Le Mexique et l'Argentine ne soutiennent pas la résolution de l'OEA exigeant la libération des prisonniers politiques au Nicaragua

L'Organisation des États américains (OEA) a insisté sur la nécessité de libérer immédiatement les candidats à la présidence pour des élections "libres et équitables" au Nicaragua ; l'abstention de ces pays a suscité des critiques internationales
Le président Daniel Ortega lors du 41e anniversaire de la révolution sandiniste.

AFP PHOTO/PRESIDENCIA NICARAGUA/CESAR PEREZ  -   Le président Daniel Ortega lors du 41e anniversaire de la révolution sandiniste

Les délégations représentant le Mexique, l'Argentine et la Bolivie n'ont pas manifesté leur soutien à la résolution proposée mercredi dernier par l'Organisation des États américains (OEA), dans laquelle elles demandent "la libération immédiate" des candidats à la présidence et des prisonniers politiques au Nicaragua, à un mois de la tenue des élections présidentielles dans le pays.

Cette demande devient la deuxième résolution approuvée par l'OEA dans laquelle elle exhorte le Nicaragua et son président Daniel Ortega à rendre publics les candidats à la présidence avant les élections du 7 novembre, et soulève la nécessité d'une réforme du système électoral. 

L'organisation exprime également sa "grave préoccupation" face à l'absence de solutions à ses précédents avertissements, qui mettaient en garde contre la détérioration des droits politiques dans ce pays d'Amérique centrale. L'objectif final des résolutions est de garantir la tenue d'"élections libres, équitables et transparentes dans les meilleurs délais, sous l'observation de l'OEA et d'autres observateurs internationaux crédibles".

Una manifestante sostiene un cartel que muestra al presidente nicaragüense Daniel Ortega y al expresidente Anastasio Somoza durante una protesta contra la violencia policial y el Gobierno del presidente Ortega en Managua, Nicaragua
PHOTO/REUTERS - Un manifestant tient un panneau montrant le président nicaraguayen Daniel Ortega et l'ancien président Anastasio Somoza lors d'une manifestation contre la violence policière et le gouvernement du président Ortega à Managua, au Nicaragua.

La résolution proposée par l'OEA, parmi ses 34 pays membres, s'est soldée par 26 voix pour et sept abstentions, le Conseil permanent de l'organisation approuvant la proposition, sans le soutien de l'Argentine, de la Bolivie, du Mexique, du Honduras, du Guatemala, de Saint-Vincent-et-les-Grenadines et de la Barbade.

L'abstention de ces pays a suscité des critiques internationales, en réponse auxquelles leurs représentants ont justifié leur décision. Le Mexique et l'Argentine s'accordent sur leurs raisons, se référant au principe de non-intervention dans les affaires intérieures d'autres États et à la défense du dialogue.

Carlos Raimundi, ambassadeur d'Argentine à l'OEA, a justifié que "bien que nous soyons d'accord avec certaines parties du texte, nous ne considérons pas qu'il soit approprié d'accompagner cette déclaration, nous la jugeons inappropriée et inopportune pour des raisons similaires à celles que nous avons émises dans le communiqué avec le Mexique le 15 juin".

El presidente de México, Andrés Manuel López Obrador
REUTERS/EDGARD GARRIDO - Le président du Mexique Andres Manuel Lopez Obrador
Critique internationale

Les organisations internationales ont pointé du doigt les sept pays qui n'ont pas soutenu la résolution de l'OEA. Erika Guevara-Rosas, directrice d'Amnesty International pour les Amériques, a qualifié de "honteux le fait que sept États, dont le Mexique et l'Argentine, se soient abstenus de voter en faveur de la résolution de l'OEA condamnant la grave crise au Nicaragua", et a appelé le régime Ortega à "libérer les candidats à la présidence et des dizaines d'autres personnes emprisonnées pour avoir exercé leurs droits humains", comme l'a souligné la directrice d'Amnesty International sur Twitter.

Pour sa part, José Miguel Vivanco, directeur exécutif pour les Amériques de l'ONG Human Rights Watch (HRW), a souligné que l'État de droit disparaissait dans les pays d'Amérique centrale et a regretté que "l'Argentine n'ait pas soutenu la résolution de l'OEA contre la répression au Nicaragua". "Au cours de son histoire démocratique, l'Argentine a normalement eu une position claire en matière de défense des droits de l'homme. La politique étrangère zigzagante du gouvernement actuel est inquiétante", a ajouté Vivanco sur Twitter. 

Simpatizantes de Nicaragua protestan frente a la Casa Blanca pidiendo la liberación de los presos políticos y el cese de las violaciones de los derechos humanos del Gobierno contra los críticos
AP/JOSE LUIS MAGANA - Des partisans du Nicaragua manifestent devant la Maison Blanche pour demander la libération des prisonniers politiques et la fin des violations des droits de l'homme commises par le gouvernement à l'encontre de ses détracteurs.

Le gouvernement sandiniste d'Ortega subit une pression internationale croissante sur sa gestion du Nicaragua. En septembre dernier, l'Union européenne a imposé des sanctions à la vice-présidente du Nicaragua, Rosario Murillo, et à sept autres responsables pour violation des droits de l'homme et atteinte à la démocratie. Les États-Unis ont également émis des mesures contre des fonctionnaires et des proches du gouvernement Ortega.

Le 7 novembre, le régime nicaraguayen organisera des élections générales auxquelles, pour le moment, le seul candidat autorisé à se présenter est l'actuel président, Daniel Ortega, qui a ouvert la voie à sa réélection en emprisonnant et en discréditant les politiciens, les militants et les informateurs qui s'opposent au gouvernement sandiniste.

Coordinateur pour l'Amérique latine : José Antonio Sierra