PUBLICIDAD

Iberdrola

Le quadrilatère de Chumy et El Roto

Le combat pour la liberté d'expression à travers ses caricatures
Chumy Chumez

 -   Chumy Chumez

"Le soleil se lève pour tout le monde" peut-on lire sur l'enseigne d'une épicerie de Madrid (aujourd'hui transformée en supermarché chinois), comme s'il s'agissait de la phrase phare du légendaire Chumy Chumez, qui peignait dans chaque dessin animé une étoile noire et ronde, pleine de pouvoir. Un soleil omniprésent qui illuminait les pauvres et brûlait les puissants. Le caricaturiste a défié l'obscurantisme de la dictature par la lumière.  Chaque jour, il y avait le soleil de Chumy en page 3 des éditoriaux. Tant que le journal Madrid democrático était autorisé à paraître dans les kiosques, Chumy arrosait son petit bout de papier sur lequel le soleil brillait toujours.

La presse espagnole a la saine habitude de laisser un petit morceau de page éditoriale sans lettres, sans lignes réfléchies. Il est généralement loué à un artiste qui aime un trait épais ou un trait vif. C'est peut-être le coin le plus reconnaissant du journal, ou peut-être le plus difficile à tailler. Commenter l'actualité avec un dessin, une illustration, une image accompagnée d'un sandwich (le chorizo, c'est bien, même les sardines de Carpanta) est une tâche réservée aux génies. Parce que seul un artiste peut réaliser cette photo-minute du jour avec un crayon et beaucoup d'imagination.

El Roto y Chumy Chúmez

Chumy était l'ouvrier de l'espace blanc du journal de Madrid. Venu de San Sebastián, laissant derrière lui un passé de comptable gris, il a ouvert des veines de grande inspiration dans sa critique des pouvoirs établis. Il peignait des hommes aux visages horribles, des gens perplexes ou des indigents solennels... à côté de son soleil noir. Il leur a donné des phrases, comme dans les scénarios de films, et ils se sont mis en scène avec la bêtise de la solennité. Il avait une prédilection pour les plus riches des riches, coiffés d'un chapeau haut de forme, qui disaient de grandes bêtises. Et pour les affligés avec des bérets et une démarche voûtée. "Tout ce qui n'est pas obligatoire est strictement interdit". Un résumé clair de la dictature que Chumy a combattu, comme un agriculteur patient, avec son soleil quotidien.

Chumy Chumez

Un jour, un garçon tranquille aux bonnes manières et au regard philosophe est apparu à ses côtés et a décidé de lui donner l'alternative à Madrid, où il est resté. Andrés Rábago se cachait sous le signe de l'OPS, bien qu'il ait fini par faire des trous dans la puissance avec le surnom plus compréhensible ( ?) d'El Roto. Sans avoir l'air de casser quelques assiettes, Andrés est monté sur le ring libre de la page d'opinion et a commencé à lancer des gifles blanches à ces mêmes pouvoirs qui - en dictature ou en démocratie - encombrent tout. El Roto est un garçon aux cheveux gris qui assiste (ou enseigne) le cours de philosophie, un crayon pointu à la main, et prend des notes dans la nature qui finissent en éditoriaux à encadrer. 

El Roto y Chumy Chúmez

Si fines et ironiques ou si fortes et claires étaient ses critiques peintes - celles du jeune OPS et celles du maître Chumy -, qu'elles sont finalement restées sans intrigue. Il n'y avait plus de journal. L'ensemble du journal de Madrid a été laissé en ruines. Ce n'était pas l'époque du lyrisme, ni de l'épopée, ni de l'illustration intentionnelle... Le journal de Madrid a explosé, mais l'atmosphère de l'effondrement continue à imprégner les odeurs de la démocratie. Nous avons dû chercher d'autres endroits où semer des dessins et des lettres.

El Roto

Le grand Chumy nous a quitté et le grand Roto suit dans son sillage, à sa manière, avec son propre style. Il a un dessin plus technique, et une phrase tout aussi raffinée. Tous deux sont de la lignée des Goyaesque, qui n'ont pas peur de sortir leur crayon et de le planter dans les testuz les plus puissants.  Avec l'anniversaire vivant du 50e anniversaire de la fermeture du journal madrilène, un livre surprenant a été publié avec les vignettes d'El Roto et de Chumy Chumez, qui à la fois chevauchent le temps et critiquent la situation. 

El Roto y Chumy Chúmez

Grâce à eux, ce que l'on appelle - heureusement pour la profession - le journalisme graphique a atteint un niveau de liberté, de force, de style et d'influence que d'autres éditoriaux de quatre-vingt-dix lignes auraient aimé avoir. Avec leur ironie et leur dénonciation, ils remplissent cet espace vide de la page éditoriale qui nous permet d'apprendre à être plus libres, à rêver plus loin et à croire que la presse est vraiment celle qui fritte les pouvoirs en place. C'est un malencarao peint par Chumy. "Il existe trois droits de l'homme. Voir, entendre et se taire".  Ajoutons que le droit de "tirage" suffit à saboter la pensée unique. 

El Roto

Parallèlement au livre publié, une exposition avec des dessins de Chumy Chumez et El Roto a été organisée à la Fondation Carlos de Amberes à Madrid.