PUBLICIDAD

Marruecos

Le Soudan dément la présence de mercenaires du groupe russe Wagner sur son territoire

Les accusations de Washington, Oslo et Londres concernant le trafic illicite d'or et l'ingérence de la Russie au Soudan ont provoqué la colère de Khartoum, qui a dénoncé les pressions de la "troïka occidentale"
grupo-wagner-rusia

PHOTO/REUTERS  -   Photo d'archive. Membres du groupe Wagner en 2014

Dans un scénario international de plus en plus tendu et polarisé par l'invasion de l'Ukraine par la Russie, Moscou ne cesse de chercher à gagner en influence et à s'allier avec les puissances qui, jusqu'à présent, ne se sont pas positionnées contre elle. À cet égard, le Soudan a signalé un net changement de cap dans ses futures relations étrangères : Khartoum s'oriente vers un rapprochement avec le Kremlin.

Il y a quelques jours à peine, les ambassadeurs du Royaume-Uni et de la Norvège au Soudan, ainsi que le chargé d'affaires américain dans le pays, ont signé une déclaration accusant la Russie d'être impliquée dans le trafic illégal d'or soudanais. L'une des principales sources de devises pour Khartoum, qui a perdu les trois quarts de ses revenus pétroliers et près de 80 % de ses ressources en devises après la sécession du Sud-Soudan en 2011.

manifestaciones-democracia-gobierno
PHOTO/ ARCHIVO  -  Manifestations au Soudan pour demander le retrait des militaires du pouvoir.

"Au Soudan, le groupe Wagner, une société militaire privée ayant des liens étroits avec Poutine, diffuse de la désinformation sur les médias sociaux et se livre à des activités illégales liées à l'exploitation de l'or", a déclaré l'agence de presse Europa Press, citant une partie du communiqué. En outre, les puissances signataires ont averti que ces activités "sapent la bonne gouvernance et le respect de l'État de droit pour lesquels le peuple soudanais se bat depuis la révolution [de 2019]".

"Même si la guerre de Poutine se déroule à 5 000 kilomètres de là, la Russie n'attaque pas seulement l'Ukraine. Ses forces sapent la stabilité dans le monde entier", ajoute la déclaration. "Elle s'attaque également aux principes de la Charte des Nations unies, aux normes qui permettent aux sociétés de coexister en paix, et cela devrait préoccuper tous les pays, en particulier en Afrique.

minas-sudan-oro
AFP/ASHRAF SHAZLY  -  Elle montre des Soudanais en train de chercher de l'or dans le village d'al-Abidiya, dans le nord du Soudan.

Le groupe Wagner opère sur le territoire par l'intermédiaire des sociétés écrans "M-Invest" et "Meroe Gold". Selon plusieurs médias soudanais, le groupe de mercenaires aurait formé les forces de soutien rapide (RSF) dans la région du Darfour - faisant l'objet d'allégations de crimes de guerre - et le personnel militaire de l'armée soudanaise. En outre, les enquêtes de CNN ont mis en lumière les plans élaborés par M-Invest pour discréditer et réprimer violemment les soulèvements de 2019, qui soutenaient le président de l'époque, Omar el-Béchir.

En réponse au communiqué, le gouvernement de Khatoum n'a pas tardé à réagir en s'en prenant directement aux ambassadeurs des trois pays occidentaux, qu'il accuse de former une "troïka occidentale". 

mohamed-hamdan-dagalo
PHOTO/AP  -  El général Mohamed Hamdan Dagalo

"Le gouvernement soudanais dément catégoriquement" les affirmations des trois diplomates "sur la présence de la société de sécurité russe Wagner au Soudan effectuant des formations, des exploitations minières et d'autres actes contre la souveraineté", a publié le ministère des Affaires étrangères de Khartoum dans un communiqué - comme le rapporte Swissinfo. Elle a qualifié l'action de Washington, Oslo et Londres d'"ingérence flagrante dans les affaires intérieures du Soudan et de contradiction avec les normes et pratiques diplomatiques établies", et a critiqué leur tentative d'"impliquer délibérément et arbitrairement le Soudan dans le conflit en cours en Ukraine".

Mohamed Al-Nayer, un analyste économique, a expliqué au quotidien Al-Arab que ces accusations de la "troïka occidentale" sont fondées sur des questions politiques, découlant de l'incertitude des puissances occidentales quant aux relations étrangères du Soudan dans sa prochaine phase. Après une brève période d'ouverture au monde occidental au cours de laquelle ils n'ont pas obtenu de soutien efficace pour renforcer son économie. Ce positionnement s'est concrétisé par des accusations du gouvernement de Khartoum selon lesquelles l'objectif des États-Unis, du Royaume-Uni et de la Norvège est de faire pression sur le pays pour qu'il mette fin à son rapprochement avec Moscou dans le cadre de leur tentative d'isolement international.
 

 L'or du Soudan 

Selon un rapport de la Commission économique pour l'Afrique de l'ONU publié en septembre dernier, depuis 2013, le Soudan a perdu plus de 265 tonnes d'or en raison des saisies d'or de contrebande effectuées par Moscou. Le ministère soudanais des mines a rapidement démenti cette information. 

soldados-sudan
AP/HUSSEIN MALLA  -  Soldats soudanais de l'unité des forces de soutien rapide, dirigée par le lieutenant général Mohamed Hamdan Dagalo.

Toutefois, dans la même veine, des rapports plus récents du journal britannique The Telegraph ont affirmé que la Russie pourrait avoir acheté de l'or soudanais de contrebande pour se préparer aux sanctions occidentales. Quelques jours avant d'envahir l'Ukraine. En effet, le voyage de huit jours à Moscou du vice-président et général du Conseil souverain du Soudan (TMC), Mohamed Hamdam Dagalo - également connu sous le nom de Hemedti - coïncidant avec le déclenchement du conflit russo-ukrainien, n'a fait qu'alimenter ces soupçons.

"La Russie a probablement obtenu de l'or de différentes sources. Pas seulement du Soudan", a déclaré Salah Al-Doma, doyen de la faculté de sciences politiques de l'université islamique Omdurman de Khartoum. "Mais, oui, le Soudan est l'un des pays dont les entreprises russes ont réussi à tirer profit d'accords secrets avec les Forces de soutien rapide et d'autres entités telles que l'ancien Parti du Congrès national au pouvoir. La Russie, comme de nombreux pays, a bénéficié de la contrebande d'or soudanais."

al-burhan-sudan
AFP/SARAH MEYSSONNIER  -  Président du Conseil souverain du Soudan Général Abdel Fattah al-Burhan

"Je n'ai rien d'autre à dire que c'est une fausse nouvelle et une histoire créée par les journalistes du Telegraph", a été la seule réponse laconique de Khartoum, via un document publié par l'ambassadeur intérimaire du Soudan en Russie, Mohamed Hussein Zaroug.

Depuis octobre dernier, le Soudan est dirigé par les forces armées, qui ont fait un coup d'État pour évincer l'alliance d'organisations civiles et de partis politiques avec lesquels elles partageaient le gouvernement du pays. Cette alliance, dirigée par le premier ministre, Abdalla Hamdok, et les membres de son cabinet, est arrivée au pouvoir en août 2019 pour mener la transition démocratique du pays jusqu'à l'organisation d'élections en 2023. Toutefois, cette transition a été remise en question à la suite de la dissolution forcée du gouvernement par le général Abdel Fattah al-Burhan, qui est actuellement en négociation avec la Russie pour l'installation d'une base navale sur les côtes soudanaises de la mer Rouge.