L'Amérique latine manque de capacité de redressement rapide après la pandémie

Entretien avec le Secrétaire général de l'Organisation internationale des employeurs (OIE), Roberto Suarez Santos
Les gens gardent leurs distances en faisant la queue à une station de tramway au nord de Quito le 3 juin 2020, alors que l'Equateur commence à rouvrir son économie dans le contexte de la nouvelle pandémie de coronavirus

PHOTO/AFP  -   Les gens gardent leurs distances en faisant la queue à une station de tramway au nord de Quito le 3 juin 2020, alors que l'Equateur commence à rouvrir son économie dans le contexte de la nouvelle pandémie de coronavirus

L'Amérique latine n'a pas la capacité de se remettre rapidement de l'impact brutal du coronavirus sur l'économie, déclare le secrétaire général de l'Organisation internationale des employeurs (OIE), Roberto Suarez Santos, qui assume le rôle de porte-parole de la communauté des affaires dans plus de 150 pays.

Il dénonce également qu'au Venezuela d'abord et plus récemment au Nicaragua et au Salvador, « l'organisation commerciale la plus représentative est systématiquement intimidée », et regrette que les liquidités dont les entreprises ont tant besoin ne leur parviennent pas, ce qui pourrait finir par les étouffer. 

Fort de ses cent ans d'existence, l'OIE défend la liberté d'entreprendre depuis Genève et représente - avec les États et les syndicats - l'un des trois piliers sur lesquels repose l'Organisation internationale du travail (OIT). 

L'Espagnol Suárez Santos analyse la nouvelle façon de travailler qui a été imposée par la pandémie et affirme que les réglementations doivent être adaptées aux changements qui sont déjà en cours.

PIB regional en América Latina de 2006 a 2021 y previsiones de PIB para países seleccionados del continente hasta 2023
AFP/AFP - PIB régional en Amérique latine de 2006 à 2021 et prévisions de PIB pour certains pays du continent jusqu'en 2023

Vous avez récemment rencontré pratiquement tous les dirigeants d'organisations commerciales de toute l'Amérique latine. Quelles sont les principales préoccupations qu'ils ont exprimées au sujet de l'impact du COVID-19 ? 

La situation des pays d'Amérique latine est diverse. Il faut tenir compte de la forte informalité de plusieurs d'entre eux, et tous ne disposent pas de systèmes de protection sociale suffisamment développés, de sorte que pour certains il est beaucoup plus difficile de faire face à des situations d'urgence en matière d'emploi.

Número de casos y muertes por coronavirus en América Latina y el Caribe al 18 de junio
AFP/AFP - Nombre de cas de coronavirus et de décès en Amérique latine et dans les Caraïbes au 18 juin

Cela a été confirmé par tous les présidents des organisations d'entreprises, mais la plus grande préoccupation est maintenant le manque de capacité de redressement rapide. 

Malgré le fait que la crise frappe l'Amérique latine avec retard, la capacité de réaction est très limitée et il faut ajouter à cela la menace - plus ou moins importante selon les pays - qui pèse sur l'activité des entreprises. Il existe une forte tendance populiste et protectionniste qui est très inquiétante. 

Dans quels pays ce discours anti-entreprise se répand-il ? 

Cela vient d'avant le COVID-19. Le Venezuela est un pays spécifique où l'activité entrepreneuriale est systématiquement persécutée et menacée, où être entrepreneur est une aventure, où l'esprit d'entreprise est tué, mais où la situation est aujourd'hui pire. 

Dans d'autres pays, tels que le Nicaragua ou le Salvador, l'organisation d'entreprises la plus représentative est systématiquement intimidée ou ignorée par les autorités, avec une politique de sélection des entreprises les plus proches du régime. Ensuite, il y a d'autres pays où, sans atteindre ces niveaux, les politiques sont loin de favoriser une reprise rapide.

Que peuvent faire les gouvernements pour accélérer la reprise dans la période post-COVID-19 ? 

Il y a beaucoup d'incertitudes. Nous faisons des prédictions, mais nous ne savons pas vraiment s'il y aura une deuxième vague du virus ou si nous aurons un vaccin, et d'autre part l'attitude de nombreux gouvernements n'est pas responsable. 

Il est important de mettre en œuvre des politiques pour que les liquidités parviennent aux entreprises et aux travailleurs, mais en général, cela ne se fait pas. Dans de nombreux pays, des mécanismes de liquidité ont été mis en place, mais ils sont soumis à un millier d'exigences et de procédures, ce qui va provoquer de fortes baisses du produit intérieur brut. 

La reprise dépendra de changements structurels majeurs, tels que des politiques de l'emploi visant à former certains travailleurs, comme les jeunes ou les chômeurs de longue durée ; ou des politiques visant à promouvoir le passage au formalisme dans le cas de l'Amérique latine.

D'après le dialogue que vous avez eu ces dernières semaines avec les employeurs espagnols, comment voyez-vous l'avenir du monde des affaires espagnol ?

Ces derniers temps, des initiatives ont été prises qui, d'une manière ou d'une autre, sapent la capacité du dialogue social à générer des réponses efficaces, et c'est une préoccupation qu'ils nous ont fait part.

D'autre part, la situation en Espagne est très liée à la réalité européenne, avec une politique de la Banque centrale européenne qui tend à générer des liquidités, bien que nous devions faire attention aux effets de l'endettement à moyen et long terme. Une certaine rigueur budgétaire est importante et nous ne sommes pas sûrs que ce soit le modèle suivi dans des pays comme l'Espagne.

Dans le cas de l'Espagne, comme dans d'autres pays, l'essentiel est d'agir rapidement dans certains secteurs qui sont brutalement touchés par la crise, et de générer des politiques de développement industriel qui compensent la perte de la baisse de la production, ainsi que dans le secteur des services.

