PUBLICIDAD

Marruecos

L'Afrique : un soutien stratégique pour la Russie

Le rejet de l'Occident a conduit de nombreux pays africains à soutenir résolument la Russie et à justifier l'invasion de l'Ukraine
rusia-donbas-manifestacion-mali

AFP/CAROL VALADE  -   Un homme tient une bannière pro-russe sur laquelle on peut lire "La Russie sauvera le Donbass de la guerre", à Bangui, le 23 février 2022, lors d'une manifestation pro-russe.

Aide militaire privée et accords commerciaux : la monnaie d'échange de la Russie en Afrique.

Quelques jours après le début de l'invasion de l'Ukraine par les troupes russes, le monde a commencé à prendre position sur un conflit qui n'a pas encore vu sa fin. Des villes comme Bruxelles, Paris, Madrid et Rome se sont prononcées sans équivoque contre l'invasion, et l'Union européenne a commencé à réclamer des sanctions contre la Russie. 

C'est ce qui se passait en Europe, mais la réalité en Afrique a été très différente : manifestations à Addis-Abeba pour soutenir la Russie à son ambassade en Éthiopie, rassemblements dans le même but à Bangui, capitale de la République centrafricaine, et surtout, lors du vote de l'ONU condamnant la Russie pour l'invasion, 17 pays africains se sont abstenus, 8 n'ont pas voté, et l'Érythrée a voté directement contre. L'influence de la Russie sur le continent africain s'est reflétée.

manifestaciones-rusia-mali
AFP/CAROL VALADE - Une centaine de Centrafricains se sont rassemblés dans les rues de la capitale, Bangui, pour remercier les Russes de les avoir sauvés des rebelles et pour souhaiter la même chose aux habitants du Donbass.

Cependant, affirmer que l'Afrique est un nouveau soutien stratégique pour la Russie, c'est trahir l'histoire elle-même, car ni le continent n'est nouveau, ni les stratégies du Kremlin pour gagner de nouveaux partenaires ne sont nouvelles. À l'époque, l'Union soviétique apportait déjà un soutien militaire et financier décisif aux pays en voie de décolonisation et d'indépendance. Plus récemment, après l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014 et les premières sanctions internationales, Moscou a de nouveau étendu ce réseau d'influence en Afrique. Mais il est vrai que le conflit en Ukraine et même le retrait de la France du Sahel ont incité de nombreux pays africains à se tourner vers la Russie pour obtenir davantage de soutien extérieur, repoussant l'influence occidentale loin de nombreux pays africains.

La Russie, en échange d'une aide militaire privée et d'accords commerciaux lucratifs, a la possibilité de prendre la tête de projets miniers, énergétiques, financiers et stratégiques. "Ces dernières années, la Russie a poursuivi de manière agressive ses objectifs stratégiques en Afrique : sécuriser une tour de guet en Méditerranée orientale et un accès portuaire en mer Rouge, accroître les possibilités d'extraction de ressources naturelles, déplacer l'influence occidentale et promouvoir des alternatives à la démocratie", déclare Joseph Siegle, directeur de recherche du Centre africain d'études stratégiques.

rusia-mali-manifestaciones
AFP/AMANUEL SILESHI - Un homme (C) tient un drapeau russe lors de la célébration de la 126e victoire d'Adwa sur la place Menelik à Addis-Abeba, en Éthiopie, le 2 mars 2022.

La junte militaire soudanaise de l'après-coup d'État a cherché un tel rapprochement avec Moscou pour rester au pouvoir dans un contexte de crise économique et de protestations. Hemedti, commandant des forces de soutien rapide et chef adjoint du Conseil souverain du Soudan, s'est entretenu à Moscou avec le ministre des Affaires étrangères, Sergei Lavrov.

La République centrafricaine, l'un des plus fidèles alliés de Poutine, a également montré son soutien à la Russie dans le conflit en Ukraine. Le 5 mars, plus de 100 personnes ont manifesté à Bangui autour d'une statue de soldats russes protégeant des femmes et des enfants centrafricains. La même chose s'est produite en Érythrée. 

asamblea-general-onu-eritrea
PHOTO/ONU/CIA PARK - Le ministre érythréen des Affaires étrangères, Osman Saleh, s'adresse à la 76e session de l'Assemblée générale des Nations unies.

Toutefois, ce n'est pas l'invasion de l'Ukraine par la Russie qui a suscité la sympathie pour la Russie en Afrique. Le Sahel avait déjà noué des liens étroits avec Moscou, notamment avec des mercenaires comme le Groupe Wagner qui opèrent au Mali, au Niger et au Burkina Faso, les plus touchés par le djihadisme. Mais c'est l'annonce du retrait des troupes françaises du Mali qui a réellement accru la sympathie pour ces groupes de mercenaires. Sur la place de l'indépendance de Bamako, des centaines de personnes ont célébré le retrait de l'opération Barkhane comme une expulsion. Les drapeaux de l'UE brûlés et les cris de remerciement adressés aux forces russes qui opèrent désormais dans la région illustrent bien la nouvelle position de la Russie sur l'échiquier sahélien.

