PUBLICIDAD

Iberdrola

Le Maroc établit sa première base de défense aérienne à longue portée

La nouvelle base sera établie dans la ville de Sidi Yahia El Gharb, à quelque 60 kilomètres de Rabat
marruecos-sistema-defensa

PHOTO/CHINA DAILY  -   Sistema de defensa aérea chino FD-2000B

Le Maroc entend faire un pas en avant dans la course aux armements qui a commencé avec la rupture des relations diplomatiques avec l'Algérie il y a quatre mois. Cette fois, il s'agit de l'établissement de la première base de défense aérienne à longue portée que le royaume ait jamais eue. Le lieu choisi pour abriter cette nouvelle base est Sidi Yahia El Gharb, à quelque 60 kilomètres au nord de la capitale, qui a déjà été active tout au long de l'année avec l'activation de certains systèmes de défense.

La base couvrira vraisemblablement une superficie d'environ 42 000 mètres carrés. Les mouvements qui ont eu lieu à ce même endroit au milieu de l'année donnaient déjà un aperçu de ce qui était à venir. Au cours de l'été, quatre batteries du système chinois de défense antiaérienne FD-2000B, commandé par Rabat il y a un peu plus de quatre ans, ont été installées. Il y a quelques semaines seulement, ces systèmes, fabriqués par la société de défense CASIC (China Aerospace Science and Industry Corporation), ont été activés à Sidi Yahia El Gharb.

Le système anti-aérien FD-2000B est une nouvelle version du système russe S-300 qui, comme le S-400, a été entouré de nombreuses controverses en raison du différend entre les États-Unis, la Turquie et la Russie concernant la vente de ces systèmes par Moscou à Ankara. Le FD-2000B est une version export du système anti-aérien HQ-9B, également produit par CASIC Defense Corporation. Le dispositif marocain nouvellement activé a une portée d'interception allant jusqu'à 300 kilomètres à une altitude de 30 kilomètres et un radar capable de localiser des cibles à 280 kilomètres.

Selon le média espagnol "Defensa", le FD-2000B pourrait être utilisé dans le cadre du réseau que le gouvernement d'Aziz Akhanouch envisage de mettre en place. Il s'agirait d'un modèle à plusieurs niveaux qui comprendrait d'autres systèmes tels que le TY-90/DY-90 à courte portée ou le Sky Dragon-50 à moyenne portée. A ceux-ci s'ajoutent ceux que le royaume alaouite envisage d'acquérir. Le Patriot américain et le Barak-8 israélien sont deux systèmes qui intéressent le Maroc, et qui seraient compatibles avec les systèmes chinois qui pourraient ne pas offrir tous les services souhaités par Rabat.

Le cas du Barak-8 israélien n'est pas nouveau. "Defensa" affirme que c'est un système qui est depuis longtemps convoité par les Marocains. Cependant, l'absence de relations diplomatiques jusqu'à il y a tout juste un an a rendu impossible son achat. Aujourd'hui, avec la normalisation des relations et le nombre croissant d'accords signés entre le royaume et Tel Aviv, l'acquisition du système Barak-8 pourrait devenir une réalité dans un avenir proche. Cette démarche est également motivée par les difficultés rencontrées par le royaume pour acheter le Patriot américain en raison des grandes différences de conditions d'utilisation et de prix qui ont empêché la conclusion d'un accord avec Washington.

La nouvelle base anti-aérienne est destinée à être l'un des projets de défense les plus importants du pays, c'est pourquoi de nouveaux accords sont recherchés pour l'achat de systèmes et pas seulement du FD-2008B. La tension avec l'Algérie fait que le Maroc concentre ses efforts sur un domaine dans lequel il n'a pas montré historiquement une grande préoccupation. En effet, le Maroc s'est limité à l'utilisation des chasseurs de son armée de l'air en raison de l'absence de missiles balistiques dans ses pays voisins. Cependant, les tensions en Afrique du Nord ont conduit à un réarmement de plus en plus intense.