PUBLICIDAD

Marruecos

Le Mexique élimine les tarifs douaniers sur les aliments de base

Parmi les produits exemptés de paiement figurent le maïs, les pommes de terre, le riz et les œufs
REUTERS/CARLOS JASSO - Vendedores en la Central de Abastos,  en la Ciudad de México

REUTERS/CARLOS JASSO  -   Vendeurs à la Central de Abastos, Mexico City, Mexique

Le gouvernement dirigé par Andrés Manuel López Obrador va supprimer les droits d'importation sur les denrées alimentaires de base pendant un an, afin de tenter de maintenir les prix stables malgré l'inflation. Selon le décret-loi publié par l'exécutif lundi, jusqu'à 66 produits, classés comme produits de base dans le panier d'achat, dont le maïs, les haricots, les pommes de terre, le thon, le riz, les oignons, le porc, le bœuf et le poulet, ainsi que d'autres produits tels que les piments jalapeño, la farine de maïs, la farine de blé et les œufs, seront exemptés de taxes.

Le décret inclut également d'autres produits tels que le savon pour les mains, le lait, le citron, la pomme, l'orange, le pain en boîte, les pâtes à soupe, les sardines, le sorgho et les carottes. En outre, le document indique clairement que son principal objectif est de contrecarrer la forte hausse des prix que connaît le Mexique en raison de l'inflation et de veiller à ce que les produits de première nécessité restent abordables pour tous les citoyens.  "Il est nécessaire et urgent d'exempter temporairement le paiement des droits d'importation sur les produits classés dans 66 fractions tarifaires qui font partie du panier de base de biens et d'intrants", indique le document, qui est entré en vigueur récemment et sera en vigueur pendant un an, prolongeable pour une période similaire. Cette mesure intervient dans un contexte économique difficile au Mexique, l'inflation dans ce pays ayant atteint en avril son chiffre le plus élevé des deux dernières décennies avec une hausse allant jusqu'à 7,68 %. 

REUTERS/CARLOS JASSO  -   Central de Abastos, uno de los complejos de mercados mayoristas más grandes del mundo en la Ciudad de México, México
REUTERS/CARLOS JASSO - Central de Abastos, l'un des plus grands complexes de marchés de gros du monde, à Mexico, au Mexique.

Le décret exempte également de l'obligation de payer des droits d'importation les produits classés dans six groupes tarifaires qui constituent une partie essentielle du panier d'achat des familles mexicaines : les animaux vivants des espèces bovine, porcine, ovine ou caprine, les coqs et les poules. Le gouvernement défend l'importance de l'adoption de cette décision et souligne que "les mesures prévues dans ce décret ne dispensent pas les importateurs de l'obligation de respecter toutes les réglementations et restrictions non tarifaires sur les marchandises".

Malgré l'optimisme du gouvernement de Lopez Obrador, le directeur général du Grupo Consultores de Mercados Agrícolas, Juan Carlos Anaya, affirme que cette mesure n'aura pas d'effets réels immédiats sur le prix que les consommateurs paient pour les produits, puisqu'au niveau mondial les prix des marchandises continuent d'augmenter : "Dans le cas du blé, nous sommes déjà ouverts aux États-Unis et au Canada en raison de l'accord de libre-échange, le problème est que les prix sont encore élevés, non pas en annonçant l'ouverture des quotas sans droits de douane va déjà immédiatement faire baisser les prix, ce n'est pas dans nos mains". Selon l'expert, l'exemption des droits d'importation commencera à avoir un impact sur les prix d'ici quatre à six mois, et il propose une autre alternative : "Ce que nous devrions promouvoir, c'est une augmentation de l'offre, car c'est la seule façon de faire baisser les prix, puisque le Mexique, étant le deuxième importateur mondial, en important autant de maïs, fait monter les prix"

REUTERS/EDGARD GARRIDO  -   El Presidente de México, Andrés Manuel López Obrador
REUTERS/EDGARD GARRIDO - Le président du Mexique, Andrés Manuel López Obrador
Autres recettes mexicaines contre l'inflation 

L'exemption du paiement des droits de douane, qui est entrée en vigueur mardi dernier, s'ajoute à l'ensemble des mesures adoptées par le gouvernement mexicain pour réduire l'inflation et soulager les poches de ses citoyens.  Début mai, les 16 mesures du Paquet contre l'inflation et la famine (Pacic) ont été présentées. Parmi les mesures adoptées figurent l'augmentation de la production de céréales, la suppression des droits de douane sur les engrais et la promesse de maintenir les prix de 24 produits de base.

Coordinateur pour les Amériques : Jose Antonio Sierra