PUBLICIDAD

Marruecos

L'Egypte :prise entre la Russie et l'Occident

Depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine, le pays dirigé par Al-Sisi tente de maintenir un équilibre international, affecté par sa situation géopolitique fragile
KREMLIN ALEXEI DRUZHININ via REUTERS

KREMLIN ALEXEI DRUZHININ via REUTERS  -   Vladimir Poutine et son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sisi assistent à une cérémonie de bienvenue à bord du navire de croisière Moskva dans le port de Sotchi, en Russie, le 12 août 2014

L'influence croissante de la Russie dans la région de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient place les pays qui dépendent désormais d'un pays en guerre froide avec l'Occident dans une situation très délicate.

 

 

Le déclenchement de la guerre en Ukraine a pris le plus grand importateur de blé du monde complètement par surprise et dans une position très délicate. L'Égypte, pays en transformation et en progrès permanent, notamment depuis l'arrivée d'Al-Sisi au pouvoir en 2013, a construit ses relations internationales autour d'une sorte de neutralité entre l'Occident et la Russie, fragilisée par la guerre en Ukraine. 

C'est la conclusion à laquelle sont parvenus Sonia Sánchez Díaz, spécialiste des relations internationales à l'université Francisco de Vitoria, et des analystes des groupes de réflexion Crisis Group et Arab Center Washington DC. Ils décrivent la situation de l'Égypte comme stagnante et avec une "marge de manœuvre très limitée" sur la scène internationale. Si l'Égypte a d'abord condamné l'invasion russe, sous la pression de la diplomatie européenne et américaine, au fur et à mesure que le conflit progressait, sa position tiède lui a valu les réprimandes des représentants étrangers ukrainiens et du G7.  

Les relations de l'Égypte avec l'un des deux axes de cette querelle sont-elles menacées ? 

Calle céntrica en el Cairo PHOTO/AP
PHOTO/AP Rue du centre-ville du Caire

Des armes et du beurre pour l'Égypte : 

En 2018, Abdel-Fattah Al-Sisi a cosigné un traité de partenariat stratégique avec Vladimir Poutine dans le but de réduire sa dépendance vis-à-vis des États-Unis et de l'Europe. Du côté de la Russie, le renforcement de sa position en Égypte lui offre une bonne porte d'entrée dans le monde arabe et lui permet de pénétrer davantage dans la région MENA, l'un des objectifs de sa politique étrangère. 

Jusqu'en 2020, la Russie était le premier fournisseur d'armes de l'Égypte. 41 % des importations militaires étaient d'origine russe.  Des hélicoptères de combat russes Ka-52 Alligator, dans leur variante spéciale pour les forces armées égyptiennes "Nile Crocodile", aux chasseurs Sukhoi-35 livrés en 2021. 
La Russie a également fourni des fonds et des investissements pour le développement du pays. L'accord de partenariat entre Le Caire et Moscou a mis sur papier le financement russe de la centrale nucléaire de Dabaa, avec 25 milliards de dollars provenant des coffres russes pour sa mise en service. "L'Égypte comptait sur cet investissement de la Russie", explique Sonia Sánchez Díaz, professeure de relations internationales à l'université Francisco de Vitoria (UFV) dans une interview accordée à ATALAYAR. " Les travaux de cette usine devaient commencer en juillet 2022. C'est un plan qui maintenant, avec la guerre, est totalement paralysé", ajoute le spécialiste de la région MENA. Une situation qui se répète avec la construction de l'usine industrielle du canal de Suez, qui risque également de ne pas voir le jour dans les délais prévus à cause de la guerre et des sanctions. 

Un vendedor de pan lleva una bandeja de "Baladi", en el distrito del Viejo Cairo, Egipto AP/AMR NABIL
AP/AMR NABIL Un vendeur de pain porte un plateau de "Baladi", dans le quartier du Vieux Caire, en Égypte.

L'Égypte est également le premier importateur mondial de blé, devant l'Indonésie. Le géant africain a obtenu environ 70 % de ses approvisionnements en céréales de la Russie, suivie de l'Ukraine avec 11 %. Le problème du blé est un écueil que la plupart des pays d'Afrique du Nord ont rencontré depuis le début de la guerre, mais selon Khalil Al-Anani, analyste principal à l'Arab Center Washington DC, l'impact est particulièrement grave dans le cas de l'Égypte. Les 12,9 millions de tonnes de blé que l'Égypte a achetées en 2020 à la Russie et à l'Ukraine ont vu leur prix multiplié par deux, passant de 230 à 450 dollars US. Le prix du panier familial en Égypte a fortement augmenté depuis lors.

