PUBLICIDAD

Marruecos

L'armée marocaine repousse plus de 400 cyberattaques

La Direction générale de la sécurité des systèmes d'information des armées crée un dispositif de chiffrement pour protéger les données des utilisateurs
Un hacker cagoulé tient un ordinateur portable

REUTERS/KACPER PEMPEL  -   Un hacker cagoulé tient un ordinateur portable

La Direction générale de la sécurité des systèmes d'information (DGSSI) de l'armée a indiqué que plusieurs structures publiques et privées ont subi diverses cyberattaques. Rien que cette année, l'armée a contenu au moins 400 attaques, ce qui est très grave pour la sécurité des cyberutilisateurs. Le centre de surveillance des forces armées a constaté l'augmentation de ces attaques et, pour y faire face et les prévenir, la présence de l'armée sur le réseau a été multipliée afin de neutraliser tout type de menace, tant interne qu'externe. Celle-ci tentera de garantir la confidentialité des internautes, leur sécurité et mettra l'accent sur la protection de la vie privée lors de l'échange d'informations. 

A cet effet, la DGSSI a développé un dispositif de cryptage, entièrement d'origine 100% marocaine, qui a été mis à la disposition des infrastructures sensibles sur la base de programmes nationaux de cryptage. L'objectif de cet outil est de protéger les données relatives aux appels, aux audios, etc., ainsi que les textes, afin de lutter contre le piratage. 

Abdelatif Loudy, ministre marocain de la défense nationale, dont fait partie la DGSSI, a informé par communiqué de presse que "la DGSSI a fourni une grande assistance technique aux infrastructures critiques pour faciliter le déploiement des moyens nécessaires pour surveiller et contrer les cyberattaques". Le ministre a également ajouté qu'en raison de ces dernières menaces sur les systèmes technologiques, la sécurité des systèmes des ministères, des institutions publiques et des agences stratégiques a été examinée afin de garantir et d'évaluer leurs mécanismes de sécurité contre les attaques de pirates informatiques. À cette fin, le nouveau dispositif a été utilisé pour des tests. 

Yigal Unna, director general de la Dirección Cibernética de Israel, del general El Mostafa Rabii, director de la Dirección de Seguridad Cibernética del Departamento de Defensa Nacional de Marruecos, y el ministro de Defensa marroquí, Abdellatif Loudiyi, firman un acuerdo de ciberseguridad en Rabat (Cortesía)
Yigal Unna, directeur général du Cyber Directorate d'Israël, le général El Mostafa Rabii, directeur de la direction de la cybersécurité du ministère marocain de la Défense nationale, et le ministre marocain de la Défense, Abdellatif Loudiyi, signent un accord de cybersécurité à Rabat (Courtesy)

Loudy indique également que la DGSSI a adopté des mesures telles que l'intégration de logiciels de cryptage très avancés, la mise en évidence des secteurs gouvernementaux et des structures au sein du gouvernement qui les soutiennent, afin de protéger les données et les communications.  

Ces faits ont conduit le Maroc à progresser dans le monde de la cybersécurité et, grâce aux systèmes de protection mis en place par le pays, il se trouve aujourd'hui à la 50e place des pays les mieux sécurisés, selon le classement effectué par l'Union internationale des télécommunications, passant de la 93e place où il se trouvait la dernière fois que le rapport a été réalisé. Il convient de mentionner qu'à l'époque que nous vivons, qui est celle de la pandémie du coronavirus et qui en est la conséquence, la plupart des secteurs et la manière de mener diverses affaires ont été numérisés. L'importance de la sécurité est à son comble, notamment dans les systèmes publics fournis par le gouvernement et les ministères, qui ont changé leur façon de faire et sont désormais en ligne. C'est précisément dans ces mouvements que la plupart des données personnelles et des informations privées sont échangées et volées pour diverses raisons, qu'il s'agisse de cyberintimidation, de vol d'identité, etc. 

Ciberseguridad

Il est essentiel de protéger efficacement les systèmes électroniques. En particulier dans les archives numériques des États, dont la sécurité et la pérennité sont menacées, car les cyberattaques ont pour principal objectif le piratage, le vol de données, les dommages et la cyberguerre. Tout cela entraîne des conséquences très négatives pour les pays, qui peuvent être dévastatrices tant pour les organisations que pour les citoyens ordinaires.  

Depuis 2012, le Maroc s'est montré intéressé par l'amélioration de ses systèmes contre ces attaques et, à son tour, par la recherche de moyens pour les endiguer et se protéger par des mesures. À cette fin, plusieurs lois ont été établies dans le cadre juridique pour renforcer la sécurité des systèmes d'information, assurer la protection du cyberespace et punir sévèrement quiconque porte atteinte à la vie privée sur l'internet.