PUBLICIDAD

Marruecos

Le Maroc et Israël accueillent de jeunes Nigérians pour leur apprendre les métiers de l'agriculture

200 jeunes Nigérians seront répartis entre les deux pays où ils travailleront sur la production végétale et l'élevage et la transformation du bétail
AFP/FADEL SENNA  -   Agricultores marroquíes cosechan uvas en el viñedo "Val d'Argan" en el pueblo de Ounara, en la región occidental de Essaouira

AFP/FADEL SENNA  -   Des agriculteurs marocains récoltent des raisins dans le vignoble "Val d'Argan" dans le village d'Ounara, dans la région occidentale d'Essaouira.

La National Agricultural Land Development Authority (NALDA) du Nigeria vient d'annoncer qu'elle envoie 200 jeunes agriculteurs au Maroc et en Israël pour apprendre les techniques agricoles de ces pays. Cette annonce coïncide avec une cérémonie au cours de laquelle les jeunes ont reçu leurs documents de voyage dans la ville d'Abuja. Il s'agit d'une nouvelle campagne qui s'appuie sur le National Youth Farmers Scheme (NYFS), développé par le président nigérian Muhammadu Buhari et le Prince Paul Ikonne. Ce dernier était présent à la cérémonie de remise des documents pour le voyage dans ces régions.

L'objectif de cette campagne est clair. Les 200 jeunes agriculteurs apprendront le métier de l'agriculture et pourront se familiariser avec les méthodes que le Maroc et Israël utilisent dans ce domaine.

Les 200 jeunes issus des 36 régions du pays nigérian seront répartis en deux groupes. Un groupe de 100 personnes s'installera dans le royaume alaouite, tandis que l'autre moitié se rendra dans le pays hébreu. Les jeunes passeront six jours à vivre dans ces territoires pour découvrir les activités de ce secteur économique. Ceux qui se rendront au Maroc auront l'occasion de suivre une formation sur l'élevage et la transformation de la viande, tandis que ceux qui se rendront en Israël recevront une formation intensive sur la culture en serre et l'élevage.

agricultura marruecos
PHOTO/FILE - Les 200 jeunes issus des 36 régions du pays nigérian seront répartis en deux groupes. Un groupe de 100 personnes s'installera dans le royaume alaouite, tandis que l'autre moitié se rendra dans le pays hébreu

Le Prince Paul Ikonne a expliqué que le choix de ces pays n'est pas une pure coïncidence, car ils disposent de grandes avancées et connaissances en matière d'agriculture. "Nous les envoyons dans des pays dont nous savons qu'ils ont une grande expérience de ce que nous faisons, à savoir Israël et le Maroc, afin d'améliorer leurs connaissances et de les exposer aux pratiques modernes en matière de production végétale et animale", a déclaré le prince.

Après le séjour de six jours dans ces pays, les jeunes agriculteurs retourneront dans leur pays d'origine. Là, ils auront pour mission de transmettre les connaissances acquises au cours de ce programme pour les appliquer au système agricole nigérian. Ce faisant, ils visent à renforcer ce domaine économique grâce aux innovations qui permettent le contact avec les connaissances d'autres peuples.

L'agriculture au Maroc est l'un des piliers fondamentaux de l'économie. Cette activité représente un pourcentage important du PIB national et est l'un des secteurs qui fournit le plus d'emplois dans le pays. C'est pourquoi le pays s'intéresse de plus en plus à l'intégration des avancées technologiques et des méthodes visant à améliorer l'activité agricole. Ces dernières années, le pays d'Afrique du Nord s'est plongé dans diverses avancées agricoles afin d'améliorer la qualité de ses produits agricoles et de ses exportations. Il s'agit notamment de la création de serres dans les territoires les plus proches du désert du Sahara et même de l'utilisation de drones et des dernières technologies qui fournissent des informations sur le diagnostic des cultures et les soins dont elles ont besoin à tout moment.

AFP/FADEL SENNA - Un trabajador sostiene una cesta llena de flores de azafrán cosechadas en un campo en la región de Taliouine, en el suroeste de Marruecos
AFP/FADEL SENNA - Un ouvrier tient un panier rempli de fleurs de safran récoltées dans un champ de la région de Taliouine, dans le sud-ouest du Maroc.

Dans le cas d'Israël, ce pays est également l'un des principaux exportateurs de produits agricoles dans le monde. Ce qui caractérise le plus ce secteur, c'est que la nation est leader dans la création de technologies agricoles pour le développement correct des cultures. Ceci est dû au fait que la géographie du pays n'est pas très favorable à l'activité agricole, c'est pourquoi les experts en la matière ont dû trouver des moyens de développer ce domaine économique. Il s'agit notamment de méthodes d'irrigation très sophistiquées qui sont mises en œuvre même dans les régions les plus désertiques du territoire et de méthodes de culture dans ces zones.

En outre, ce n'est pas la première fois que le Nigeria s'intéresse à ce que ces deux pays ont à offrir dans ce secteur. Par exemple, en 2013 déjà, la nation africaine et Israël ont signé un accord dans lequel ils ont impliqué 400 jeunes pour recevoir une formation sur l'agriculture irriguée israélienne. "L'idée est d'utiliser l'expérience israélienne tandis que les jeunes restent dans des établissements agricoles qui ont bien fonctionné pour eux", a déclaré à l'Agence de presse africaine Sarah Ochekpe, ancienne ministre des Ressources en eau du Nigeria entre 2011 et 2015.