PUBLICIDAD

Iberdrola

Le Sahara et « l'ami américain »

Les États-Unis et le Maroc ont une longue histoire de complicité, qui se remonte à l'époque où les deux territoires luttaient pour devenir des États indépendants. Un contexte essentiel pour comprendre leurs positions sur le Sahara
Estados Unidos y Marruecos tienen una larga historia de complicidades, que se remonta a la epoca de la la lucha de ambos territorios por ser Estados independientes. Un trasfondo clave para entender sus posiciones sobre el Sáhara. 

 -  

À travers la médina complexe de l'ancienne Tanger, dans des rues étroites et sous des arcades dignes de scènes d'espionnage, apparaît soudain une belle construction qui s'avère être le seul Monument Historique National des Etats-Unis en dehors de son territoire. Il montre et symbolise les relations anciennes et étroites entre les deux pays, qui datent de la guerre d'indépendance. En 1777, le sultan du Maroc Mohamed III collaborait déjà avec les services secrets de renseignement dans la lutte des colonies américaines pour leur indépendance. On ne peut pas manquer le soutien de Trump aux thèses marocaines sur le Sahara - rien de nouveau, mais plus expressif - comme élément d'une relation toujours plus étroite basée sur la sécurité mutuelle.

Le Sahara et « l'ami américain »

 

Cependant, l'Espagne, qui a joué un rôle dans le conflit sahraoui, a également collaboré à ces épisodes qui ont permis de forger une relation très spéciale entre Washington et Rabat. Le gouverneur espagnol de la Louisiane, Luis de Unzaga, et ses beaux-frères de Malaga, Antonio et Matias de Galvez, ont fait partie du plan qui a facilité le soutien du Maroc aux combattants de l'indépendance américains à travers les îles Canaries et la Louisiane. De ces soutiens, ces nouveaux fruits. Bien graissée par l'habile diplomatie de Hassan II, la relation avec l'ami américain a toujours été maintenue. Le Maroc est un pont sûr dans le transfert des troupes américaines au Moyen-Orient (peut-être plus que l'Espagne, depuis le geste insipide de Zapatero envers les troupes américaines), c'est un œil vigilant dans le détroit et de nos jours surtout dans la route du terrorisme islamiste qui oblige à avoir des alliés particulièrement connaisseurs de la question.   

Le bombardement d'informations de Trump n'est pas vraiment à la lumière des déclarations officielles depuis des années, y compris Obama, Bush ou avant cela Reagan. Il n'est pas anecdotique que le représentant des Nations Unies pour la question du Sahara ait été pendant des années l'ancien chef de cabinet et plus tard secrétaire d'État de Ronald Reagan, James Earl Baker, qui a toujours reporté une solution qui ne bénéficiait pas à Rabat.

Le Maroc a mérité cette distinction. De ces soutiens au XVIIIe siècle - dans la lutte des deux territoires pour leur indépendance -, à la collaboration lors de la Première Guerre mondiale, résultat de la Conférence d'Algésiras... et surtout à l'étroite collaboration avec les services militaires et de sécurité américains au cours des dernières décennies.   

Le Sahara et « l'ami américain »

Le cadeau de Noël de Trump au Maroc a été compensé par l'établissement nécessaire de relations entre Rabat et l'État d'Israël, étant donné la longue tradition juive du pays nord-africain depuis la diaspora provoquée par les Rois Catholiques. Toujours à Tanger, le magnifique cimetière juif qui surplombe la baie rappelle constamment son empreinte sur ces terres qui avaient commencé à diminuer en nombre et en influence. Non loin du cimetière se trouve la légation américaine, aujourd'hui transformée en musée et en bibliothèque, avec un espace très particulier consacré à l'écrivain nomade Paul Bowles, basé à Tanger, dont les valises bien voyagées sont entassées dans l'ancien siège diplomatique pour rappeler les relations entre les deux pays. 