Quoi qu'il en soit, et pour en revenir à la situation sur le continent, le commerce et les exportations d'armes maintiennent plusieurs des pays du côté russe de la balance : Algérie, Mali, Sénégal, Burkina Faso, Soudan, République centrafricaine, Angola, Mozambique, Madagascar, Éthiopie et Érythrée. Mais cette relation entre la Russie et le continent noir ne se résume pas à des avantages économiques.

representante-kenia-naciones-unidas
PHOTO/ONU/MARK GARTEN  - Martin Kimani, représentant permanent du Kenya auprès des Nations unies, s'adresse à la réunion d'urgence du Conseil de sécurité sur la situation actuelle en Ukraine.
Le panafricanisme, bastion de la Russie 

La Russie a toujours gardé un œil attentif sur ce qui se passe en Afrique, notamment dans ses relations avec l'Occident. Un élément clé sur lequel Moscou devait capitaliser était l'africanisme, la fièvre nationaliste qui a émergé sur le continent lors de la décolonisation et des indépendances en pleine guerre froide, et qui perdure en Afrique. Son objectif, hier comme aujourd'hui, est pratiquement le même : expulser toute échappatoire occidentale, tant européenne qu'américaine, et chercher un nouveau pivot sur lequel s'appuyer : le Kremlin.

Et c'est ce qui se passe. Alors que l'image de la Russie est brisée par le conflit en Ukraine, les dirigeants africains, les figures de l'opposition et les personnes influentes affichent un soutien total à Moscou. "Poutine veut récupérer son pays", a déclaré le panafricaniste franco-béninois Kemi Seba, figure de proue du panafricanisme. "Il n'a pas le sang de l'esclavage et de la colonisation sur les mains", a-t-il fait valoir. Le fils du dirigeant ougandais Yoweri Museveni, le lieutenant général Muhoozi Kainerugaba, a justifié la même chose : "Poutine a tout à fait raison ! La majorité de l'humanité (non blanche) soutient la position de la Russie en Ukraine", a-t-il posté sur son compte Twitter fin février.

cumbres-jefes-estado-africa
PHOTO/AFP - Photo d'archive, les chefs d'État africains assistent à la 35e session ordinaire de l'Assemblée de l'Union africaine (UA) à Addis-Abeba, en Éthiopie, samedi 5 février 2022.

Le leader radical sud-africain Julius Malema, à l'occasion de l'anniversaire du massacre de Sharpeville, a déclaré dans son discours : "Nous sommes ici pour dire à l'OTAN et aux États-Unis que nous sommes aux côtés de la Russie. Aujourd'hui, nous voulons dire à la Russie merci d'être là et ne doutez pas de notre soutien. Donnez-leur une leçon, nous avons besoin d'un nouvel ordre mondial, nous en avons assez d'être dictés par les États-Unis".

Pour sa part, la Russie n'allait pas manquer cet argument. Aujourd'hui, l'invasion de l'Ukraine a la même motivation que l'aide de l'URSS à la décolonisation en Afrique : libérer un territoire de l'influence occidentale. Cet argument a également été utilisé par Kemi Seba dans une interview accordée à l'agence de presse fédérale russe. "L'opération spéciale de la Russie en Ukraine a mis en évidence toutes les conséquences de l'influence occidentale sur les autorités de Kiev. Sur ordre de Washington, cet État autrefois fraternel est devenu un bastion du néonazisme et de la russophobie, ce qui est indigne d'une nation slave. La libération de l'Ukraine de l'hégémonie occidentale a été comparée au processus de décolonisation en Afrique, car les États du continent noir ont également vécu sous l'oppression des impérialistes".

zelensky-parlamento-portugal
AFP/ PATRICIA DE MELO MOREIRA - Le président ukrainien Volodymyr Zelensky apparaît sur l'écran pour s'adresser au Parlement portugais par vidéoconférence à Lisbonne, le 21 avril 2021.
 Un continent divisé par le conflit ukrainien

L'Afrique est divisée. Le vote de l'ONU visant à condamner la Russie pour l'invasion a laissé un scénario très différent de celui de ces pays pro-russes. Lors du premier vote de l'Assemblée générale, le Kenya, le Ghana, le Gabon, le Rwanda, Djibouti, le Congo, la Somalie et la République démocratique du Congo ont voté "oui". 

