PUBLICIDAD

Iberdrola

Le Maroc atteint largement les objectifs de l'OMS en matière de vaccination en Afrique

Le pays alaouite est l'une des cinq nations, avec le Cap-Vert, Maurice, les Seychelles et la Tunisie, à avoir plus de 10 % de personnes vaccinées sur le continent africain
marruecos-vacunacion

 -  

Les Nations unies (ONU) ont publié un rapport indiquant que la situation de la vaccination contre le coronavirus en Afrique est très faible. L'OMS - Organisation mondiale de la santé - de l'époque, a imposé des directives spécifiques aux pays du continent, où ils devaient dépasser un nombre minimum de leur population inoculée. L'objectif des Nations unies et de l'OMS était qu'au moins 10 % des citoyens soient vaccinés à la fin du mois de septembre dernier et 40 % à la fin de 2021. Le document note que la plupart des nations africaines n'ont pas atteint les objectifs de vaccination fixés, mais que cinq d'entre elles sont épargnées et atteignent les objectifs des organisations mondiales.

Le Maroc, le Cap-Vert, Maurice, les Seychelles et la Tunisie sont les seuls territoires africains qui ont réussi à vacciner plus de 10 % de leurs citoyens. Les autres pays se situent à des niveaux si bas que certains n'atteignent même pas 5 % de leur population totale avec les directives complètes en matière de vaccination. 

Aujourd'hui, le royaume alaouite est l'un des pays africains où les campagnes de vaccination sont les plus efficaces. Actuellement, 80 % de la population est vaccinée, près de 23 millions de personnes ayant reçu les deux doses, et un peu plus de 24 millions n'ayant reçu que le premier vaccin. Les chiffres sont prometteurs, étant donné que la population totale du Royaume compte 36 millions de personnes. 
vacunacion marruecos

En outre, le gouvernement marocain a déjà commencé la campagne de rappel avec la troisième inoculation. Les derniers chiffres montrent que plus de 3 millions de personnes ont déjà reçu ce troisième vaccin depuis le début de l'opération il y a trois mois.

Le quotidien Hespress a publié un rapport indiquant qu'une source du Comité scientifique marocain pour la vaccination contre le COVID-19 affirme que le pays n'a besoin que de vacciner complètement quatre millions d'habitants supplémentaires avec les trois doses, et qu'ainsi, une immunité collective serait atteinte. Malgré la bonne campagne, le ministère de la santé souligne que le processus est au point mort.

Le ministère de la Santé, quant à lui, enregistre des données inquiétantes en raison de la propagation rapide de la variante Omicron. Le taux actuel est de 158,38 cas pour 100 000 habitants et huit personnes sont décédées au cours de la dernière journée. Khalid Ait Taleb, ministre marocain de la Santé, a indiqué que la plupart des personnes qui meurent, et notamment celles qui se trouvent dans les unités de soins intensifs, sont des citoyens qui n'ont pas voulu être vaccinés. On note également que les personnes nouvellement infectées ont la nouvelle souche dans leur système et représentent deux tiers des infections. Le ministre a profité de l'occasion pour encourager la population non vaccinée à se rendre dans les centres agréés afin de réduire davantage le risque de décès et d'effondrement du système de santé.
vacunacion marruecos

Selon l'OMS, cette tendance est faible, car presque aucune vaccination n'a lieu en Afrique. Selon les données révélées, seuls 102 millions de personnes vivant sur le continent sont entièrement vaccinées, soit 7,5 % de la population totale. L'organisation avertit que 80 % des personnes en Afrique n'ont même pas reçu la première dose du vaccin, ce qui signifie que dans de nombreux cas, elles courent un risque important et élevé de tomber malade.

D'autre part, la situation pose un problème, car les rapports de l'OMS soulignent que le risque d'avoir autant de personnes non vaccinées pourrait créer de grandes mutations du virus qui se propageraient rapidement dans le monde et provoqueraient de grandes vagues d'infection, comme la dernière de la variante Omicron qui a pris naissance en Afrique du Sud. Le danger est critique et les données indiquent que si 70% de la population africaine n'est pas vaccinée d'ici août 2024, la situation pourrait devenir irréversible. L'OMS a notamment signalé une augmentation de 83 % des nouveaux cas de COVID-19 en Afrique début décembre, tous confirmés par les variantes Delta et Omicron.