PUBLICIDAD

Iberdrola

L'approvisionnement en gaz de l'Europe, facteur clé de la crise ukrainienne

La Russie a prévenu que si elle se déconnecte du système de paiement international SWIFT, comme le proposent l'UE et les États-Unis, l'Europe ne recevra pas d'approvisionnement en énergie
AFP/OLGA MALTSEVA

AFP/OLGA MALTSEVA  -   Le logo de Gazprom pendant le Forum international du gaz au centre de conventions et d'expositions Expoforum à Saint-Pétersbourg.

La crise actuelle en Ukraine a mis en évidence la forte dépendance énergétique de l'Europe vis-à-vis de la Russie. Même si l'Union européenne préfère suivre la politique étrangère de Washington vis-à-vis de Moscou, il est indéniable qu'en cas de confrontation, le grand perdant serait l'Europe. En pleine crise énergétique, le continent pourrait se retrouver sans approvisionnement en gaz russe, non seulement parce que la Russie pourrait décider de suspendre ses livraisons, ce que certains analystes excluent, mais aussi parce que, comme Bruxelles et Washington l'ont annoncé, les sanctions affecteraient les relations commerciales et économiques avec les entreprises russes, telles que le géant de l'énergie Gazprom.

La société d'État russe est le principal fournisseur de gaz à l'Europe. Selon les chiffres de l'Office européen des statistiques (Eurostat), ces dernières années, les trois quarts du gaz importé par les pays de l'UE provenaient de la société russe. Selon les données Statista recueillies par NIUS, alors que dans certains pays comme l'Espagne ou les Pays-Bas, l'approvisionnement en gaz russe ne dépasse pas 11 %, d'autres comme la Finlande ou la Lettonie en importent plus de 90 %. C'est la tendance prédominante parmi les pays d'Europe centrale et orientale.

Un trabajador ruso durante una ceremonia que marca el inicio de la construcción del gasoducto Nord Stream en la bahía de Portovaya, a unos 170 kms (106 millas) al noroeste de San Petersburgo, Rusia, el 9 de abril de 2010 AP/DMITRY LOVETSKY
AP/DMITRY LOVETSKY - Un ouvrier russe lors d'une cérémonie marquant le début de la construction du gazoduc Nord Stream dans la baie de Portovaya, à quelque 170 km au nord-ouest de Saint-Pétersbourg (Russie), le 9 avril 2010.

S'il est un pays européen qui se distingue à cet égard, c'est bien l'Allemagne. Le pays, qui importe plus de la moitié de ses produits de Russie, a été décrit par le Frankfurter Allgemeine Zeitung comme "le principal client de Gazprom". C'est pourquoi, sur certaines questions, la position de Berlin vis-à-vis de la Russie diffère de celle de ses alliés européens et américains. Par exemple, dans le cas du gazoduc Nord Stream 2. Ce projet, en plus de profiter à la Russie, profite également à l'Allemagne et à plusieurs entreprises nationales, comme Uniper et Wintershall DEA, investisseurs dans le projet.

Esta foto de archivo tomada el 21 de diciembre de 2004 muestra al presidente ruso Vladimir Putin (izq.) y al entonces canciller alemán Gerhard Schroeder (der.) durante una conferencia de prensa tras las conversaciones sobre acuerdos energéticos y la venta del desmantelado grupo petrolero Yukos AFP/ALEXANDER NEMENOV
AFP/ALEXANDER NEMENOV - Cette photo d'archive prise le 21 décembre 2004 montre le président russe Vladimir Poutine (à gauche) et le chancelier allemand de l'époque, Gerhard Schroeder (à droite), lors d'une conférence de presse organisée à la suite de discussions sur des accords énergétiques et la vente du groupe pétrolier démantelé Yukos.

Malgré la suspension par le gouvernement allemand du processus de certification du gazoduc, le projet a suscité une controverse entre l'Allemagne et les États-Unis. Berlin est allé jusqu'à qualifier d'"ingérence" les sanctions imposées par l'ancien président Donald Trump à l'encontre de Nord Stream 2. La question entourant Nord Stream 2 crée également des divisions au sein de l'Allemagne. Alors que le ministère de la défense soutient que le gazoduc doit être séparé du conflit en Ukraine, le ministère des affaires européennes affirme que le projet ne doit pas être approuvé en raison des actions russes à la frontière. 

El canciller alemán Olaf Scholz PHOTO/REUTERS
PHOTO/REUTERS - Le chancelier allemand Olaf Scholz

L'Allemagne mène également une politique différente de celle de ses partenaires dans la crise actuelle entre l'OTAN et Moscou. Le chancelier Olaf Scholz a décidé de ne pas envoyer d'armes directement en Ukraine, ce qui a provoqué des critiques de la part de Kiev.