Mais pour le Kenya, voter en faveur de la condamnation de la Russie n'était pas suffisant. L'ambassadeur du Kenya aux Nations unies, Martin Kimani, n'a pas manqué l'occasion de prononcer l'un des discours les plus singuliers sur la position de l'Afrique face au conflit en Ukraine : "Monsieur le Président, cette situation fait écho à notre histoire. Le Kenya et presque tous les pays africains sont nés de la fin d'un empire. Nos frontières n'ont pas été tracées par nous, mais dans les lointaines métropoles coloniales de Londres, Paris et Lisbonne, sans tenir compte des anciennes nations qu'elles divisaient. Si nous avions choisi de créer des États sur la base de l'homogénéité ethnique, raciale ou religieuse, nous serions encore en train de mener des guerres sanglantes", a défendu le Kényan à propos de la reconnaissance par la Russie des républiques insurgées de Donetsk et de Louhansk.

cumbres-jefes-estado-africa
PHOTO/AFP - Photo d'archive, les chefs d'État africains assistent à la 35e session ordinaire de l'Assemblée de l'Union africaine (UA) à Addis-Abeba, en Éthiopie, samedi 5 février 2022.

Parallèlement, Kimani a également condamné "la tendance, ces dernières décennies, des États puissants, y compris certains membres de ce Conseil de sécurité, à violer impitoyablement le droit international".

Réaction occidentale

L'incapacité d'une grande partie de l'Afrique à condamner l'invasion de l'Ukraine par la Russie a été un problème sur lequel l'Ukraine ne comptait pas. L'Ukraine compte sur l'aide occidentale, mais son président, Volodymir Zelensky, a besoin de bien plus que cela. L'Ukraine a besoin du soutien de beaucoup plus de nations, et surtout de celles qui sapent l'influence russe.

zelensky-parlamento-portugal
AFP/ PATRICIA DE MELO MOREIRA - Le président ukrainien Volodymyr Zelensky apparaît sur l'écran pour s'adresser au Parlement portugais par vidéoconférence à Lisbonne, le 21 avril 2021.

La solution pour Zelesnki semble être claire : s'adresser à l'Assemblée de l'Union africaine. Le dirigeant ukrainien l'a demandé lors de son dernier appel téléphonique avec Macky Sall, le président en exercice de l'Union africaine, et le premier président africain auquel Zelenski a parlé depuis le début de l'invasion. 

Dans ce discours, qui fait suite à d'autres prononcés dans divers parlements, il devrait faire référence au colonialisme et à la lutte commune pour l'indépendance vis-à-vis de la puissance impérialiste envahissante. Cependant, les liens de plusieurs pays africains avec la Russie feront de ce discours l'un des plus difficiles pour Zelenski, mais il existe un élément clé qui peut faire bouger les clivages africains.

 Faim et inflation

Le blé est au centre de la géopolitique et le manque de nourriture est la plus grande préoccupation de l'Afrique. Telle est la nouvelle réalité laissée par le conflit en Ukraine, qui menace de priver de céréales de nombreux pays du continent noir qui dépendent presque à 100% du blé russe et ukrainien. L'Érythrée en fait partie, tout comme le Rwanda, le Soudan, la Somalie et l'Ouganda, qui achètent plus de 90 % du blé qu'ils importent de ces deux pays.

manifestaciones-mali-rusia
PHOTO/AP - Des Maliens manifestent contre la France et en soutien à la Russie à l'occasion du 60e anniversaire de l'indépendance de la République du Mali en 1960, à Bamako, au Mali, le 22 septembre 2020.

Toutefois, le Programme alimentaire mondial (PAM) estime que le Soudan, le Kenya et l'Éthiopie pourraient être les pays les plus touchés par les pénuries alimentaires. "Un cercle de feu a été créé là où la guerre, la crise climatique et le COVID se rejoignent. Cela crée une vague de faim qui se propage dans le monde entier", explique le responsable du Global Partnership Lab du PAM.

Le même constat est fait par la directrice exécutive du Fonds monétaire international, Kristalina Georgieva : "La guerre en Ukraine signifie la faim en Afrique. Le continent est particulièrement vulnérable pour quatre raisons : la hausse des prix des denrées alimentaires et des carburants, la réduction des recettes du tourisme et les difficultés d'accès aux marchés de capitaux internationaux".

mapa-meccenarios-rusos
AFP/AFP - Carte de l'Afrique montrant les pays où des mercenaires russes ont été identifiés, de 2016 à 2021.

Ce manque d'approvisionnement en céréales, en semences et en engrais, associé à la hausse des prix du carburant et à d'éventuelles sécheresses, pourrait avoir de graves répercussions sur l'inflation dans de nombreux pays africains, et cette réalité, selon les experts, est la seule qui puisse changer la position de l'Afrique.