Una mujer con una máscara para prevenir la propagación del nuevo coronavirus hace cola para rellenar su cilindro de oxígeno vacío en el Callao, Perú, el miércoles 3 de 2020
AFP/MARTIN MEJIA - Une femme portant un masque pour prévenir la propagation du nouveau coronavirus fait la queue pour remplir sa bouteille d'oxygène vide à Callao, au Pérou, le mercredi 3 décembre 2020

Existe-t-il une estimation du nombre d'entreprises qui pourraient fermer dans le monde, et plus particulièrement en Europe et en Amérique, à cause du coronavirus ? 

Lorsque l'OIT (Organisation internationale du travail) a publié ses données sur les pertes d'emplois, nous lui avons demandé de fournir des données sur la disparition d'entreprises. Il existe une donnée assez choquante, à prendre avec précaution, selon laquelle 436 millions d'entreprises dans le monde sont condamnées à la fermeture. Plus de la moitié d'entre eux sont étroitement liés au secteur textile et au commerce à grande échelle. Un autre fait est que les petites entreprises et les travailleurs indépendants représentent le plus grand pourcentage de ce total. 

La pandemia del coronavirus provocará la peor contracción económica que ha sufrido América Latina, con una caída del Producto Interno Bruto (PIB) regional del 5,3% en 2020, estimada el martes por la Comisión Económica para América Latina y el Caribe (CEPAL)
AFP/ MARTIN BERNETTI - La pandémie de coronavirus provoquera la pire contraction économique en Amérique latine, le produit intérieur brut (PIB) de la région chutant de 5,3% en 2020, a estimé mardi la Commission économique pour l'Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC)

L'OMS a demandé aux pays de ne pas se précipiter pour revenir à la normale afin d'éviter une deuxième vague du virus. Comment votre organisation évalue-t-elle ce risque ? 

La première chose que nous, les entreprises, avons dite est que la santé est la valeur principale. Cela dit, il est important de garder à l'esprit qu'à moyen terme, il doit y avoir une désescalade efficace, avec une approche sectorielle. Il existe des secteurs dont la reprise est essentielle à l'emploi et au bien-être social, et savoir quels secteurs sont essentiels dépend beaucoup de chaque pays et même de chaque région d'un pays. 

Hombres en trajes protectores entierran el ataúd de un pariente que murió de COVID-19, en las afueras de Tegucigalpa el 12 de junio de 2020
AFP/ORLANDO SIERRA - Des hommes en combinaison de protection enterrent le cercueil d'un parent décédé du COVID-19, près de Tegucigalpa le 12 juin 2020

Les secteurs les plus touchés de l'économie sont-ils efficacement aidés à se redresser ? 

D'un point de vue global, les liquidités n'atteignent pas les entreprises, bien que des efforts importants soient déployés. Nous sommes en contact avec les institutions financières afin que l'argent atteigne l'économie réelle, les entreprises et, par conséquent, les employés.

El pueblo indígena tikuna colombiano posa con máscaras faciales, en medio de las preocupaciones del coronavirus COVID-19, en Leticia, departamento de Amazonas, Colombia, el 8 de junio de 2020
AFP/TATIANA NEVO - Le peuple indigène Tikuna de Colombie pose avec des masques faciaux au milieu des inquiétudes suscitées par le coronavirus COVID-19 à Leticia, dans le département d'Amazonas, en Colombie, le 8 juin 2020

Du point de vue des employeurs, comment voient-ils les changements dans la manière de travailler qui ont été imposés par cette pandémie ? Comment pensent-ils que le travail sera à l'avenir ? 

Nous constatons l'accélération des changements qui se produisaient déjà. Aucun chef d'entreprise n'aurait pu mettre en œuvre des politiques de numérisation ou de télétravail comme l'a fait cette pandémie. Du jour au lendemain et sans que personne ne l'ait prévu, nous sommes tous devenus nécessairement numériques. Le concept de lieu et de temps de travail a été relativisé, aujourd'hui il est possible de travailler à distance et d'être en même temps très productif. Le problème est que de nombreuses réglementations dont nous disposons ne sont pas préparées à cela, pas plus que l'infrastructure, la connectivité ou les médias numériques. 

En ce qui concerne le temps, le travail orienté vers un objectif sera la tendance. Je ne suis pas intéressé de savoir combien d'heures vous avez travaillé, mais que nous parvenions à un accord, avec vous en tant que travailleur, sur les objectifs que vous devez atteindre ce mois ou cette semaine. La façon dont vous vous organisez est votre liberté et votre autonomie.

Foto de la fachada de la sede de la Bolsa de Valores (B3) en el centro de Sao Paulo, Brasil, tomada el 12 de marzo de 2020, un día en el que la Bolsa de Valores de Sao Paulo
PHOTO/AFP - Photo de la façade du siège de la Bourse dans le centre-ville de Sao Paulo, Brésil, prise le 12 mars 2020, jour où la Bourse de Sao Paulo

Et le droit de se déconnecter ? 

C'est aussi important. Les politiques de déconnexion sont très saines et nécessaires. Dans mon organisation, je l'applique. Le meilleur moyen est d'établir des lignes directrices que nous devrions tous suivre : le week-end, à partir d'une certaine heure. Il existe aujourd'hui des mécanismes numériques très sophistiqués pour mesurer et suivre la productivité, ce qui pose évidemment des problèmes de protection de la vie privée qu'il faut gérer, ainsi que les ressources humaines, car nous devons faire attention à la façon dont nous mesurons la productivité individuelle pour éviter les comparaisons et un mauvais climat de travail.