La Pologne cherche à réduire sa dépendance vis-à-vis de la Russie en se rapprochant des pays du golfe Persique

Malgré l'importance de Gazprom pour l'énergie européenne, l'entreprise a été la cible de sanctions de la part des pays occidentaux. L'administration de l'ancien président américain Barack Obama a choisi de pénaliser la société, en plus de sanctionner sa filiale pétrolière, Gazprom Neft. La Pologne, pays européen qui reçoit au moins 50 % du gaz russe, selon les données de la Compagnie polonaise du réseau électrique (PGE), a également décidé de sanctionner Gazprom en 2020 par une amende de 6,5 milliards d'euros pour la construction du gazoduc controversé Nord Stream 2. L'Office polonais de la concurrence et de la protection des consommateurs a estimé que ce projet pouvait violer la libre concurrence.

Fotografia de archivo, el presidente de Polonia, Andrzej Duda (izquierda), y el emir de Catar, el jeque Tamim Bin Hamad Al-Thani, se dan la mano durante una ceremonia de bienvenida en el patio del palacio presidencial de Polonia, el 5 de mayo de 2017 AFP/ JANEK SKARZYNSKI
AFP/ JANEK SKARZYNSKI - Photo d'archive, le président polonais Andrzej Duda (L) et l'émir du Qatar Sheikh Tamim Bin Hamad Al-Thani se serrent la main lors d'une cérémonie de bienvenue dans la cour du palais présidentiel polonais, le 5 mai 2017.

Varsovie est l'un des principaux détracteurs de Nord Stream 2, les autorités du pays cherchant à réduire sa dépendance au gaz russe. À cet égard, la compagnie gazière polonaise PGNiG espère ne plus avoir à acheter de gaz russe après 2022, lorsque son accord à long terme avec Gazprom arrivera à son terme. "Nous partons du principe qu'après 2022, nous ne serons pas obligés d'acheter du gaz à Gazprom. C'est notre stratégie. C'est pourquoi nous diversifions l'approvisionnement en gaz de la Pologne, afin de garantir la sécurité énergétique", a déclaré Pawel Majewski, directeur général de la société, à l'agence de presse Reuters. En ce qui concerne Nord Stream 2, M. Majewski a déclaré que s'il commence à fonctionner, il doit le faire "conformément au droit européen". Un autre pipeline, Yamal-Europe, qui passe également par le Belarus et l'Allemagne, traverse la Pologne. Nord Stream, quant à lui, traverse la mer Baltique pour rejoindre la côte nord de l'Allemagne.

Dans le but de réduire les approvisionnements énergétiques russes, la Pologne a commencé à établir des relations commerciales avec les pays du Golfe Persique, tels que le Qatar et l'Arabie Saoudite. Avec Riyad, Varsovie a signé un accord en vertu duquel l'entreprise publique saoudienne Aramco acquerra une participation de 30 % dans la deuxième plus grande raffinerie de pétrole de Pologne, située dans la ville balte de Gdansk. La société saoudienne portera l'approvisionnement en pétrole de la raffinerie polonaise à un niveau compris entre 200 000 et 337 000 barils par jour.

: Petrolero de gas natural licuado (GNL), el DUHAIL. El petrolero qatarí, que fue construido para transferir GNL desde Qatar a Europa y Estados Unidos PHOTO/REUTERS
PHOTO/REUTERS - Navire-citerne de gaz naturel liquéfié (GNL), le DUHAIL. Le pétrolier qatari, qui a été construit pour transférer le GNL du Qatar vers l'Europe et les États-Unis.
Le Qatar, une alternative au gaz russe ?

D'autre part, Doha est devenu l'un des principaux fournisseurs de gaz de la Pologne. Grâce à un accord entre PGNiG et Qatargas, la société énergétique qatarie fournira au pays européen un million de tonnes de gaz jusqu'en 2034. Les deux entreprises ont continué à renforcer cette coopération. En 2017, Qatargas a accepté d'augmenter les volumes de gaz naturel liquéfié (GNL) qu'elle fournit à l'entreprise polonaise pour les porter à 2 millions de tonnes. Maciej Woźniak, vice-président du conseil d'administration pour les affaires commerciales, a qualifié cet accord de " plus gros contrat de Qatargas en Europe ".

Le Qatar est également devenu la principale alternative au gaz russe pour d'autres pays. Joe Biden rencontrera l'émir Tamim bin Hamad Al Thani à Washington dans le courant du mois pour discuter de l'expédition de gaz liquéfié qatari vers l'Europe en cas de conflit avec la Russie. "Les États-Unis se sont engagés à soutenir l'Europe en cas de pénurie d'énergie due à un conflit ou à des sanctions", a déclaré à Reuters un haut responsable du département d'État.

Combinación de imágenes de archivo, del residente estadounidense Joe Biden y del presidente ruso Vladimir Putin AFP/MANDEL NGAN MIKHAIL METZEL
AFP/MANDEL NGAN MIKHAIL METZEL - Combinaison d'images d'archives du résident américain Joe Biden et du président russe Vladimir Poutine.

