PUBLICIDAD

Iberdrola

Le multilatéralisme au Forum de Doha

La guerre en Ukraine sert d'aiguillon à la recherche d'une solution aux autres conflits
Fórum Doha

 -  

"Lorsque je suis monté dans l'avion en Pologne en direction de Doha, on m'a servi le déjeuner et à ce moment-là, je me suis permis de pleurer pour la première fois depuis le début de la guerre". La confession de la vice-ministre ukrainienne des Affaires étrangères, Emine Dzhaparova, a été contagieuse de chagrin et de solidarité parmi les participants au Forum de Doha, qui, dans sa 20e édition, s'est ouvert précisément après les mots de l'émir avec un lien de réalisateur avec le président Zelenski. Une autre occasion, dans un forum exceptionnel, de chercher des alliés dans le monde. Le multilatéralisme encouragé lors de cette réunion, qui a rassemblé deux cents dirigeants mondiaux - du président de l'Assemblée générale des Nations unies à Bill Gates - est la recette pour trouver une solution pacifique non seulement à l'Ukraine, mais aussi à d'autres conflits. Aux côtés de Borrell, le participant espagnol le plus en vue a été Miguel Ángel Moratinos, qui, depuis sa position aux Nations unies, a plaidé pour que les conflits n'éclipsent pas l'agenda mondial sur les solutions au changement climatique, aux migrations, aux pandémies, etc. qui ne sont pas réalisables dans un monde sans paix.

La crainte de la guerre russo-ukrainienne et de ses profondes répercussions est devenue un catalyseur pour la recherche de solutions à d'autres conflits qui couvent depuis longtemps. Il ne fait aucun doute que la tragédie que vit l'Europe incite à chercher des solutions à d'autres problèmes bien ancrés. Si, lors du dernier forum, avant la pandémie, le gros titre était la mise au pas du Qatar par les Saoudiens et d'autres émirats, lors de cette édition, nous avons vu les ministres des Affaires étrangères saoudien et qatari assis côte à côte dans le panel de la session inaugurale. Les Iraniens et les Américains, autrefois ennemis irréductibles, qui participent désormais à la même table de dialogue, ont également fait l'actualité. Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammed Hassan Sheikholeslami, et la députée californienne Jane Harman ont laissé espérer que le dialogue aboutisse enfin. 

Fórum de Doha

Sans aucun doute, le Qatar, par sa puissance énergétique et sa capacité de dialogue, peut apporter quelques solutions aux conflits gelés comme ceux du Yémen et de l'Iran, sans oublier les Palestiniens, la Libye, l'Afghanistan et l'urgence d'arrêter le carnage en Ukraine. En particulier, la Turquie, un grand allié du Qatar, a eu une présence très remarquée au forum, ce qui lui a valu d'appeler au dialogue dans la guerre russo-ukrainienne.

L'émir du Qatar a donné le ton en appelant à "l'utilisation responsable des carburants" et en prévenant que nous sommes confrontés à une crise qui génère des "dangers sans retour". Le Qatar a subi la menace de son intégrité territoriale, en tant qu'État petit mais énergiquement puissant, lors de la récente crise dans la région, qu'il a pu surmonter en agissant sur la base de sa sécurité, mais avec tempérance et en utilisant les bons offices de la médiation de la Turquie et des États-Unis, qui ont ramené le calme dans la région. Le Qatar et l'Arabie saoudite ont cessé leur hostilité, se rendent visite et se parlent. Désormais, l'accent régional est mis sur la recherche d'un moyen de sortir du blocus de l'Iran en essayant de trouver un accord avec Washington. Une telle issue, sur la question nucléaire et les sanctions économiques actuelles, pourrait avoir une influence positive sur d'autres points chauds comme la Syrie.  Zelenski n'a pas oublié de dire dans son discours sur Internet que "Mariupol est comme la Syrie". Destruction totale des zones urbaines, sans égard ni concession humanitaire. Et il a appelé à la fin de la guerre et à "ne pas ternir les prochaines célébrations du mois de Ramadan". Les représentants américains n'ont pas oublié de louer l'aide du Qatar dans le retrait des troupes américaines d'Afghanistan. Il s'agissait sans aucun doute d'une libération tactique de troupes et d'armes à un moment où le théâtre de la guerre s'est déplacé vers l'Europe. 

Fórum de Doha

La voix européenne de Josep Borrell s'est également fait entendre lors de la séance d'ouverture, soulignant que nous ne sommes pas "confrontés à un problème européen ou même occidental dans la guerre en Ukraine, mais à un problème mondial. Nous avons besoin de plus d'État de droit et d'équilibre des pouvoirs. Le monde entier est en danger". Poutine, dans sa fuite en avant macabre, a évoqué l'arme nucléaire, mais ce n'est pas la seule bombe ni la seule crainte : en dessous, il y a les crises de pénurie alimentaire, la dislocation des populations en fuite, les migrations depuis la Syrie et l'Ukraine, et toujours en arrière-plan la question énergétique.

