PUBLICIDAD

Iberdrola

Le chef de la police israélienne effectue sa première visite officielle au Maroc

Le Royaume reçoit pour la troisième semaine consécutive la visite de représentants israéliens, alors que les deux puissances continuent de renforcer leurs relations dans le cadre des Accords d'Abraham
atalayar-chef-de-police-israel-yaakov-shabtai-visite-maroc-cooperation-accords-abraham

REUTERS/AMIR COHEN  -   Le chef de la police israélienne Yaakov Shabtai présente aux médias un système laser visant à intercepter les ballons incendiaires lancés par les Palestiniens de l'autre côté de la frontière depuis la bande de Gaza

Après la visite du chef d'état-major de l'armée israélienne, le lieutenant-général Aviv Kohavi, durant la semaine du 20 juillet, et celle des ministres hébraïques de la Coopération régionale et de la Justice, Issawi Frej et Gideon Sa'ar, la semaine dernière, le Maroc a reçu ce lundi un autre représentant israélien de haut rang. Yaakov Shabtai, le chef de la police d'État israélienne, s'est rendu dans la capitale marocaine, Rabat, qui accueille pour la troisième semaine consécutive la visite officielle de représentants israéliens, afin de travailler sur la coopération bilatérale entre les deux pays. 

"Cette semaine, nous continuons avec les visites historiques, puisque nous recevons aujourd'hui l'inspecteur général de la police israélienne, Yaakov Shabti, pour sa première visite officielle au Maroc. Il sera accompagné du chef du département des Relations extérieures et du chef de la division du Renseignement. Cette visite permettra de renforcer la coopération bilatérale dans le domaine de la sécurité et de l'échange d'expériences", a tweeté le chef du bureau de liaison d'Israël au Maroc, David Govrin. 

Yaakov Shabti, accompagné des chefs des divisions des renseignements et des Affaires étrangères de la police israélienne, devrait rencontrer lors de cette première visite officielle - qui durera jusqu'au vendredi 5 août - des responsables de la Gendarmerie royale marocaine et de la Direction générale de la Sûreté nationale, et visiter des installations de la police. Selon le porte-parole de la police hébraïque, cette visite permettra de consolider la coopération bilatérale aux niveaux opérationnel, du renseignement et des enquêtes. 

Enfin, le dernier jour de son séjour au Maroc, l'agenda de Shabti prévoit une visite du mausolée Mohammed V, où sont enterrés le père et le grand-père du roi Mohammed VI - respectivement Hassan II et Mohammed V - ainsi qu'une rencontre avec la communauté juive du Maroc et ses institutions.

atalayar-police-chief-israel-yaakov-shabtai-travels-morocco
REUTERS/AMIR COHEN - Le chef de la police israélienne, Yaakov Shabtai, présente aux médias un système laser visant à intercepter les ballons incendiaires lancés par les Palestiniens de l'autre côté de la frontière depuis la bande de Gaza
Aller de l'avant avec un mémorandum 

La visite de Shabti, qui, selon des sources proches de la réunion, était en préparation depuis plusieurs semaines, a eu lieu après la signature d'un mémorandum de Coopération juridique pour l'échange d'expériences et le développement conjoint de systèmes judiciaires numérisés. L'accord a été rendu possible la semaine dernière à la suite d'un voyage des chefs israéliens de la Justice, Gideon Sa'ar, et de la Coopération régionale, Issawi Frej, et représente le premier pacte de ce type depuis que les deux puissances ont normalisé leurs relations en 2020.

Ainsi, la signature de cet accord entre l'homologue marocain, Abdellatif Ouahbi, et l'homologue israélien, Gideon Sa'ar, s'ajoute aux progrès de la coopération militaire réalisés lors de la visite du lieutenant-général Aviv Kohavi, premier chef d'état-major de l'armée israélienne à effectuer une visite officielle dans le Royaume, et du protocole d'accord bilatéral de partenariat sécuritaire signé par le ministre hébreu de la Défense, Benny Gantz, à Rabat.

ministre-atalayar-justice-maroc-israël-accord-mémorisant-la-coopération-juridique
PHOTO/AFP - Le ministre marocain de la Justice Abdellatif Wehbe (à droite) et le ministre israélien de la Justice Gideon Saar (à gauche) se serrent la main après avoir signé un accord à Rabat
Le Maroc, Israël et les accords d'Abraham

Pour sa part, Nasser Bourita, ministre marocain des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Expatriés marocains, a accepté la semaine dernière l'invitation d'Issawi Frej, ministre israélien de la Coopération régionale, à se rendre dans l'Etat hébreu en septembre prochain pour participer au deuxième anniversaire des Accords d'Abraham, auquel participeront également de hauts responsables d'autres pays, tels que les Emirats arabes unis, le Bahreïn et le Soudan. 

Depuis que Rabat et Tel Aviv ont rétabli leurs relations diplomatiques à la fin de l'année 2020 - après près de 20 ans d'hostilités dues à la deuxième Intifada palestinienne en 2000 - les deux parties ont travaillé sans relâche pour respecter leur engagement à dynamiser les liens et à renforcer leur coopération. Notamment dans les domaines de la sécurité et du commerce, par des mesures telles que la réouverture de bureaux de liaison, le lancement de liaisons aériennes directes et la signature successive d'accords et de mémorandums conjoints. 

atalayar-abraham-us-donald-trump-états-unis-israël-arabes-émirats-unis-bahreïn-arrangements
REUTERS/TOM BRENNE - De gauche à droite, le ministre bahreïni des Affaires étrangères Abdullatif Al Zayani, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis (EAU) Abdullah bin Zayed montrent leurs copies des accords signés sous le regard du président américain Donald Trump

Le rôle des États-Unis de Donald Trump a été déterminant pour ce changement. Par le biais des documents tripartites connus sous le nom d'Accords d'Abraham, l'ancien président républicain a officiellement reconnu la souveraineté marocaine sur les territoires du Sahara occidental en échange de la reprise des relations du Royaume du Maroc avec l'État d'Israël. Un pacte annoncé par Washington le 10 décembre 2020, et finalement signé le 22 décembre 2020.