PUBLICIDAD

Marruecos

Le Real Madrid passe de l'agonie à l'extase pour rencontrer Liverpool en finale

L'équipe d'Ancelotti est revenue de l'arrière dans les dernières minutes pour battre City en prolongation
Les joueurs du Real Madrid célèbrent à la fin du match retour de la demi-finale de la Ligue des champions de l'UEFA entre le Real Madrid CF et Manchester City au stade Santiago Bernabeu à Madrid, le 4 mai 2022.

AFP/PIERRE-PHILIPPE MARCOU  -   Les joueurs du Real Madrid célèbrent à la fin du match retour de la demi-finale de la Ligue des champions de l'UEFA entre le Real Madrid CF et Manchester City au stade Santiago Bernabeu à Madrid, le 4 mai 2022

"Je ne fume pas. C'était une photo avec mes amis". C'est ainsi qu'Ancelotti a défini la célèbre photo avec plusieurs joueurs du Real Madrid où il apparaît avec un cigare, des lunettes et une pose à la Vito Corleone qui a fait de Carletto un entraîneur immortel. Les joueurs sont ses amis. Et c'est tout ce qu'il y a à faire. 

Les célébrations de la Liga n'étaient pas appropriées au vu de ce qui attendait le Real Madrid en demi-finale retour de la Ligue des champions. Mais personne au club n'a pensé à annuler la célébration d'un 35e titre de champion après un 34e pandémique et d'une base de fans impatients de voir leurs idoles. 

Mais le Real Madrid aurait pu fêter cette Liga sans discontinuer jusqu'à une heure avant le match contre Manchester City et répéter le même scénario angoissant qui l'a conduit à la troisième finale de son histoire contre Liverpool. 

El defensa inglés del Manchester City Kyle Walker (Derecha) y el delantero brasileño del Real Madrid Vinicius Junior caen en el campo durante el partido de fútbol de vuelta de las semifinales de la UEFA Champions League entre el Real Madrid CF y el Manchester City en el estadio Santiago Bernabéu en Madrid el 4 de mayo de 2022
AFP/JAVIER SORIANO - Le défenseur anglais de Manchester City, Kyle Walker (R), et l'attaquant brésilien du Real Madrid, Vinicius Junior, tombent sur le terrain lors du match de football de la demi-finale de la Ligue des champions de l'UEFA entre le Real Madrid CF et Manchester City, au stade Santiago Bernabeu à Madrid, le 4 mai 2022.

L'équipe de Klopp se vante sur les médias sociaux d'avoir un compte à régler pour la finale 2018, mais intérieurement, ils savent que cela ne vaut rien. En leur faveur, il y a le fait que la finale ne se déroule pas au Bernabéu et que, comme le dit Ancelotti, "ça commence par un 0-0". C'est tout ce qu'il y a à faire. Le reste est imprévisible. Les cartes de coach, les cours, le scouting, les ardoises et autres trucs techniques peuvent aller à la poubelle. 

Guardiola s'était préparé pour ce match. Il savait qu'il devait arrêter l'élan que Pintus a mis dans les jambes des joueurs. Le technicien espagnol a déployé au Bernabeu son traité de football avec lequel il a embobiné tant de monde pour finir par obliger son gardien à perdre du temps dès la 10e minute de jeu. Il n'a pas mis le bus comme au Metropolitano car il sait que le Bernabéu est un grand stade et que les supporters poussent jusqu'à ce qu'ils débloquent la situation. 

L'épopée blanche n'a jamais été présente sur le terrain. Benzema était celui avant d'être un 9 et Vinicius celui avant d'apprendre à définir. Réguliers. Même Courtois n'a pas vu venir le but de Mahrez, qui est entré comme un obus dans son poteau. Une équipe vide qui a vu comment les tribunes ont commencé à se vider et la presse écrivait déjà des articles parlant d'une autre finale anglaise, de l'arrivée de Mbappé et de l'avenir de l'équipe sans Bale.  

Fernandinho, del Manchester City, falla una ocasión de gol ante la mirada de Thibaut Courtois, del Real Madrid
REUTERS/JUAN MEDINA - Fernandinho, de Manchester City, manque une occasion de but sous le regard de Thibaut Courtois, du Real Madrid.

Carvajal était d'humeur. Quand il n'était pas à l'image, il courait sur le terrain et faisait bouger l'équipe. Il se déplaçait sur le flanc, se battait pour les ballons et pressait ses coéquipiers. Le joueur de Leganés était hyper-motivé. Tout comme Nacho qui a relevé un peu plus son plafond en tant que joueur. Deux joueurs locaux tirant la même charrette que Raúl.

Le centre de Camavinga était touché par Benzema dans l'espace où il savait que Rodrygo allait arriver. Une tête similaire à celle du but contre Chelsea. Le Brésilien venait d'entrer en jeu car Ancelotti avait du mal à effectuer les changements, comme d'habitude. Le deuxième centre était l'œuvre de Carvajal, pour la deuxième fois, et avec plus d'esprit que de qualité. Asensio aurait pu gâcher la soirée car il a effleuré le ballon, mais Rodrygo a marqué une nouvelle fois pour faire basculer le Bernabéu et ébranler ses fragiles fondations. 

Comme le PSG et Chelsea, City a disparu du terrain. Cette mystique du Bernabeu, cette foule qui crie à l'oreille de ses adversaires qu'ils sont les rois d'Europe et que c'est ainsi que Madrid gagne, a disparu des 11 joueurs de Guardiola. On n'a plus jamais entendu parler d'eux jusqu'à ce que Ruben Dias, le défenseur central le plus cher de leur histoire, obtienne un penalty qui méritait d'être remboursé. Benzema a poussé le ballon dans le filet latéral aussi froidement qu'il a écouté les joueurs de City qui tentaient de briser sa concentration. 

Karim Benzema del Real Madrid marca su tercer gol desde el punto de penalti
PHOTO/CARL RECINE/ACTION IMAGES via REUTERS - Karim Benzema, du Real Madrid, marque son troisième but depuis le point de penalty.

Il ne restait plus qu'à attendre 120 minutes et à se diriger vers Paris. Guardiola a été dévoré par les fantômes des Blancs. Il a fait des changements étranges à la fin et n'a pas su soutenir les jambes de ses joueurs qui vacillaient au fil des minutes. Même Vallejo a donné son petit récital de trois dégagements sans se montrer. Militao a rendu à City son médicament contre les pertes de temps, mais la réalité de ces deux moments est qu'Ancelotti n'a pas vu clairement le changement et a eu besoin de temps pour méditer. 

Rien ne sera plus jamais comme avant. Le Real Madrid, qui aurait dû affronter Benfica et non le PSG, est désormais finaliste du tournoi organisé par l'UEFA qui a tant loué ses exploits. Pour Florentino Pérez, remporter le 14e devrait être le point d'orgue d'une compétition à laquelle le Real Madrid a donné du lustre. Le changement de cycle dans le football européen.

El delantero francés del Real Madrid Karim Benzema (Izquierda) celebra su gol durante el partido de fútbol de vuelta de las semifinales de la Liga de Campeones de la UEFA entre el Real Madrid CF y el Manchester City
AFP/GABRIEL BOUYS - L'attaquant français du Real Madrid Karim Benzema (à gauche) célèbre son but lors du match retour de la demi-finale de la Ligue des champions de l'UEFA entre le Real Madrid CF et Manchester City.

Ce qui se passe le 28 mai est une énigme. Liverpool se prépare à affronter l'opposition la plus inhabituelle qui soit. Une équipe peu orthodoxe qui joue un football sans scénario et qui gagne. Il gagne toujours.