Les regards se tournent à nouveau vers l'Iran et le Qatar pour trouver des solutions à la dépendance énergétique de la Russie. Il ne fait aucun doute que les diplomaties américaine et européenne cherchent des portes de sortie, et le dialogue, auparavant impensable, avec Caracas ou Téhéran va dans ce sens, même avec l'Algérie. La bonne volonté existe dans le cas du Qatar, même si, comme l'a reconnu notre ambassadrice à Doha, Belén Alfaro, une bonne experte sur le terrain, la plupart des contrats déjà signés sont à long terme et il n'y a guère de réserves disponibles pour augmenter le flux de gaz. La pandémie a ralenti les extractions. Maintenant, ils veulent accélérer sur la base des demandes européennes. Le gaz qatari, qui couvre une partie de la consommation de l'Espagne, est principalement acheminé vers la Corée du Sud, la Chine et le Japon. Une augmentation est en route, même si elle ne sera pas aussi rapide qu'ils le souhaiteraient, comme l'Allemagne vient de le demander au Qatar afin de se débarrasser de sa dépendance énergétique excessive vis-à-vis du géant russe. Técnicas Reunidas, par exemple, travaille au Qatar pour accélérer la construction de nouvelles usines d'extraction et de transformation du gaz.

Fórum de Doha

Cette réunion de Doha voulait initialement parler du changement climatique et du monde durable vers lequel nous devons tendre. La guerre a tout envahi. Parfois, cela obscurcit même le débat. Avec énergie et s'exprimant clairement, le haut représentant des Nations Unies pour l'Alliance des civilisations, l'Espagnol Miguel Ángel Moratinos, a reconnu que "s'il y a guerre et destruction, le reste des débats est obscurci". L'un des rares participants à avoir déjà assisté Lors de la première session du Forum de Doha il y a 20 ans, il constate à quel point le débat est passé de la menace terroriste après l'attentat contre les Twin Towers à New York au besoin actuel de dialogue sur la diversité, d'avancées dans la lutte contre le climat changement et diplomatie multilatérale face à un éventuel retour à la politique des sphères d'influence. "Nous sommes de retour à un agenda où la sécurité est primordiale" Il y a vingt ans, dans l'ombre du grave attentat de New York, il était difficile de créer un nouvel agenda international sur le changement climatique, l'aide aux réfugiés ou même, plus récemment, sur les solutions à la pandémie. Mais il a été atteint. Aujourd'hui, la crainte est que cette guerre, à laquelle une solution diplomatique doit être trouvée rapidement, éclipse le reste des questions - nous devons nous en tenir à un véritable multilatéralisme comme moyen de sortir de ce conflit et de tous les autres, dit Moratinos.

Par ailleurs, notre ambassadeur auprès des Nations unies, Agustín Santos, était également à Doha pour participer à une autre conférence sur la lutte contre le terrorisme, ce qui montre clairement qu'il existe des questions qui ne s'estompent pas, mais que les priorités sur l'échiquier international fluctuent, et qu'un conflit au cœur de l'Europe (avec des répercussions militaires, géographiques, énergétiques, sanitaires, migratoires, etc.) est au centre de l'attention de tous. 

Fórum de Doha

Il ne fait aucun doute que le paysage des alliances stratégiques est en train de changer. Le multilatéralisme gagne en force face aux crises qui touchent le plus les petits et moyens pays. L'avertissement contre les politiques fondées sur les sphères d'influence est clair. La fuite en avant de la Russie sur la voie de l'après-guerre froide en a surpris plus d'un, en a déstabilisé d'autres, et laisse une traînée de morts dans un pays particulier qui nie son existence même. Les garanties de sécurité, de souveraineté et d'intégrité territoriale des pays sont une nouvelle fois remises en question face à la Russie de Poutine.  À Doha, des pistes de sortie et de nouvelles alliances ont déjà été évoquées face à cette évolution vers un monde multipolaire, dans lequel l'énergie est un élément dominant pour maintenir ou déstabiliser la paix et la sécurité.

À Doha, nous avons vu 2 300 participants, dont 200 panélistes, de 142 nationalités et de 104 pays, dans plus de 50 sessions au cours de deux jours intenses de débats et de conférences. La jeune lauréate du prix Nobel Malala, Bill Gates, des représentants de l'UNICEF et même Infantino de la FIFA ont fait partie des panels, dans un grand mélange de société civile, d'experts et de leaders politiques. Tous avec une aspiration à la paix, qu'ils n'ont pas pu transmettre en direct aux représentants de la Russie, qui ont brillé par leur absence.

Fórum de Doha

Le mot de la fin est venu du président du Kosovo, Vjosa Osmani, qui a parlé précisément de son expérience du multilatéralisme comme moyen de résoudre le conflit des Balkans, notant que "l'histoire changeant et de nouvelles alliances se développant, ... le multilatéralisme n'a jamais été aussi important que maintenant".

Peut-être que dans l'avion qui la ramenait dans son pays déchiré par la guerre, la vice-ministre ukrainienne a remarqué les écrans de Qatar Airlines annonçant la création de la nouvelle liaison aérienne Doha-Odesa. Ces avions et ces passagers ont peu de chances d'atteindre leur destination prévue dans des temps meilleurs. L'effort futur est qu'il soit maintenu, et alors nous saurons que la guerre est terminée et que l'Ukraine reste un pays enclavé, avec une liberté de mouvement par terre, mer et air.