PUBLICIDAD

Iberdrola

Le combat des Ouïgours contre la main " oppressive " de la Chine

Un récent rapport des Nations unies accuse le géant asiatique de crimes contre l'humanité au Xinjiang
uigures-manifestantes

AP/LEE JIN-MAN  -   Un manifestant tient une pancarte lors d'une manifestation de soutien aux Ouïghours et à leur lutte pour les droits de l'homme à Hong Kong, le 22 décembre 2019

La Chine, qui se trouve sous le feu des projecteurs internationaux, notamment en raison de son différend permanent avec Taïwan, ouvre un autre front à l'intérieur de ses frontières. Cette fois, il s'agit des attaques contre le peuple ouïgour. 
 
Mais qui sont les Ouïghours ? C'est un peuple qui se voit et se représente comme un groupe ethnique distinct de la Chine et culturellement plus proche des pays d'Asie centrale avec lesquels il partage, entre autres, la religion musulmane. On les trouve principalement dans la région autonome du Xinjiang - tout comme le Tibet dans le sud du pays - et pendant des siècles, leur économie a tourné autour de l'agriculture et du commerce, devenant ainsi un point de passage sur la Route de la soie.

uigures-china
AFP/JOHANNES ELISELE - Hommes musulmans Hui quittant la mosquée Laohuasi après la prière du vendredi à Linxia, dans la province du Gansu, en Chine

Au début du XXe siècle, le peuple ouïgour a déclaré son indépendance vis-à-vis de la Chine, mais cette période a été de courte durée, car en 1949, le peuple est passé sous le contrôle des communistes chinois. C'est alors que l'exode a commencé. Le Congrès mondial ouïghour, basé à Munich, en Allemagne, affirme que 20 millions de Ouïghours se trouvent désormais à l'extérieur du pays, avec des communautés importantes aux États-Unis, en Allemagne et en Turquie. 
 
Pour ceux qui sont restés dans la région, le transfert de la population chinoise à l'intérieur des frontières du Xinjiang - une pratique communiste courante - a fait de ce peuple une minorité (45%) et donc les intérêts du géant asiatique prévalent. 
 
Tout au long des années 1990 et 2000 - par exemple, pendant les Jeux olympiques de Pékin en 2008 - le peuple du Xinjiang a été réprimé et accusé de terrorisme, prétendant, selon la Chine, qu'il s'agit d'un peuple séparatiste aidant Al-Qaïda et entraîné en Afghanistan, bien qu'aucune preuve de cela n'ait été trouvée.  

mapa-campamento-uigures
AFP/AFP - Graphique sur les camps de "rééducation" dans la région chinoise du Xinjiang, selon les recherches publiées en novembre 2019 par le Mouvement d'éveil national du Turkestan oriental

Toutefois, les détentions arbitraires, fondées sur la crainte de la Chine de la création éventuelle d'un État indépendant dans le pays, se sont multipliées ces derniers mois. C'est pourquoi les Nations unies ont décidé d'intervenir en rédigeant un rapport sur la situation dans la région autonome, qui fait également référence au cas vécu par Nury Turkel et à son récent livre "No escape".

Le rapport de l'ONU : controversé

Ces groupes ont formulé d'importantes critiques et plaintes concernant le récent rapport publié par les Nations unies (ONU) sur leur situation au Xinjiang, une région autonome du pays. Plus précisément, le document de 45 pages du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HCDH) est le résultat de l'alarme exprimée aux comités de l'ONU en 2018 après avoir appris que des disparitions forcées, de la discrimination raciale et de la torture auraient lieu dans la région. Entre mai et avril de cette année - après la stabilisation de la pandémie de COVID-19 - le HCDH s'est rendu sur le terrain. 
 
Le rapport, qui a été élaboré pendant des années, conclut que Pékin est coupable de crimes contre l'humanité, mais le document n'a pas inclus le terme de génocide, comme le réclament les minorités ethniques et religieuses du pays. Selon Rahima Mahmut, militante ouïgoure basée au Royaume-Uni et présidente du Congrès mondial ouïgour, "dans une ultime insulte aux survivants ouïgours, le rapport ne mentionne pas une seule fois le mot génocide". Rayhan Asat, militant ouïgour et avocat des droits de l'homme, a qualifié le rapport de "conservateur" mais a ajouté qu'il "donnait une voix aux victimes" dans une interview accordée au Guardian.

uigures-furgon-policial
AP Photo/Ng Han Guan  - Convoi de police chinois à Kashgar (Xinjiang). Cette province abrite le plus grand nombre de Ouïghours, une minorité marginalisée par le gouvernement
L'utilisation de la haute technologie pour déterminer les crimes

Le document, produit par l'ONU, a été compilé à l'aide d'images satellites de haute technologie, y compris des preuves graphiques et des témoignages de personnes directement touchées par la répression ou l'analyse des données. Michelle Bachelet, haute commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, en a été témoin et a publiquement réprimandé les actions de la Chine. Lors d'une visite en territoire ouïgour, Bachelet a assisté à des déplacements forcés de population, visité des camps d'endoctrinement et constaté la répression exercée par la Chine dans la région autonome. Le document appelle la Chine à "réviser complètement" ses lois sur la sécurité intérieure et à abroger toutes les lois discriminatoires à l'encontre des minorités. Cependant, la Chine a rejeté à la fois les accusations et les recommandations de l'ONU. 
 
Pour leur part, les États-Unis ont exprimé publiquement leur préoccupation face à cette situation, tout comme les parlements d'autres pays occidentaux, dont le Canada, le Royaume-Uni et la France.

uigures-china-carrtera
AP Photo/Ng Han Guan  - Dans des camps comme celui-ci, le gouvernement chinois détient près d'un million de Ouïgours. Sous l'euphémisme de "rééducation", un programme d'assimilation culturelle est mis en œuvre
Que représente l'enquête ?

Le rapport des Nations unies est catégoriquement insuffisant pour les minorités ethniques : "C'est une victoire pour la Chine, qu'ils accusent de faire pression sur l'organe supranational pour qu'il ne leur applique pas officiellement la convention des Nations unies sur le génocide", a déclaré à Middle East Eye Salih Hudayar, Premier ministre du gouvernement du Turkestan oriental en exil - qui représente plus d'une douzaine d'organisations de la diaspora ouïghoure et turque orientale. Comme indiqué, outre les attaques contre les Ouïghours, le rapport énumère également les crimes commis contre d'autres peuples ethniques turcs et minorités musulmanes.

Dans la lignée du rapport publié par l'ONU, d'autres organisations telles qu'Amnesty International, Human Rights Watch et le Consortium international des journalistes d'investigation partagent l'avis du rapport du HCDH, qui fait état de schémas d'arrestations massives, de torture et de persécution culturelle par le biais de camps dits de rééducation ou de cas de violence sexuelle et sexiste. 
 
En conséquence, plus de 60 groupes ouïgours ont appelé la communauté internationale à agir et à demander des enquêtes officielles et indépendantes sur les violations des droits de l'homme commises par la Chine. Les groupes demandent également au Conseil des droits de l'homme des Nations unies de créer une commission d'enquête sur la question et au Bureau des Nations unies pour la prévention du génocide de procéder à une nouvelle évaluation.