PUBLICIDAD

Iberdrola

Le CDT présente un projet de régulation des prix des carburants au Maroc

Le plan présenté à la Chambre des conseillers vise à protéger les consommateurs, en plus de prévenir tout effet négatif sur l'augmentation du coût du carburant
parlamento-maroc

 -  

La Confédération démocratique du travail (CDT) a soumis à la Chambre des conseillers du Maroc un projet de loi visant à réglementer les prix des carburants dans le pays. Le plan du syndicat pour cette réforme garantirait la sécurité du marché de la nation, ainsi qu'une amélioration de la quantité et de la qualité. Dans le même temps, les prix seront fixés en fonction de la bourse des consommateurs, ce qui entraînera une amélioration spectaculaire de l'économie nationale.

À cette fin, l'organisation a discuté devant la Chambre des améliorations que sa mise en œuvre apporterait au Royaume. Le CDT a réfléchi à la dernière loi en la matière, promulguée le 30 juin 2014, à propos de laquelle il affirme qu'il est urgent de la réformer, car le temps a montré les limites qu'elle avait en la matière, outre le fait que le syndicat défend que cette mesure n'a jamais protégé les intérêts des consommateurs contre la spéculation sur les prix des carburants. 

parlamento-maroc

La Confédération a insisté sur ce point, le désignant comme l'un des plus gros problèmes en la matière, puisque pour eux les distributeurs de carburant ont profité de l'absence de concurrence sur le marché des hydrocarbures, et ont fixé au fil des ans des prix inabordables. Cela permet également de s'assurer que les effets ont eu des répercussions sur les coûts de transport, le prix des matériaux pour le secteur agricole et, surtout, sur les produits de base achetés par les citoyens.

Un autre point clé de cette session a été la recommandation du CDT de retirer les carburants de la liste des produits libéralisés. Si cela devait devenir une réalité, cela donnerait du pouvoir aux autorités compétentes dans ce secteur, qui pourraient mieux réguler le prix des carburants en liaison avec les produits pétroliers.

Le syndicat a donc suggéré au ministère de l'Économie et des finances de fixer les prix chaque semaine, notamment chaque lundi à minuit, le prix de vente maximum devra être communiqué au pays, en fonction du coût de la vie de la population. Il leur est également proposé de mettre en place un système de suivi des infractions éventuelles et, si elles se produisent, d'imposer les sanctions correspondantes. 

petrol-maroc
Station service Petrom au Maroc . PHOTO/PETROM.MA

Le Parti du progrès et du socialisme (PPS), qui fait partie du groupe parlementaire du Royaume, a soumis une proposition similaire à la Chambre des représentants fin décembre. Le PPS a également appelé à l'amélioration des prix du carburant, ainsi qu'à l'adoption de systèmes pour l'amélioration et la qualité du carburant et de sa distribution.

La Confédération démocratique du travail - son nom original - a été fondée dans le but d'améliorer la situation de la classe ouvrière marocaine, selon son site web. Il s'agit d'un syndicat, initialement affilié au parti de l'Union socialiste des forces populaires (USFP), mais qui fait aujourd'hui partie du Congrès national Ittihadi, un parti membre de la Fédération de la gauche démocratique. L'organisation a été fondée en 1978 et n'a cessé depuis lors de lutter pour les droits des Marocains.

Ses tâches se répartissent principalement entre l'encouragement des initiatives dans le Royaume, la mobilisation des masses laborieuses contre la surexploitation, la préservation des acquis sociaux et les différentes luttes sociales telles que l'égalité des femmes, entre autres. Depuis ses débuts, il a participé à des grèves de masse qui ont eu un grand impact au Maroc dans les années 80 et 90, et c'est là que ce syndicat a commencé à prendre le pouvoir dans le pays. L'un de ses principaux projets est le plan égalité et 50-50, dans le cadre duquel elle lutte pour l'égalité des femmes.