Le Maroc prolonge sa reprise économique

Les données du DEPF montrent que le pays connaît une amélioration significative de son économie
AFP/FADEL SENNA

AFP/FADEL SENNA  -   Un employé de l'usine travaille sur une chaîne de montage de voitures à l'usine de montage de voitures de PSA Kenitra.

La Direction des Etudes et des Prévisions Financières (DEPF), située au sein du Ministère de l'Economie et des Finances, a révélé dans une note de conjoncture que l'activité du Maroc connaît une reprise remarquable après la pandémie de coronavirus. Selon ces informations, les progrès réalisés par les campagnes de vaccination qui ont été accomplies dans le Royaume, les mesures imposées pour améliorer le système, et la campagne agricole de cette dernière année, sont plusieurs des facteurs qui montrent que l'économie du pays alaouite s'améliore.  

Au cours de l'année 2021, de légers signes de reprise ont été observés dans plusieurs industries qui ont apporté une forte contribution à l'économie nationale. Il s'agit en particulier des industries extractives et manufacturières, du secteur de l'électricité, de la construction et de l'industrie des télécommunications. Mais si tout cela est une bonne nouvelle, ce département souligne également que certains secteurs sont en récession, comme le tourisme, car le COVID-19 a fait des ravages au Maroc et dans le monde, et encore plus maintenant en raison de la nouvelle pression qui a obligé le pays à se blinder. 

REUTERS/YOUSSEF BOUDLAL - Mercado de verduras en las afueras de Casablanca
REUTERS/YOUSSEF BOUDLAL - Marché aux légumes à la périphérie de Casablanca

Dans le cas du secteur des télécommunications, son principal avantage pour la croissance de l'économie a été le commerce électronique, le télétravail et l'enseignement à distance, la pandémie étant une conséquence de ces facteurs. La téléphonie a connu une croissance d'environ 8,2 % à la fin du mois de juin, et est en hausse de 1 % par rapport à l'année précédente. On compte près de 49,2 millions d'abonnés dans ce secteur et 2,4 millions dans la téléphonie fixe. D'autre part, le nombre d'abonnés à Internet a augmenté de 15,1 % et il y a maintenant 31,3 millions d'abonnés à Internet. 

Le DEPF indique également que le secteur extractif a clôturé l'année 2020 avec de bons résultats, en augmentant la production de phosphate naturel de 9,9 %. De plus, ce bon résultat a été consolidé grâce aux exportations de ce matériau, qui ont augmenté de 8,9%, et de ses dérivés, qui ont augmenté de 15,7%. Ceci conclut les bons résultats et la contribution de 50,8 milliards de dirhams.  

REUTERS/YOUSSEF BOUDLAL - Mina de fosfato en la fábrica de Boucraa de la Compañía Nacional de Fosfatos de Marruecos (OCP) situada en las provincias del sur, a 100 km al suroeste de la ciudad de El Aaiún
REUTERS/YOUSSEF BOUDLAL - Mine de phosphate de l'usine de Boucraa de la Compagnie nationale des phosphates du Maroc (OCP) dans les provinces du sud, à 100 km au sud-ouest de la ville de Laayoune.

Le secteur de l'énergie a également augmenté sa production. Cela est dû au fait que, ces dernières années, une réforme a eu lieu dans toutes ses variantes, qu'il s'agisse du pétrole, du gaz naturel, etc. En particulier, l'électricité se distingue par son essor dû à la libéralisation du secteur et aux politiques de concession affectant sa production et sa distribution. Ce secteur a également opté pour l'utilisation d'énergies renouvelables qui donnent de grands résultats et qui, à leur tour, entraînent un développement de plus en plus important. 

La construction est un autre des points clés de cette augmentation. Tant dans le développement de bâtiments touristiques pour promouvoir les visites du Royaume, que dans l'usage résidentiel lui-même, son augmentation est considérable dans la relance économique du pays alaouite. Depuis que le roi Mohammed VI a mis en garde en 2001 contre la situation critique de ses compatriotes moins fortunés, des plans et des mesures ont été mis en place pour améliorer les secteurs de l'immobilier et de la construction. En outre, un programme prévoit la création de 15 nouvelles villes dans le but de réduire la pression sur les centres urbains les plus surpeuplés. Il convient de noter que la consommation des ménages continue de croître et est directement soutenue par les revenus générés après la saison agricole. Cela explique son augmentation due à la création d'emplois et au renforcement des prêts par les banques. 

AFP/FADEL SENNA - Laboratorio del centro de formación en tecnologías de la información "1337" en la ciudad central de Marruecos, Khouribga
AFP/FADEL SENNA - Laboratoire du centre de formation informatique "1337" dans la ville de Khouribga, au centre du Maroc.

L'investissement de la nation continue de croître, et ce, grâce à l'augmentation des importations de biens et à l'augmentation des entrées de richesses étrangères, ce qui entraîne une croissance de l'investissement public. En outre, selon le DEPF, cette dynamique a été créée par la croissance d'un plus grand nombre d'entreprises, les dernières données reflétant une croissance de plus de 53% depuis la fin du mois d'août. Il faut noter que les exportations sont en plein essor et ont dépassé leur niveau d'avant la crise, avec 8,7% de plus qu'en 2019 et qui ont touché les secteurs de l'automobile, de l'aéronautique, de l'agroalimentaire, de l'électronique et de l'électricité, et de la vente de textile et de cuir.