Cependant, plusieurs médias ont souligné la possibilité que le Qatar ne soit pas en mesure de faire face à l'approvisionnement en gaz de l'Europe. Comme le rapporte Al-Arabiya News, plusieurs experts ont averti que les volumes de gaz liquéfié qui pourraient être expédiés vers l'Europe par certaines entreprises qataries, en mentionnant notamment Qatar Energy, seraient trop faibles pour faire une grande différence. En outre, selon Bloomberg, le Qatar n'a expédié que six cargaisons de gaz vers le nord-est de l'Europe depuis la mi-décembre, alors que les États-Unis en ont envoyé 42 au cours de la même période.

La plupart des cargaisons du Qatar sont envoyées en Asie, où Doha a conclu des accords qu'il ne peut pas suspendre. Les pays asiatiques tels que le Japon, la Corée du Sud et l'Inde représentent 75 % des exportations de gaz qatari, selon les chiffres de 2020 de l'autorité statistique nationale (PSA) du Qatar. Le reste est exporté vers l'Europe et l'Amérique latine.

Trabajos en la obra del gasoducto Nord Stream 2 en Lubmin, al noreste de Alemania AFP/TOBIAS SCHWARZ
AFP/TOBIAS SCHWARZ - Travaux sur le chantier du gazoduc Nord Stream 2 à Lubmin, dans le nord-est de l'Allemagne.

Les autorités qataries ont également mis en garde contre cette situation. Saad al-Kaabi, ministre de l'énergie du Qatar, a déclaré en octobre dernier que le pays ne pouvait pas pomper davantage de gaz pour contribuer à atténuer les prix qui ont augmenté l'année dernière en raison de la pandémie de coronavirus. "Nous produisons au maximum de nos capacités. Nous produisons autant que nous le pouvons", a-t-il déclaré. Dans ce contexte, comme le rapporte Ashraq Business, Doha dépense environ 30 milliards de dollars pour augmenter sa capacité de production de 50 %, mais ce projet ne sera pas achevé avant cinq ans.

La Russie n'envisage pas de suspendre ses approvisionnements, tant qu'elle n'est pas coupée du système SWIFT

L'Europe a commencé à recevoir du gaz naturel russe dans les années 1970, pendant l'ère soviétique. Thane Gustafson, expert en politique russe, note dans son livre Kimat que même au plus fort de la guerre froide, Moscou n'a pas interrompu les exportations de gaz. En revanche, lors du conflit gazier entre l'Ukraine et la Russie en 2009, le flux de gaz à travers l'Ukraine n'a été que brièvement interrompu.

Mapa de Europa en el que se muestra la red de gasoductos en construcción y operativos, destacando los procedentes de Rusia AFP/AFP
AFP/AFP - Carte de l'Europe montrant le réseau de gazoducs en construction et opérationnels, en mettant en évidence ceux en provenance de Russie.

Si les tensions actuelles entre l'OTAN et la Russie ne s'aggravent pas et si l'UE n'adopte pas de sanctions économiques, Moscou n'envisage pas de réduire les livraisons de gaz à l'Europe. Gregor Pett, vice-président exécutif chargé de l'analyse du marché chez Uniper, une société allemande spécialisée dans l'énergie, a expliqué lors d'une récente interview que la Russie cherche à maintenir sa réputation de fournisseur de gaz stable. Il souligne également que les exportations de gaz constituent un facteur économique important dans le pays.

Même lorsque le président biélorusse Alexandre Loukachenko a menacé d'arrêter les livraisons de gaz à l'Europe pendant la crise migratoire, Poutine a souligné qu'une telle décision constituerait une violation de l'accord de transit du gaz. En outre, le président russe a choisi d'augmenter les livraisons de gaz via le gazoduc Yamal-Europe. Selon l'agence de presse TASS, le volume de gaz est passé à 860 000 mètres cubes par heure, contre 360 000 mètres cubes par heure précédemment.

Soldados ucranianos de pie en un puesto de control cerca de la línea de separación de los rebeldes prorrusos, Mariupol, región de Donetsk, Ucrania AP/ANDRY DUBCHANK
AP/ANDRY DUBCHANK - Des soldats ukrainiens se tiennent à un poste de contrôle près de la ligne de séparation des rebelles pro-russes, Mariupol, région de Donetsk, Ukraine.

Toutefois, si la Russie est déconnectée du système de paiement international SWIFT, l'Europe ne recevra pas de pétrole et de gaz, comme l'a prévenu Nikolay Zhuravlev, vice-président du Conseil de la Fédération (la chambre haute du parlement russe). "Si la Russie se déconnecte de SWIFT, nous ne recevrons pas de devises étrangères. Les acheteurs, les pays européens en premier lieu, ne recevront pas nos produits : pétrole, gaz, métaux et autres composants importants de leurs importations", a déclaré Zhuravlev à TASS. Cette possibilité a été évoquée lors du sommet entre les ministres européens des affaires étrangères et Antony Blinken, bien qu'un groupe de pays mené par l'Allemagne ait rejeté la proposition.