Le tourisme a beaucoup souffert en Égypte depuis les changements de gouvernement et les manifestations populaires de 2011. L'insécurité et l'instabilité dans le pays ont affaibli l'attrait international des visiteurs pour l'important patrimoine historique du pays. Ensuite, il y a eu COVID-19, un autre obstacle aux plans ambitieux d'Al-Sisi pour revitaliser l'industrie du tourisme. Le gouvernement égyptien a récemment conclu d'importants partenariats avec des pays européens, comme l'Espagne, qui ramènent des touristes dans le pays, mais la guerre en Ukraine a coupé un flux important de voyageurs. Selon les données recueillies par Crisis Group, avant la guerre, les Ukrainiens et les Russes représentaient 30 % du total des visiteurs annuels passant par les pyramides ou traversant le Nil. 

Turistas en el Templo de Luxor, Egipto. AP/MOHAMED EL-SHAHED
AP/MOHAMED EL-SHAHED Touristes au temple de Louxor, en Égypte

Le gouvernement dirigé par Al-Sisi n'est pas resté les bras croisés et a lancé un ensemble de mesures pour lutter contre la flambée des prix et la dépréciation de la livre égyptienne, fortement meurtrie depuis 2016. Les autorités ont interdit l'exportation de denrées alimentaires de base et ont plafonné le prix du pain. Les pays du Golfe sont venus au secours de l'Égypte en avril en effectuant des investissements et des dépôts monétaires dans les institutions bancaires égyptiennes. L'Arabie saoudite a offert 5 milliards de dollars à la Banque centrale d'Égypte, en plus de s'engager à investir 10 milliards de dollars dans le pays. Suivant l'exemple saoudien, le Qatar et les Émirats arabes unis ont offert respectivement 5 et 2 milliards de dollars d'investissements. Malgré cette aide, comme le conclut l'analyse de Crisis Group, la dépréciation de la monnaie et la hausse des prix rendent la situation très difficile pour les classes laborieuses égyptiennes, déjà durement éprouvées. 

L'aide des pays du Golfe s'ajoute à celle du Fonds monétaire international (FMI), auquel l'Égypte a déjà fait appel pour la troisième fois afin d'intervenir dans son économie en difficulté. Avec l'Argentine, l'Égypte est le pays qui a reçu le plus d'aide du FMI. "Pour toutes ces raisons économiques, commerciales et de coopération avec la Russie, la situation actuelle de l'Égypte est très délicate", conclut la professeure Sánchez Díaz. 

Bolsa de valores egipcia en El Cairo PHOTO/REUTERS
PHOTO/REUTERS Bourse égyptienne au Caire

Le dialogue avec la Russie n'est pas toujours bon, malgré les investissements et les accords de coopération que Poutine a conclus avec Al-Sisi. Il y a des axes dans les relations entre les deux pays que la diplomatie n'a pas réussi à polir. En particulier, l'Égypte craint que la Russie n'ait l'accord du Soudan pour installer une base militaire sur les côtes soudanaises avec accès à la mer Rouge. Le Soudan est une région sur laquelle l'Égypte cherche à maintenir une forte influence, et il est clair pour l'Égypte que la présence de la Russie ne lui serait d'aucun bénéfice. 

Les États-Unis quittent le Moyen-Orient

La sortie des États-Unis du Moyen-Orient, qui a entraîné l'entrée de la Russie, est l'une des raisons pour lesquelles l'Égypte s'est tournée vers cette nouvelle alliance avec Moscou, qui subit aujourd'hui les conséquences de la guerre en Ukraine. Mais avant de se retirer du Moyen-Orient, les États-Unis mettaient déjà de nombreuses pierres sur le chemin de l'Égypte, empêchant le pays d'atteindre ses objectifs, y compris ses besoins militaires, dans divers domaines. 

Comme le soulignent les analystes du Washington Institute Aliz Dizboni et Karim El-Baz, l'une des raisons du désaccord entre les États-Unis et l'Égypte est précisément ce manque de fournitures d'armes américaines. 

L'Égypte est une grande puissance militaire, la plus importante d'Afrique, et se distingue par l'importance de sa force terrestre avec une flotte d'environ 1 000 chars américains Abrams M1, qui partagent le drapeau avec d'anciens T-62 soviétiques, des T-55 Ramses et quelques T-80 russes plus modernes.

