormément développée et joue un rôle important dans la promotion de la presse libre en Albanie.
 
Mais dans toutes les sections, la pression incessante exercée sur les journalistes à temps plein limite le travail volontaire pour un média. En Autriche, un rédacteur en chef a interdit à ses journalistes de participer à des réunions d'information pendant les heures de travail. Certaines sections ne proposent pas un programme attractif ou dynamique. Certains membres doutent complètement des avantages de l'adhésion à l'AEJ.
 
L' AEJ partage ici le sort des syndicats. Lorsque les emplois sont sûrs, certains journalistes pensent qu'ils n'ont pas besoin du soutien d'un syndicat ou d'une organisation de médias. Lorsque les problèmes surviennent, il est parfois trop tard pour demander de l'aide.

Face aux menaces croissantes qui pèsent sur la liberté des médias et au nombre croissant de poursuites-bâillons contre le journalisme d'investigation dans tous les États européens - et dans le monde entier - l'AEJ continuera à jouer son rôle de porte-parole de notre profession et de chien de garde.

En tant que président à l'époque, et avec le soutien du conseil d'administration, j'ai personnellement approché la commissaire européenne chargée des valeurs et de la transparence, Věra Jourová, pour faire interdire Russia Today et Sputnik sur les réseaux câblés de l'UE, car ils ne diffusent que de la propagande de guerre et des fake news. Certaines sections étaient critiques.
 

Pedro González
Pedro González

 
Au travail
 
Mais je reste convaincu que les médias russes comme RT, qui sont en fait contrôlés par le Kremlin et font partie de sa propagande de guerre, ne devraient pas bénéficier des mêmes droits que les médias qui suivent les règles éthiques normales de notre profession, c'est-à-dire qui enquêtent et ré-enquêtent et sont indépendants de l'influence du gouvernement. L'ingérence de l'État, voire pire, se développe même au sein de l'UE, notamment en Hongrie et en Pologne, mais pas seulement. En Autriche, avec l'intention de fermer le Wiener Zeitung et les scandales liés aux faux sondages d'opinion rémunérés placés dans des journaux gratuits, la question fait actuellement l'actualité.
 
Il est peut-être temps, comme l'a suggéré notre secrétaire général lors de notre congrès à Eretria en Grèce fin octobre, que l'AEJ crée une nouvelle section pour les journalistes en exil, comme tant de collègues russes et biélorusses qui sont aujourd'hui contraints de faire des reportages à l'étranger.

La pandémie et la guerre en Ukraine ont finalement alerté le public européen sur l'importance vitale d'une information solide et fiable. À mon avis, l'AEJ devrait se concentrer sur la formation des jeunes journalistes et la promotion de l'éducation aux médias dans les écoles et les universités. Notre profession a un avenir meilleur et plus sain devant elle que beaucoup - y compris de nombreux journalistes - ne le pensaient.
 

Consejo AEJ Internacional


Congrès 2022 en Grèce
 
Le premier panel du Congrès de l'AEJ était consacré au développement de la région de la Grèce centrale, notamment sur l'île d'Eubée (Εύβοια) qui, l'année dernière, a été partiellement dévastée par de grands incendies. En particulier, Andreas Loukatos, PDG du parc d'affaires Oinophyta Asopos et secrétaire général de l'Association de l'industrie de la Grèce centrale, a exposé sa vision de la région, tandis que Giorgos Mavraganis, directeur de la planification stratégique d'Elval Halcor, l'un des principaux producteurs d'aluminium en Europe, a parlé du développement et de l'importance de l'extraversion pour les entreprises grecques. Il a également partagé la vision d'Elval Halcor pour un monde durable. Dans le cadre de l'extraversion des entreprises grecques, une mention spéciale a été faite à la société PALLIROIA, ainsi qu'une visite à DIRPHYS Mushrooms, qui fournit des champignons Shiitake et Oyster aux gourmets de nombreux pays européens.
 
Le deuxième panel du congrès portait sur la guerre en Ukraine, les médias et la désinformation. Sofia Voultepsi, journaliste et vice-ministre de l'Immigration, a parlé de la propagande en temps de guerre et du rôle des journalistes dans la révélation de la vérité. Comme elle l'a dit, il y a des guerres justes et injustes. Dans les guerres justes, la propagande et la censure visent à maintenir le moral du peuple et de l'armée et à empêcher la fuite d'informations vers l'ennemi, tandis que dans les guerres injustes, la propagande et la censure visent à imposer la soi-disant "vision dominante", à justifier la guerre et à cacher ses véritables causes, qui ne sont jamais humanitaires.
 
Le Dr. Panagiotis Sfaelos, secrétaire général de la section grecque de l'AEJ, a parlé de la guerre en Ukraine et du rôle fondamental des médias pour fournir des informations véridiques et combattre les fake news. Comme il l'a souligné, la propagande et la désinformation délibérée sont des armes de guerre hybride.
 

Consejo AEJ Internacional

Le secrétaire général nouvellement élu de l'AEJ, Edward Steen, a annoncé deux nouveaux projets impliquant toutes les sections : L'une d'elles est une enquête à l'échelle européenne sur l'actuel scandale du "passeport doré", une allée lucrative mais fatidique pour les crapules de l'UE. La Finlande s'est probablement jointe à ce racket, faisant déjà entrer en Europe des financiers douteux via, notoirement, Chypre et Malte, la Grèce, le Portugal, l'Espagne et, malgré les avertissements clairs de Bruxelles sur la menace que cela représenterait pour une future adhésion à l'UE, l'Albanie. 
 
Le second projet, qui fait déjà les gros titres de la presse européenne, est celui d'une section sans nom pour les courageux collègues russes, surtout mais pas seulement, qui poursuivent leur travail en exil, généralement en Lettonie, bien qu'ils soient privés à la fois de revenus et de la liberté de poursuivre ouvertement leur travail chez eux. Parmi eux se trouve le personnel de Meduza, un phénomène journalistique et politique vraiment remarquable que nous avons souvent cité sur ce site et que nous sommes fiers de soutenir.
 
Joyeux anniversaire, AEJ ! Et aussi à notre section grecque, qui fête ses 40 ans en 2022. Nous avons de nombreux défis à relever. Mais viribus unitis - l'union fait la force.
 
Otmar Lahodynsky, Président d'honneur de l'AEJ