PUBLICIDAD

Iberdrola

Le démarrage d'un champ gazier israélien ravive les différends maritimes avec le Liban

Les responsables libanais condamnent les actions d'Israël et le Hezbollah menace d'une intervention armée, tandis que les yeux des Palestiniens sont braqués sur l'inaction de l'Autorité palestinienne face à l'inflation
PHOTO/REUTERS   -   Campo de gas natural Leviathan, en el Mar Mediterráneo, frente a la costa de Haifa, Israel

PHOTO/REUTERS  -   Le démarrage d'un champ gazier israélien ravive les différends maritimes avec le Liban

L'arrivée d'une unité flottante de production, de stockage et de déchargement (FPSO) d'Energean Power dans le champ gazier israélien de Karish a ravivé les tensions avec le Liban. Le champ se trouve dans des eaux que Tel Aviv considère comme faisant partie de sa zone économique exclusive (ZEE), mais qui sont contestées par Beyrouth.

"Je salue l'arrivée de la plateforme en Israël et j'espère que son raccordement et les tests requis seront effectués rapidement et avec succès [...] nous continuerons à œuvrer pour la diversification du secteur énergétique et la préservation de sa stabilité et de sa fiabilité", a déclaré Karine Elharrar, la ministre israélienne de l'Énergie, dans un communiqué.

Tel Aviv et Beyrouth n'entretiennent pas de relations diplomatiques et, à ce titre, n'ont jamais délimité leurs frontières maritimes. Dès que de nouvelles ressources en gaz ont commencé à être découvertes en Méditerranée orientale, les différends à cet égard se sont intensifiés. En 2011, le Liban, par le biais de ce que l'on appelle le décret 6433, a soumis aux Nations unies une carte maritime qui incluait dans ses eaux une zone de 860 kilomètres carrés revendiquée par les deux pays entre ce que l'on appelle les lignes 1 et 23.

Les États-Unis ont tenté une médiation entre les deux parties pour parvenir à un accord, mais les négociations n'ont pas abouti et ont été gelées en décembre 2020, lorsque l'équipe de négociation libanaise a augmenté la revendication de ce qu'on appelle la ligne 29, augmentant les revendications de 1 430 kilomètres carrés, dans une zone où se trouve partiellement le champ pétrolifère de Karish.

PHOTO/DALATI NOHRA - El presidente de Líbano, Michel Aoun
PHOTO/DALATI NOHRA - Le président du Liban, Michel Aoun

Toutefois, bien que Beyrouth ait systématiquement revendiqué ce territoire depuis lors, le gouvernement de Michel Aoun n'a pas encore présenté d'amendement au décret 6433, de sorte que cette revendication n'a jamais été formalisée, mais ne représente pour l'instant qu'une position de négociation. Et dans un contexte de demande croissante de gaz naturel en Europe pour réduire les importations en provenance de Russie, Tel Aviv a pris les devants.

Les mesures israéliennes ont été condamnées par l'ensemble du spectre politique libanais. "Les négociations sur la délimitation de la frontière maritime sont toujours en cours, et toute activité ou opération dans la zone contestée constitue donc une provocation et un acte hostile", a déclaré le président Aoun, qui a appelé le Conseil de sécurité de l'ONU à exiger qu'Israël cesse d'exploiter le champ.

REUTERS/STEPHANIE McGEHEE  -   El primer ministro libanés Najib Mikati
REUTERS/STEPHANIE McGEHEE - Premier ministre libanais Najib Mikati

Le Premier ministre par intérim, Najib Mikati, a condamné l'action israélienne, accusant Tel Aviv de chercher à imposer un fait accompli. "Cela est extrêmement dangereux et pourrait créer des tensions aux conséquences imprévisibles", a prévenu l'homme politique sunnite. "Nous demandons à l'ONU et à toutes les parties concernées de comprendre la situation et de forcer l'ennemi israélien [sic] à cesser ses provocations", a conclu Mikati.

Dans une déclaration commune, Aoun et Mikati ont également annoncé qu'ils inviteront l'émissaire américain chargé de la médiation entre Israël et le Liban, Amos Hochstein, à Beyrouth pour "discuter de la poursuite des négociations pour la délimitation de la frontière maritime sud [...] afin d'éviter toute escalade qui serait préjudiciable à la stabilité de la région"

Le président du Parlement, Nabih Berri, a déclaré que "si [Amos] Hochstein ne coopère pas ou n'obtient pas de résultats, le gouvernement libanais devrait se réunir et décider à l'unanimité de modifier le décret 6433 et de l'envoyer aux Nations unies".

Plusieurs des députés protestataires, des politiciens réformateurs qui ont fait leur entrée au Parlement lors des dernières élections avec l'objectif déclaré de renouveler la politique du pays, ont également condamné l'arrivée du navire dans les eaux contestées, comme Ibrahim Mneimné, qui a déclaré au média local L'Orient-le Jour que "nous voulons au moins faire valoir et protéger nos droits sur le plan juridique et diplomatique"

AFP/HO/IRAN PRESS  -   El líder del movimiento chií Hizbulá de Líbano, Hassan Nasrallah
AFP/HO/IRAN PRESS - Le chef du mouvement chiite libanais Hezbollah, Hassan Nasrallah.