Pour graisser ce nouveau chapitre de bonne entente maroco-américaine, le secrétaire à la Défense, Mark Esper, a fait escale au Maroc le 2 octobre dernier dans le cadre de sa tournée en Afrique du Nord et a signé un accord de coopération dans le domaine stratégique et militaire, incluant l'acquisition d'armes et d'autres équipements de défense, ainsi que la formation des troupes et la collaboration entre les services de renseignement. L'annonce de Trump est le corollaire de ce large accord, qui devrait amener l'Espagne à examiner de près sa position dans ce triangle dans lequel, qu'on le veuille ou non, elle est impliquée.  

La question du Sahara et du Front Polisario, qui semblait à moitié enterrée sous une bonne couche de sable du désert, est maintenant soulevée à nouveau. Au-delà du film documentaire d'Alvaro Longoria avec Javier Bardem, qui date déjà de quelques années, nous n'avions pratiquement plus jamais regardé la situation au Sahara, ou seulement de manière très spécifique ou anecdotique. Nous en savons si peu en général sur notre action extérieure et nos intérêts qu'il est difficile de savoir si les camions qui transitent entre la Mauritanie et le Maroc et qui paralysent le Polisario sont espagnols ou s'ils transportent du poisson, des aliments, des minéraux pour notre marché. Savons-nous si l'espagnol est encore parlé à Villa Cisneros, ou si le Cervantes, le ministère de l'Éducation ou les Affaires étrangères s'y intéressent ? Avons-nous une politique claire d'équilibre entre le Maroc (notre grand partenaire) et l'Algérie du gaz (récemment visitée par le président Sánchez) ? Notre politique étrangère a-t-elle un rôle de médiation dans le conflit territorial historique auquel sont confrontés nos voisins du Maghreb ? Nous sommes probablement encore à mi-chemin, sans solutions diplomatiques originales, à un moment où notre ministère des affaires étrangères ne semble pas disposer de ses meilleurs experts. 

Le Sahara et « l'ami américain »

Espérons que ces questions et d'autres ne sont pas simplement de nouvelles "questions réservées" (comme le franquisme a déclaré les questions qui doivent ou ne peuvent pas faire l'objet d'un rapport), des questions qui ne sont ni connues ni résolues. Le royaume de l'ambiguïté, qui a également à sa tête un ministre peu au fait de cette question.   

Le manteau de l'histoire est large, mais il ne couvre pas les tensions qui restent vivantes après le départ précipité de l'administration espagnole de ce territoire en 1975. Non pas pour prendre parti (comme l'a fait la vice-présidente de Podemos Iglesias, qui a pris le relais de notre politique étrangère), mais pour les considérer comme des sujets prioritaires dans l'agenda de l'actualité espagnole.   

Le Sahara et « l'ami américain »

Sous le régime de Franco, la déclaration de réserves sur une telle question servait, selon les mauvaises langues, à couvrir les affaires fallacieuses de Carrero Blanco dans la colonie guinéenne. D'autres ont parlé des phosphates de Fos Bucraa dans la mine déjà fermée près de l´Ayyounne. Aujourd'hui, on présume que les échecs de l'action extérieure espagnole, de la politique migratoire et des relations avec nos voisins entraînent l'apparition soudaine d'alertes informatives qui semblent n'avoir aucun fondement historique en raison du peu d'informations consacrées par les médias à cette région. Mais, sans aucun doute, de ces poussières du désert, ces boues nous atteignent maintenant.  

 Lorsque Manu Leguineche a publié « La tribu » sur le coup d'État d'Obiang en Guinée, la couverture du livre indiquait clairement qu'il s'agissait d'un « roman  » et non d'un reportage. Et à la première page, il est dit que « toutes les références à des personnes qui ne sont pas publiques ou historiques sont simplement imaginaires  ». Il y a eu d'autres périodes plus prudentes, mais c'est ainsi que les choses se passent. Notre piste coloniale ressemble à une vieille histoire de fiction, bien que le présent l'oblige à montrer son vrai visage de temps en temps. Sinon, comme toujours, la fiction et la réalité américaines - de Casablanca à Bowles - continueront à nous ronger, même dans un pays voisin.