PUBLICIDAD

Marruecos

Le Mexique se classe au quatrième rang des pays les plus criminels du monde

Le pays d'Amérique latine est le quatrième plus dangereux au monde, selon un rapport de l'Initiative mondiale contre le crime organisé transnational
Un soldat se tient près d'officiers de police gardant la scène du crime après la tentative d'assassinat du chef de la police de Mexico, Omar Garcia Harfuch.

REUTERS/LUIS CORTES  -   Un soldat se tient près d'officiers de police gardant la scène du crime après la tentative d'assassinat du chef de la police de Mexico, Omar Garcia Harfuch

Le Mexique est désormais le quatrième pays le plus touché par la criminalité dans le monde et le deuxième plus dangereux des Amériques, selon un rapport de l'Initiative mondiale contre le crime organisé transnational, qui étudie 193 pays. Seuls la Colombie, le Congo et le Myanmar dépassent le pays présidé par Andrés Manuel López Obrador.

La violence au Mexique a atteint des niveaux sans précédent, notamment après la flambée de violence à Colima au début de l'année.

Plusieurs raisons expliquent les mauvais résultats du Mexique, notamment la grande sophistication des groupes criminels organisés du pays, qui sont les plus recherchés au monde : "Les cartels de la drogue contrôlent le territoire dans une grande partie du Mexique, cooptant l'État par la corruption et l'intimidation afin de faciliter leurs activités illicites". À cette situation de contrôle du pays par les mafias s'ajoutent d'autres activités criminelles répandues au Mexique, telles que le trafic d'êtres humains, le commerce d'armes et de diverses drogues comme l'héroïne, ainsi que les crimes contre la flore, la faune et les ressources naturelles du pays. 

El jefe de seguridad de la Ciudad de México fue herido en un ataque con arma de fuego el viernes en el que murieron dos de sus guardaespaldas y una mujer, según la alcaldesa Claudia Sheinbaum. AFP/PEDRO PARDO
AFP/PEDRO PARDO - Images de douilles d'obus

En outre, la situation du pays, avec son long littoral, et la riche biodiversité présente au Mexique, en font un environnement idéal pour le trafic de drogue et la traite des êtres humains, ainsi que pour la contrebande d'espèces, ce qui le fait grimper dans le classement mondial de la criminalité. Le Mexique abrite environ 125 des espèces du monde, ce qui en fait un pays très riche et un centre d'intérêt pour les mafias du trafic d'animaux. Les experts prévoient une énorme crise de perte de biodiversité dans le pays, alimentée notamment par les niveaux élevés de chômage national, ce qui signifie que de nombreux Mexicains considèrent le trafic d'animaux comme une option pour gagner un revenu. Parmi les espèces exotiques les plus commercialisées figurent la perruche à tête jaune, l'ara écarlate, l'ara vert, le toucan à poitrine jaune, le singe araignée et le singe hurleur.

Le niveau de contrôle des mafias sur l'État est si important qu'il rend non seulement les citoyens mexicains vulnérables, mais met également en péril la qualité démocratique du pays. Les experts craignent que le crime organisé puisse manipuler les élections en raison des vides de pouvoir des autorités fédérales chargées de la sécurité et de la proximité d'États tels que Zacatecas, où le crime organisé est le plus répandu. Cette situation se reflète dans les déclarations du directeur général de l'Observatorio Nacional Ciudadano de Seguridad, Justicia y Legalidad A.C. (ONC), Francisco Rivas Rodríguez : "Aujourd'hui, Durango, parmi les six entités qui changent de gouvernement, est l'une de celles qui doivent nous inquiéter, en raison de sa proximité avec des entités particulièrement décomposées, ce qui peut conduire à une flambée de violence", a-t-il déclaré, en faisant référence à Zacateas, et il a ajouté : "S'il y a un risque en raison de tout l'espace laissé vide et de tout ce qui est laissé aux autorités, alors le crime organisé finira par s'insinuer".

El presidente de México, Andrés Manuel López Obrador, da una conferencia de prensa en el Palacio Nacional en la Ciudad de México. REUTERS/HENRY ROMERO
REUTERS/HENRY ROMERO - Le président du Mexique, Andres Manuel Lopez Obrador, donne une conférence de presse au Palais national, à Mexico.
Être journaliste au Mexique, un métier à risque

Il ne faut pas oublier que le Mexique est l'un des pays les plus dangereux au monde pour travailler en tant que journaliste. En raison de la montée du crime organisé dans ce pays d'Amérique du Nord, les meurtres de journalistes sont une constante, et les chiffres sont clairs : depuis 2000, 153 journalistes ont été assassinés au Mexique, dont 141 hommes et 12 femmes. Rien que pour cette année, huit journalistes ont été assassinés.

Coordinateur pour les Amériques : José Antonio Sierra.