PUBLICIDAD

Marruecos

Le Maroc aide les travailleurs du tourisme

Ce plan permettra de relancer le tourisme local afin d'atténuer la fermeture des frontières suite à l'apparition de la nouvelle variante du coronavirus
Fátima Zahra Ammor

 -   Fatima Zahra Ammor, ministre du tourisme du Maroc

Fatima Zahra Ammor, ministre marocaine du Tourisme, a rencontré lors d'une séance de travail le gouvernement du pays alaouite et des représentants de la Confédération nationale du tourisme pour discuter du tourisme dans le Royaume. La ministre a promis de lancer un plan pour tenter d'atténuer les effets de la fermeture des frontières. Ce projet s'appelle " Rencontrons-nous dans notre pays ".

A cet effet, lors de la réunion, le ministère a souligné l'urgence de la mise en œuvre de nouvelles mesures, qui seront financées avec le soutien du Fonds Mohammed VI. Ce fonds a été créé sous la supervision du monarque lui-même, qui sert depuis 2020 à fournir une aide et une compensation aux travailleurs des secteurs les plus touchés par les conséquences de la pandémie et du COVID-19. Au cours de la session, la ministre a proposé à la Confédération nationale dix mesures pour sauver le secteur. L'une de ces propositions comprend une nouvelle extension de la compensation de 2 000 dirhams, que doit recevoir chacun des travailleurs du secteur du tourisme. 

Mohamed VI, rey de Marruecos
Mohammed VI, roi du Maroc

En outre, Ammor a souligné la nécessité de chercher des alternatives différentes après la fermeture des frontières, et que, par conséquent, le tourisme ne peut pas être reçu des étrangers. La ministre a proposé, dans le cadre de ce plan d'urgence, de relancer le tourisme domestique et local dans le Royaume, ce qui, s'il est efficace, permettrait de sauver le secteur, ou du moins d'en atténuer les conséquences. Dans le même temps, des appels ont été lancés en faveur de l'investissement d'argent, ainsi que de la construction de stations abordables ou à faible revenu, afin que les citoyens de la nation osent découvrir les endroits de leur pays qu'ils ne connaissent pas encore.

Ces bâtiments sont le fruit d'une nouvelle étude conjointe du ministère du Tourisme et de l'Office national du tourisme (ONMT) qui a identifié ce que les clients marocains aiment le plus lorsqu'ils voyagent. Le test a révélé les préférences des Marocains, la majorité d'entre eux s'accordant à dire qu'ils recherchent des vacances sur le littoral, dans les régions rurales, dans le tourisme historique ou dans le tourisme sportif. Le ministère de l'Économie et des finances a également collaboré à ces idées et a affirmé la création de chèques vacances qui réduiront les frais de voyage.

Turismo de Marruecos

La crise sanitaire mondiale résultant d'Omicron oblige les pays à se blinder pour protéger leurs citoyens des infections. Le Maroc a été l'un des premiers pays à prendre des mesures exceptionnelles contre cette variante et, depuis le 29 novembre, il a fermé toutes les frontières, tant aériennes que maritimes. La nouvelle a provoqué un grand émoi, car de nombreux touristes se trouvaient à l'intérieur du pays et la fermeture de la frontière les a plongés dans l'incertitude quant à ce qui allait se passer ; il en a été de même pour les Marocains de l'extérieur du Royaume, qui n'ont pas pu rentrer chez eux. 

Les autorités en charge ont souligné que ces mesures ont été prises pour "préserver les acquis du Maroc dans la lutte contre la pandémie et protéger la santé de ses citoyens". La dernière initiative en date pour secourir les Marocains de l'extérieur est que la compagnie aérienne Royal Air Maroc a offert trois voyages de retour au pays. Les vols ont décollé le 22 de ce mois du Portugal et de la Turquie, et ont terminé leur voyage dans la ville d'Agadir.

Turismo de Marruecos

Le secteur du tourisme est le plus touché par ces mesures et par le passage du coronavirus dans le pays. Plusieurs experts ont déjà prédit que cette année les conséquences seront négatives et très similaires aux résultats obtenus en 2020, où le secteur a enregistré une baisse de 79% par rapport à 2019. De plus, cette nouvelle a coïncidé avec la période précédant Noël et Noël, dates clés où le Maroc reçoit de nombreux visiteurs.

Depuis le début de la pandémie, le Maroc a enregistré près d'un million de personnes infectées par le virus et, aujourd'hui, près de 500 cas par jour sont enregistrés. Le bilan est d'environ 15 000 morts, avec six décès par jour. En revanche, le taux de vaccination à deux doses est de 72,6 % de la population totale, avec près de 23 millions de citoyens inoculés avec le schéma complet.