PUBLICIDAD

Iberdrola

Le rôle des ministres des affaires étrangères mauritanien et jordanien au sommet de l'OTAN à Madrid

Le nouveau concept stratégique renforce la position des deux pays en tant qu'acteurs clés de la stabilité au Sahel et au Moyen-Orient
OTAN Pons

PHOTO/A. Sadafi Twitter  -   Le ministre jordanien des Affaires étrangères, Ayman Hussein Safadi, a tenu de nombreuses réunions bilatérales pendant le sommet de l'OTAN à Madrid. Il est photographié ici avec son homologue allemande, Annalena Baerbock

Il est clair qu'ils n'étaient pas les principaux acteurs du sommet de Madrid. Ces rôles incombent au secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, et aux chefs d'État et de gouvernement des 30 pays membres du traité de l'Atlantique Nord, bien que certains aient été beaucoup plus en vue que d'autres, comme le président américain Joe Biden et le président turc Recep Tayyip Erdogan.

Mais il convient de noter que pour la première fois, deux acteurs secondaires qualifiés de partenaires privilégiés de l'Alliance ont également participé à un sommet atlantique. Seuls deux des sept États participant au Dialogue méditerranéen parrainé par l'OTAN : la République islamique de Mauritanie et le Royaume hachémite de Jordanie.

OTAN Pons
PHOTO/M. Merzoug Twitter - Pendant une pause entre deux sessions plénières, le ministre mauritanien des affaires étrangères, Mohamed Salem Merzoug, a rencontré la ministre suédoise des affaires étrangères, Ann Linde, afin de promouvoir les échanges économiques entre les deux pays

Les deux nations étaient représentées par leurs ministres des affaires étrangères, Mohamed Salem Merzoug et Ayman Hussein Safadi, respectivement. Tous deux agissaient sous le titre d'acteurs invités, qui, en tant que tels, avaient été conviés à la journée d'ouverture du grand forum atlantiste du 29 juin.

Les chefs d'État mauritanien et jordanien avaient convenu d'un vaste programme de réunions bilatérales avec un grand nombre de leurs homologues de l'Alliance. Avec l'Espagnol Jose Manuel Albares, pour qui les deux pays "nous aident à mieux comprendre ces parties du monde". Avec la nouvelle ministre française, Catherine Colonna, l'Allemande Annalena Baerbock, le Turc Mevlüt Cavusoglu, le secrétaire d'État américain Antony Blinken et bien d'autres.

OTAN Pons
PHOTO/MAEC - Le ministre espagnol des affaires étrangères, Jose Manuel Albares, a rencontré les deux ministres, qui, selon lui, nous ont aidés à mieux comprendre ces régions du monde. Sur la photo, avec le Jordanien Ayman Hussein Safadi

En outre, ils ont partagé une table et une nappe avec tous les ministres des Affaires étrangères de l'OTAN. C'était lors d'un dîner de travail, le 29 juin, consacré à l'examen du flanc sud problématique de l'Alliance, une frontière que les nations d'Europe centrale et septentrionale considèrent comme largement sans rapport avec leurs préoccupations concernant les intentions futures de Moscou. 

Soutenir et renforcer les capacités de défense

Les responsables de la politique étrangère jordanienne et mauritanienne ont eu l'occasion d'exprimer les besoins et les priorités de leurs gouvernements en matière de sécurité, de stabilité de leurs institutions et de lutte contre le terrorisme. Mais ils ont également discuté des graves répercussions de la guerre en Ukraine sur leur sécurité alimentaire.

OTAN Pons
PHOTO/JAF - Les forces armées royales jordaniennes possèdent un fort potentiel aéroterrestre, principalement acquis auprès des États-Unis et du Royaume-Uni. Ses forces d'opérations spéciales jouissent d'une grande réputation internationale

Mais si les côtes de la Mauritanie sont baignées par l'océan Atlantique et que la Jordanie n'a aucun accès à la Méditerranée, pourquoi ces deux pays ont-ils été invités ? Parce que les gouvernements de Nouakchott et d'Amman sont des acteurs clés sur l'échiquier géostratégique de l'OTAN. Selon un diplomate allié qui préfère ne pas donner son nom ou sa fonction, ils ont été invités parce qu'ils sont "des exemples de réussite de l'Alliance avec ses partenaires", malgré le fait qu'aucun des deux n'est un voisin de Mare Nostrum. "En outre, il n'était pas possible de réunir tous les membres du Dialogue méditerranéen à Madrid".

Pour faire face aux défis présents au Sahel, un très important paquet de renforcement des capacités de défense pour la Mauritanie a été approuvé à Madrid, qui n'a pas encore été détaillé, mais qui élargit et améliore quatre projets mis en œuvre dans ce pays depuis le milieu de la dernière décennie. Lors de sa dernière conférence de presse, Jens Stoltenberg a déclaré que son organisation fournirait un "soutien en matière de renseignement" et aiderait le gouvernement de Nouakchott à renforcer la sécurité de ses frontières, à endiguer la migration irrégulière et à lutter contre le terrorisme dans un pays qui partage une frontière avec le Mali instable.