Tanques Abrams egipcios participan en ejercicios en la base militar Mohamed Naguib, el 15 de noviembre de 2018 AFP/KHALED DESOUKI
AFP/KHALED DESOUKI Des chars Abrams égyptiens participent à des exercices sur la base militaire Mohamed Naguib, le 15 novembre 2018 

L'arsenal égyptien est à l'image du jeu de relations internationales du pays, qui comporte des pièces de la France, de l'Italie, de l'Allemagne, des États-Unis, de la Russie et du défunt bloc soviétique. Cependant, comme le soulignent Aliz Dizboni et Karim El-Baz, le problème des forces armées égyptiennes réside dans son armée de l'air.

La flotte égyptienne de F-16 américains, mise à niveau aux normes des blocs 40 et 52 et constituant l'épine dorsale de la force aérienne de combat égyptienne, serait la flotte de F-16 la moins apte au monde pour un véritable combat aérien. Cela s'explique principalement par le veto à l'exportation que les États-Unis exercent sur l'Égypte depuis 2013. Cette année-là, le département d'État a interrompu l'exportation d'équipements militaires de pointe vers l'Égypte, invoquant des violations des droits de l'homme dans le pays. Les F-16 égyptiens n'ont donc pas d'autres missiles que les anciens missiles guidés air-air Sparrow, issus de la technologie de la guerre froide, qui empêchent l'Égypte d'avoir une supériorité aérienne sur ses voisins, voire de les égaler. "Les raisons de ce veto ne sont pas qu'il pourrait constituer une menace pour Israël. L'Égypte est un partenaire d'Israël, et je ne pense pas qu'il s'agisse d'une crainte dans ce sens", note Sánchez Díaz. "L'Égypte est le principal partenaire d'Israël dans le contrôle de Gaza. L'Egypte a besoin de cet armement pour dissuader l'Ethiopie et la menace du barrage de la Grande Renaissance", ajoute la professeure de l'UFV.

L'administration Trump, pour tenter de revenir sur ces décisions de l'administration Obama, a promis à l'Égypte en 2018 un lot de trente chasseurs F-35, de dernière génération, pour lesquels les gouvernements du monde entier font des démarches auprès du département d'État dans l'espoir d'obtenir la permission de les importer. La promesse de Trump n'a pas réussi à s'imposer, soit parce que l'État profond américain a agi contre lui, soit parce que c'était un bluff pour le gouvernement égyptien. 

Un avión de combate F-16 pilotado por la Fuerza Aérea egipcia durante un entrenamiento de reabastecimiento de combustible en vuelo AFP PHOTO / US AIR FORCE / STAFF SGT. AMY ABBOTT
AFP PHOTO / US AIR FORCE / STAFF SGT. AMY ABBOTT Un avion de chasse F-16 piloté par l'armée de l'air égyptienne lors d'un entraînement au ravitaillement en vol  

C'est la principale raison pour laquelle l'Égypte se tourne vers la Russie pour son armement, notamment pour acquérir des chasseurs Sukhoi-35 (Su-35), ce qui a suscité la réticence de Washington. Outre le Su-35, l'Égypte a également recherché des solutions à travers le Rafale français, qu'elle possède déjà dans son armée de l'air, mais les États-Unis ont fait pression pour obtenir les missiles MICA, d'une portée de 80 km, plutôt que le Meteor, plus moderne. 

Les États-Unis ont menacé l'Égypte de sanctions CAATSA (Countering America's Adversaries Through Sanctions Act) pour son achat de matériel militaire russe, un empiètement sur la souveraineté égyptienne, selon la déclaration du gouvernement Al-Sisi en réponse. Encore un autre fossé entre Le Caire et Washington. 

La réponse à la guerre 

Dans ce contexte de relations profondes et dépendantes avec la Russie, il fallait s'attendre à ce que l'Égypte n'adopte pas une position ouvertement critique et ferme à l'égard de Poutine après le début de la guerre. La position ambiguë de l'Égypte est largement similaire à celle de nombreux pays arabes, à l'exception de ceux qui ont participé à la réunion consultative organisée par les États-Unis à Ramstein en avril - le Maroc et la Tunisie, par exemple. La pénétration de la Russie dans la région MENA touche presque également tous les pays arabes. 

Dans les premiers jours de la guerre, un communiqué du G7 (France, Allemagne, Italie, Canada, États-Unis, Japon et Union européenne), par l'intermédiaire de sa délégation au Caire, a poussé le gouvernement Al-Sisi à prendre une décision. Sous la pression de l'Occident, l'envoyé égyptien auprès de l'ONU a levé la main lors du vote de l'Assemblée générale le 2 mars, approuvant la condamnation de l'invasion. Cette position n'a pas été réitérée pour la résolution du 7 avril qui excluait la Russie du Conseil des droits de l'homme des Nations unies, pour laquelle l'Égypte a choisi de s'abstenir.

