PUBLICIDAD

Iberdrola

Le soutien incessant de l'ONU à la tenue d'élections en Libye

L'organisme international souhaite organiser des élections présidentielles afin d'instaurer enfin la démocratie dans ce pays africain
elecciones-libia-diciembre

AFP/MAHMUD TURKIA  -   Photo d'archive, bureau de vote à Tripoli, le 8 novembre 2021.

La semaine dernière, une session a eu lieu dans la chambre parlementaire où Aguila Saleh, président de la Chambre des représentants, a demandé au comité parlementaire chargé de la feuille de route de fixer une date limite pour la tenue des élections, au plus tard fin janvier. "Après avoir contacté toutes les parties, nous les invitons à soumettre leur rapport à la présidence d'ici la fin du mois de janvier, afin de clarifier les mesures nécessaires pour lever les obstacles au processus électoral qui a achoppé en décembre, et de fixer une date inévitable pour son réexamen selon une feuille de route spécifique", a déclaré le président de la commission. "Nous demandons également à la commission de fournir une vision intégrée du pouvoir exécutif et de la formation du gouvernement", a-t-il ajouté.

La Libye avait une date d'élection en décembre, mais les élections convoquées pour le 24 décembre n'ont pas eu lieu. La non-tenue de ces élections a entraîné l'expiration du mandat du gouvernement intérimaire, comme l'a rapporté Aguila Saleh, et celui-ci doit être reconstitué à nouveau. En fait, il a exigé que le gouverneur de la Banque centrale, le procureur général et les agences de régulation ne déboursent pas d'allocations financières au gouvernement actuel sans avoir obtenu l'autorisation préalable de la Chambre des représentants. En outre, la suspension des élections présidentielles a porté un nouveau coup à la transition politique ratée du pays. La Commission électorale a proposé de retarder le vote d'un mois

saleh-haftar
PHOTO/AFP  - Khalifa Haftar, Aguila Saleh et Al Sarraj lors d'une réunion à Paris en 2018.

Deux jours avant les élections présidentielles du 24 décembre, la Haute Commission électorale libyenne a fait savoir que le scrutin ne pourrait pas avoir lieu parce que même la liste définitive des candidats n'avait pas été publiée, et qu'elle ne pouvait donc pas mener la campagne électorale. Au cours des mois précédant les élections, plusieurs incidents violents ont également eu lieu dans certains bureaux de vote de l'ouest de la Libye et des hommes armés ont fait leur apparition au siège de la Cour Sabha dans le sud du pays. Depuis 2011 et après la chute du régime de Gaddafi, la Libye est plongée dans un climat chaotique, où l'émergence de groupes armés et d'organisations terroristes s'est accrue.

Ce lundi, une session de la Chambre basse du Parlement libyen entendra le rapport du comité de la feuille de route du Conseil sur le développement d'une vision intégrée pour la prochaine phase politique, suite à l'impossibilité de tenir des élections. En réponse, Stephanie Turco Williams, la représentante spéciale du Secrétaire général des Nations unies pour la Libye, a appelé les membres du Conseil à faire preuve de responsabilité dans la fixation d'une nouvelle date pour les élections. Williams, qui a été nommé conseillère spéciale début décembre 2021, a été chargée de diriger plusieurs réunions avec la Libye et les pays associés pour mettre fin à la crise et fixer une date pour les scrutins. Depuis le début de l'année, l'envoyé spécial n'a cessé de tenir des réunions pour la tenue d'élections. 

stephanie-williams-enviada-libia-onu
PHOTO/MARTIAL TREZZINI/KEYSTONE via AP  - Stephanie Williams a été nommée conseillère spéciale du Secrétaire général de l'ONU pour la Libye, a annoncé l'ONU le 6 décembre 2021.

En outre, sur Twitter, elle a déclaré : "J'ai encouragé tous les députés à participer à la session, à assumer leurs responsabilités envers le peuple libyen, à fixer une nouvelle date et une voie claire pour les élections, en tenant compte des 2,5 Libyens qui ont reçu leur carte électorale". Après sa rencontre avec Akela Saleh, à Al-Qubba, "le peuple libyen veut mettre fin à la période de transition réclamée depuis plusieurs années, ainsi qu'aux accords successifs de partage du pouvoir", a ajouté Williams. Tout ce qui s'est passé en Libye et lors de la session sera rapporté au Conseil de sécurité des Nations unies, ainsi que le processus politique et électoral.

La tenue d'élections présidentielles signifiera la poursuite d'un processus de transition soutenu par les Nations unies et par le Secrétaire général, Antonio Guterres, et la tenue éventuelle d'élections législatives pour l'instauration d'une démocratie. Le processus de transition a été affecté par des interventions étrangères, la prolifération des armes et l'apparition de mercenaires, selon les informations de l'agence AFP.