Mais la condamnation la plus forte est venue du grand ennemi d'Israël dans le pays, le Hezbollah. "Lorsque l'État libanais dira que les Israéliens attaquent nos eaux et notre pétrole, nous serons prêts à faire notre part en termes de pression, de dissuasion et d'utilisation des moyens appropriés, y compris la force", a déclaré à Reuters le secrétaire général adjoint du Hezbollah, Naim Kassem, affirmant la détermination du parti à agir même si cela devait signifier le début d'un conflit.

Plus tôt, Hassan Nasrallah, le chef du parti, a déclaré que le Hezbollah avait la capacité d'empêcher l'exploitation par Israël des champs pétrolifères contestés et a averti que "les négociations, notamment par le biais des conspirateurs, des collaborateurs et des intermédiaires américains malhonnêtes qui soutiennent Israël, ne nous mèneront à aucun résultat".

PHOTO/MARWAN NAAMANI  -   Partidarios de Hizbulá agitan banderas mientras asisten a una manifestación masiva y a un discurso televisado del secretario general Hassan Nasrallah, en homenaje a Qassem Soleimani
PHOTO/MARWAN NAAMANI - Des partisans du Hezbollah agitent des drapeaux alors qu'ils assistent à un rassemblement de masse et à un discours télévisé du secrétaire général Hassan Nasrallah en hommage à Qassem Soleimani.

Le Hezbollah, allié de l'Iran et largement considéré comme son groupe mandataire au pays des cèdres, a affronté Israël à de nombreuses reprises, et le groupe menace maintenant d'attaquer le navire israélien. Cette escalade rhétorique intervient quelques jours seulement après que le parti chiite a subi un revers parlementaire, sa coalition ayant perdu sa majorité au Parlement lors des dernières élections législatives.

Malgré la condamnation du pays arabe, Israël, qui aspire à devenir une puissance énergétique, prévoit que le FPSO commence l'extraction de gaz naturel dès que possible. La porte-parole du ministère israélien de l'Énergie a déclaré à l'AFP que les travaux de forage étaient terminés et que les expéditions de gaz vers le continent devraient commencer en septembre. 

PHOTO/ABIR SULTAN via AP  -   El primer ministro israelí Naftali Bennett asiste a una reunión del gabinete en la oficina del Ministerio de Asuntos Exteriores en Jerusalén el sábado 11 de septiembre de 2021
PHOTO/ABIR SULTAN via AP - Le Premier ministre israélien Naftali Bennett

Elharrar, quant à elle, a déclaré que Tel Aviv ne s'inquiète pas des menaces du Liban, affirmant que la rhétorique libanaise est loin de la réalité. "Nous ne sommes pas du tout dans cette situation", a déclaré la ministre, qui a néanmoins prévenu qu'"Israël se prépare [...] je recommande que personne ne [tente] de nous surprendre".

Par ailleurs, le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, a déclaré que "le différend [maritime] sera résolu dans le cadre de négociations entre nous et le Liban, par la médiation des États-Unis"

PHOTO/ABRIR SULTAN/REUTERS  -   El ministro de Defensa israelí Benny Gantz
PHOTO/ABRIR SULTAN/REUTERS - Le ministre israélien de la défense, Benny Gantz
En Palestine, les autorités locales dans le collimateur

Alors qu'Israël suscite la colère au Liban, notamment au sein du Hezbollah, en Palestine, l'attention s'est déplacée ces derniers jours de Tel Aviv vers la hausse des prix des denrées alimentaires et autres produits de première nécessité, avec l'Autorité palestinienne en point de mire.

Ces derniers jours, plusieurs manifestations ont eu lieu à Hébron, la principale ville de Cisjordanie, dont 80 % du territoire est administré par l'Autorité palestinienne et 20 % occupé par Israël. Les manifestants palestiniens, organisés sous le slogan "Nous voulons vivre", ont protesté contre l'augmentation rapide et importante des prix des produits alimentaires et énergétiques, exigeant que l'Autorité palestinienne prenne des mesures. 

AP/ALEX BRANDON  -   El presidente palestino Mahmoud Abbas
AP/ALEX BRANDON - Le président palestinien Mahmoud Abbas

Le gouvernement palestinien, qui exerce une autonomie limitée en Cisjordanie, a déjà exempté le blé de l'augmentation de la taxe qu'il a introduite en février dernier, mais les manifestants exigent que cette exemption soit appliquée à d'autres produits, tout en soumettant les autorités locales à un contrôle accru.

Ce mécontentement s'inscrit dans le contexte du non-paiement d'une partie des salaires publics par l'Autorité palestinienne depuis novembre, qui accuse Israël de retenir les recettes fiscales et de réduire les dons internationaux.