PUBLICIDAD

Marruecos

L'Américaine Molly Phee met en garde l'armée soudanaise contre les "conséquences" d'une recrudescence de la violence

Le secrétaire d'État adjoint américain a condamné la recrudescence de la violence de l'armée soudanaise, un jour seulement après que l'armée a tué trois manifestants lors de protestations
protestas-sudan

AFP/ ASHRAF SHAZLY  -   Une femme lève une banderole dans la capitale soudanaise Khartoum lors d'une manifestation contre le meurtre de dizaines de personnes lors de la répression depuis le coup d'État militaire de l'année dernière, alors que les diplomates américains font pression pour mettre fin à la violence, 20 janvier 2022

Trois mois se sont déjà écoulés depuis le 25 octobre 2021, date à laquelle Abdel Fattah Al Burhan, chef de l'armée soudanaise et président du Conseil souverain du Soudan, a mené le coup d'État qui allait mettre fin aux espoirs d'une transition pacifique vers la démocratie. Le mouvement militaire insurrectionnel, qui avait déjà été précédé d'une autre tentative, a mis fin de manière irréversible à l'accord de Juba, un pacte signé en 2019 par une alliance sans précédent entre les Forces pour la liberté et le changement (FFC) et le Conseil militaire.

Depuis lors, la situation déjà critique du pays s'est considérablement aggravée. Les manifestations massives de citoyens soudanais, ainsi que les arrestations arbitraires, les attaques contre les journalistes et les médias et les abus perpétrés par les forces armées et la police - dénoncés par les Nations unies - sont autant d'exemples du climat de tension qui a régné dans le pays ces dernières semaines.  

protestas-sudan
AFP/ ASHRAF SHAZLY - Des jeunes femmes et des jeunes hommes descendent dans les rues de Khartoum, la capitale soudanaise, pour protester contre le meurtre de dizaines de personnes lors d'une répression depuis le coup d'État militaire de l'année dernière, alors que les diplomates américains font pression pour mettre fin à la violence, le 20 janvier 2022.

Dans ce contexte, la vice-présidente d'État américaine Molly Phee a rencontré la semaine dernière au Soudan le nouvel envoyé spécial pour la Corne de l'Afrique, David Satterfield. Lors d'une réunion visant à rétablir le dialogue dans la capitale soudanaise de Khartoum, les deux responsables ont tenté de négocier une solution à la crise en cours et ont exigé la fin des violences contre les manifestants. À cette fin, comme le rapporte un communiqué du département d'État, Satterfield et Phee ont également rencontré des militants pro-démocratie, des organisations civiles et des personnalités politiques et militaires, dont Abdel Fattah Al Burhan.

"Après que SE (Envoyé spécial) Satterfield et moi-même avons rencontré les chefs militaires du Conseil souverain, ils se sont publiquement engagés à dialoguer pour résoudre la crise actuelle. Cependant, leurs actions - davantage de violence contre les manifestants, détention de militants de la société civile - racontent une histoire différente et auront des conséquences", a publié Molly Phee sur son compte Twitter officiel.

protestas-sudan
AFP/ ASHRAF SHAZLY - Un garçon brandit un drapeau national alors que des manifestants bloquent une rue dans la capitale soudanaise, Khartoum.

Aujourd'hui, après la mort de trois autres manifestants aux mains des forces armées soudanaises lors des manifestations de lundi - deux d'entre eux à Khartoum et un autre dans la ville de Wad Madani - le vice-président américain s'est à nouveau exprimé. "Les dirigeants militaires du Soudan devront faire face aux conséquences", a réitéré M. Phee, mettant à nouveau en garde contre le recours continu à la violence contre les manifestants pacifiques et le gel de l'aide économique jusqu'au retour au pouvoir du gouvernement civil.

Depuis le début des manifestations de masse en octobre dernier, plus de 76 personnes ont été tuées et près de 2 000 autres ont été blessées lors des réponses violentes de l'armée soudanaise. Le 17 janvier, lors de la journée la plus sanglante à ce jour, les forces militaires ont déployé des armes lourdes pour la première fois, et les affrontements entre les deux camps ont fait sept morts. Les citoyens ont appelé à une grève générale de deux jours pour honorer les morts. 

protestas-sudan
AFP/ ASHRAF SHAZLY - Le général de l'armée soudanaise Abdel Fattah al-Burhan lors d'une conférence de presse au commandement général des forces armées à Khartoum.

Le peuple soudanais continue de considérer ce coup d'État comme un moyen de revenir au système militaire dictatorial de type islamiste qui caractérisait le régime d'Omar el-Béchir, au pouvoir pendant trois décennies. Et, comme si cela ne suffisait pas, la démission d'Abdalla Hamdok - l'ancien premier ministre du pays, fortement discrédité par la paralysie de la transition politique - au début de cette année n'a fait que renforcer l'idée que le pays est revenu à la case départ.

En conséquence, le Soudan, situé dans un territoire clé pour la sécurité régionale et internationale, semble aujourd'hui beaucoup plus éloigné des élections démocratiques prévues en 2023 qu'il ne l'était en 2019, avec la signature de l'accord de Juba.