L'année la plus difficile en Amérique latine

La Fundación Alternativas présente le rapport Iberoamérica 2020
Des femmes et des enfants font la queue pour recevoir un repas gratuit dans le quartier de Villa María del Triunfo à Lima (Pérou)

AP/ROFRIGO ABD  -   Des femmes et des enfants font la queue pour recevoir un repas gratuit dans le quartier de Villa María del Triunfo à Lima (Pérou)

L'Amérique latine vit l'un des moments les plus compliqués de son histoire. La pandémie, qui était initialement plus bénigne pour la région, est hors de contrôle. Ses ravages sont très prononcés au Mexique ou au Brésil. La CEPALC, le bras des Nations unies pour la région, a déjà prédit que cette année, le sous-continent connaîtra la pire récession de son histoire à cause du coronavirus. Mais cette maladie n'est qu'un des problèmes que connaît la région. L'inégalité, le caractère informel de l'activité économique ou le manque d'espace fiscal étaient déjà présents auparavant. En 2019, il y a eu de grandes manifestations, surtout au Chili, pour réclamer de meilleures conditions de vie. 

Dans le but de relever tous les défis auxquels l'Amérique latine est confrontée, la Fundación Alternativas a préparé le rapport Iberoamérica 2020, qui a été présenté mercredi lors d'une conférence virtuelle avec la participation d'Arancha González Laya, ministre des Affaires étrangères, de l'Union européenne et de la Coopération ; Érika Rodríguez, coordinatrice pour l'Amérique latine à la Fundación Alternativas ; Karina Cáceres, experte-conseil en communication politique, Amérique latine et genre et Andrés Serbin, président du coordinateur régional de la recherche économique et sociale (CRIES). 

Bien que la crise actuelle touche les systèmes politiques et économiques de toutes les nations de la planète, tout le monde ne souffrira pas de la même manière. Toutefois, ce coup sera amorti différemment selon les endroits, en fonction des dynamiques structurelles qui structuraient les réalités sociales de chaque région avant l'arrivée de la pandémie.

L'Amérique latine est l'une des régions les plus mal placées. Précédée d'une stagnation économique de plus de cinq ans, l'année 2019 en Amérique latine a déjà été une année extraordinairement turbulente : outre les problèmes habituels de trafic de drogue, de sécurité publique, de pauvreté et de crises migratoires, il y a eu une série de manifestations sociales sans précédent qui ont, entre autres, démontré les limites de la gouvernance dans une région plongée dans un cycle d'instabilité politique.

"Je pense que si ce rapport montre quelque chose, c'est bien la grande résilience de l'Amérique latine. L'inégalité sociale et l'incapacité fiscale sont deux des grands défis auxquels le sous-continent doit encore faire face", a déclaré Arancha González Laya, ministre des Affaires étrangères, de l'Union européenne et de la Coopération, lors de la présentation du rapport, qui dresse le bilan de l'année mouvementée qu'a connue la région avant l'arrivée de la pandémie : fuite d'Evo Morales de Bolivie, situation insoutenable au Venezuela, décès dans les rues du Nicaragua... "Vous êtes confrontés à une étape très complexe dans ce domaine, mais ce n'est pas la seule. Dans les années 1980, ils ont dû faire face à un grand nombre de dictatures", explique González Laya. 

Le ministre a souligné que beaucoup pensaient que le continent latino-américain "gérerait mieux la pandémie" après les "expériences de l'Asie et de l'Europe", et si cela était "vrai" dans la phase initiale, au fur et à mesure qu'elle progresse "ses effets dévastateurs" ont également eu un impact très "particulier" sur les pays d'Amérique latine. "Pour l'Amérique latine, 2020 est une année particulièrement complexe. La pression sociale et politique s'ajoute à la crise économique et à la pandémie", a expliqué la coordinatrice de l'étude, Erika Rodríguez, coordinatrice pour l'Amérique latine de la Fundación Alternativas. 

"Les protestations et le mécontentement étaient déjà là avant la pandémie. Une nouvelle façon de faire de la politique est nécessaire face aux nouveaux défis. Les politiques publiques doivent être ambitieuses et offrir une réponse globale, mais avec une perspective régionale", a demandé Karina Cáceres, consultante en communication. Ce rapport propose également quelques recommandations pour aller vers un avenir meilleur : renforcer la fiscalité, l'administration... Pour Cáceres, cette étude est l'occasion de continuer à faire avancer le dialogue sur l'Amérique latine. 

"L'inégalité reste le grand fléau de l'Amérique latine et ce rapport le reflète très bien", a expliqué Andrés Serbin, président de la Coordination régionale de la recherche économique et sociale (CRIES). "Nous avons aussi une crise de la représentation. Les citoyens ne sont pas satisfaits de leurs institutions et il y a de plus en plus de polarisation politique", a conclu avec inquiétude ce politologue argentin.