OTAN Pons
PHOTO/M. Merzoug Twitter - Le ministre mauritanien des Affaires étrangères avait accepté un vaste programme de rencontres bilatérales avec ses homologues de l'Alliance. La photo montre Mohamed Salem Merzoug avec son homologue tchèque Jan Lipavsky

La Mauritanie est d'une importance capitale pour l'OTAN. La principale raison de la position préférentielle de la Mauritanie dans la hiérarchie des pays partenaires de l'OTAN est qu'elle est située à une extrémité de la ceinture sahélienne, la zone géographique qui traverse le continent africain du nord au sud. Les groupes terroristes islamiques y prolifèrent, menaçant les gouvernements de la région et tentant d'exporter leur idéologie et leurs actions aux populations d'Afrique du Nord et du Sud de l'Alliance.

Le gouvernement dirigé par le général Mohamed Ould El Ghazwani fait partie du G5 Sahel. Nouakchott, la capitale du pays, est le siège du secrétariat de l'organisation, une coalition créée en février 2014 par le Burkina Faso, le Tchad, le Niger et le Mali - ce dernier a officiellement quitté la coalition le 30 juin - afin de promouvoir le développement et la sécurité de ses membres et de lutter contre les groupes djihadistes opérant au-delà des frontières.

OTAN Pons
PHOTO/JAF - Le commandant en chef des forces armées royales jordaniennes est le roi Abdullah II, photographié au centre de l'image, entouré du commandant d'une brigade d'infanterie et de soldats de transmission lors de manœuvres
La frontière sud et ses enjeux sécuritaires, démographiques, économiques et politiques

Et quelle était la raison de la présence de la Jordanie au sommet ? Le Royaume hachémite est considéré comme un partenaire très fiable depuis des décennies, à tel point qu'il a été inclus dans le programme d'opportunités renforcées (EOP) lors du sommet du Pays de Galles en 2014. Certaines de ses priorités en matière de sécurité sont similaires à celles de la Mauritanie, mais d'autres sont très différentes. Parmi les premiers figurent la poursuite de la stabilité régionale et la lutte contre le terrorisme. Mais elle est confrontée au problème historique des réfugiés palestiniens - plus de 2 millions - et maintenant des réfugiés syriens, qui sont plus d'un demi-million.

Le ministre Ayman Hussein Safadi a réaffirmé à ses homologues de l'Alliance que la Jordanie est une "force de paix et de stabilité dans la région". Il a cherché à élargir les liens de coopération et y est parvenu, puisque les dignitaires réunis à Madrid ont décidé d'étendre leurs programmes de soutien au roi Abdullah II. Parmi les préoccupations dont l'envoyé d'Amman a pris connaissance figurent la recherche d'une solution politique en Syrie, le soutien de la stabilité en Irak, au Liban et dans l'Autorité nationale palestinienne, ainsi que la résolution de la pénurie mondiale de céréales causée par la guerre en Ukraine dans les meilleurs délais.

OTAN Pons
PHOTO/US Army-Joseph Loar - Un important programme d'aide à la Mauritanie a été approuvé à Madrid. L'officier militaire qui passe en revue les troupes mauritaniennes est le général américain Patrick Donahue, qui porte l'insigne de parachutiste espagnol épinglé sur sa poitrine

Le concept stratégique récemment approuvé indique au point 11 que "les conflits, la fragilité et l'instabilité en Afrique et au Moyen-Orient affectent directement notre sécurité et celle de nos partenaires". Il souligne que les pays du Moyen-Orient, d'Afrique du Nord et du Sahel sont confrontés à des "défis sécuritaires, démographiques, économiques et politiques interconnectés", aggravés par "le changement climatique, la fragilité des institutions, les urgences sanitaires et l'insécurité alimentaire".

L'OTAN reconnaît que cela constitue "un terrain fertile pour la prolifération de groupes armés non étatiques, y compris des organisations terroristes, ainsi que pour l'ingérence déstabilisatrice et coercitive de concurrents stratégiques", une référence claire à la Russie et à son activité au Mali.

La feuille de route de l'Alliance dévoilée dans la capitale espagnole inclut les migrations massives irrégulières parmi les "menaces hybrides" que des puissances hostiles peuvent utiliser pour compromettre la stabilité des membres de l'OTAN. Il s'agit d'une demande des pays européens méditerranéens, expressément formulée par le gouvernement espagnol, qui a insisté pour que l'Alliance qualifie son flanc sud de nouvelle source de risque pour sa stabilité. Le gouvernement de Pedro Sánchez a pu constater de visu comment la migration est utilisée comme un instrument de pression politique.