PUBLICIDAD

Iberdrola

Le Maroc annonce un plan d'urgence pour soutenir le tourisme

Le ministère du Tourisme fournira 1 milliard de dirhams pour relancer le secteur, qui a le plus souffert ces deux dernières années et a enregistré des pourcentages très faibles par rapport aux autres années
Turismo Marruecos

 -   Tourisme Maroc

Le gouvernement marocain, face à la situation que vivent les travailleurs du secteur du tourisme, a annoncé un plan d'urgence pour atténuer les effets des conséquences négatives sur ce grand pan de l'économie nationale. Le ministère marocain du Tourisme prévoit de mettre en place un projet visant à octroyer 1 milliard de dirhams pour réactiver les fonctions du secteur.

Avec ce soutien, le financement permettra le report des dépenses à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) du Maroc, tandis que l'Etat prendra en charge l'impôt payé par ce secteur sur les activités économiques et le renouvellement des prestations précédemment établies avant que les paiements correspondants ne soient effectués. 

Le plan vise à établir cinq mesures pour relancer l'industrie touristique du pays. Tout d'abord, une indemnité compensatoire de 2 000 dirhams au premier trimestre 2022 sera versée à tous les ouvriers et employés travaillant dans le secteur du tourisme, que ce soit dans les hôtels, les restaurants qui vivent des fêtes de fin d'année ou même ceux employés dans le secteur des transports.

La deuxième mesure adoptée est de reporter les dépenses qui vont à la CNSS pendant six mois, afin d'alléger la situation des travailleurs et pour que, pendant une période de six mois, ils n'aient pas à se soucier de payer ce ministère. 

turismo marruecos
Tourisme Maroc

Ensuite, troisièmement, il y aura une prolongation jusqu'à un an pour les hôteliers et les transporteurs de touristes, ce qui se traduit par un an sans payer aucun coût aux banques sur les taxes imposées à ceux qui font partie de la main-d'œuvre du pays. Ces intérêts seront payés par le gouvernement, qui couvrira tous les coûts des mois de non-activité de 2021 et du premier trimestre de 2022.

La quatrième et cinquième mesure prise pour relancer le tourisme du pays est que l'État prendra en charge et assumera les coûts de la taxe professionnelle due par les hôteliers en 2020 et 2021, ainsi qu'une subvention de l'État qui bénéficiera à l'ensemble du secteur de l'hôtellerie et couvrira toutes les sommes allouées à ce plan. En plus de couvrir tous les désagréments survenus au cours des dernières années, il permettra de renforcer et d'améliorer tous les complexes hôteliers qui souhaitent se préparer à commencer à fonctionner dès la réouverture des frontières du Royaume. En outre, elle modernisera les systèmes d'entretien, de rénovation, de formation des employés, entre autres, des hôtels et des sites hôteliers.

Le Maroc a fermé toutes ses frontières depuis les trois premiers jours qui ont suivi la découverte de la variante Omicron du coronavirus dans le monde entier. Leur réouverture est provisoirement prévue pour le 31 janvier de cette année. Le coup porté au tourisme au cours du dernier trimestre de l'année dernière a été brutal, tout en coïncidant avec Noël et le retour au pays de nombreux Marocains résidant à l'étranger.

Fátima Zahra Ammor, ministra de Turismo de Marruecos
Fatima Zahra Ammor, ministre du tourisme du Maroc

De nombreux spécialistes du domaine appellent à la réouverture des voies aériennes et maritimes, car si elles restent fermées, cela portera gravement atteinte à l'économie du pays et la relance du tourisme ne sera pas viable.

Le gouvernement a pris cette mesure pour "préserver les acquis de la lutte contre le coronavirus" et la préservation de la santé publique a été privilégiée. Bien que des efforts aient été faits pour endommager le moins possible le système et l'économie marocains, les experts estiment que le prix à payer sera très élevé et qu'il est encore temps de se rétablir progressivement.

À partir de la fin du mois, les zones aériennes et maritimes reviendront à la normale, mais il est rappelé aux touristes et aux voyageurs qui souhaitent passer ou séjourner dans le Royaume qu'ils doivent remplir certaines conditions, comme présenter un certificat de vaccination officiel, un test PCR négatif effectué 48 heures avant d'entrer dans le pays, ou encore prouver qu'ils ont été récemment infectés par la maladie. Tout dépend du pays dont ils sont originaires, comme le recommande le ministère marocain de la Santé.