El ministro de Asuntos Exteriores de Rusia, Sergei Lavrov, y el presidente de Egipto, Abdel Fattah al-Sisi, en El Cairo el 12 de abril de 2021 AFP PHOTO / Russian Foreign Ministry /
 AFP PHOTO / Russian Foreign Ministry Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, et le président égyptien, Abdel Fattah al-Sisi, au Caire, le 12 avril 2021

"Dès le début de la guerre, Sisi a essayé de marcher sur une ligne fine entre les alliés occidentaux de l'Égypte, notamment les États-Unis, et la Russie. Alors que la plupart des pays ont imposé des sanctions à la Russie, l'Égypte a refusé de le faire", explique dans son analyse Khalil Al-Anani, analyste principal à l'Arab Center Washington DC. La tiédeur de l'Égypte a suscité une réaction de la diplomatie ukrainienne au Caire.  Comme les autres pays arabes, l'Ukraine a appelé à un engagement plus sérieux.

Ruslan Nechai, le chargé d'affaires de l'Ukraine au Caire, a remis une série de demandes au gouvernement égyptien en mars. L'Ukraine a demandé à Al-Sisi des armes, ainsi que des équipements militaires de défense, une assistance humanitaire et une aide logistique. Une réponse à la guerre similaire à celle des pays européens. Selon Ruslan Nechai, qui s'est exprimé dans le média spécialisé Al-Monitor, "il est dans l'intérêt de l'Égypte que la guerre prenne fin. Nous avons besoin que l'Égypte nous offre une aide humanitaire et médicale, et qu'elle nous aide en nous fournissant des armes, à sa discrétion. La sécurité alimentaire de l'Égypte dépend dans une large mesure de l'Ukraine". 

Du côté russe, le média Al-Arab a révélé que des articles publiés dans le média Russia Today, financé par le gouvernement russe, menacent directement l'Égypte et les relations entre les gouvernements Al-Sisi et Poutine. Selon Al-Arab, ces articles portent la signature d'hommes politiques et de personnalités directement liés au Kremlin. 

L'Égypte ne devrait pas sortir de cette situation prochainement. Plus loin dans le conflit, les seules déclarations que les autorités gouvernementales ont consacrées à la guerre ont été un appel au dialogue entre la Russie et l'Ukraine pour mettre fin à la guerre. Mais après la fin de la première étape de l'invasion russe, l'offensive a changé de rythme et les prévisions annoncent une longue guerre autour de l'Ukraine, remodelant le scénario égyptien pour les années à venir et forçant le gouvernement Al-Sisi à chercher des alternatives et à changer ses plans. 

Fotografia de archivo, la Fuerza Aérea Egipcia realiza una exhibición aérea en la que se muestran aviones F-16 entregados a Egipto por Estados Unidos REUTERS/ASMAA WAGUIH
REUTERS/ASMAA WAGUIH  Photo d'archive, l'armée de l'air égyptienne effectue une démonstration aérienne montrant des avions F-16 livrés à l'Égypte par les États-Unis.

Scénarios possibles pour l'Égypte : 

Sonia Sánchez Díaz écarte la possibilité que les États-Unis appliquent l'intégralité des sanctions CAATSA à l'Égypte. "Ce serait un coup dévastateur pour une économie déjà bien mal en point. L'administration Biden doit calculer ses mouvements, et je ne pense pas que ce serait dans son intérêt", explique la spécialiste du Moyen-Orient. Toutefois, Sánchez Díaz estime que le scénario le plus probable en cas de guerre longue est une reconfiguration de l'échiquier actuel. "L'Égypte sera obligée de chercher de nouveaux alliés et des alternatives pour ses besoins", note Sánchez Díaz, qui estime également que cela pourrait être bénéfique à long terme pour l'Égypte, qui verrait son autonomie et son pouvoir de décision augmenter. Cela ne serait pas propre au pays dirigé par Al-Sisi, mais aussi à tous les pays d'Afrique du Nord dans lesquels la Russie a pénétré ces dernières années. 

En cas de rupture du partenariat Égypte-Russie, il y aurait à nouveau une place pour les États-Unis sur le front militaire, même s'il n'est pas certain que cela soit entièrement dans l'intérêt de l'Égypte si les interdictions de vente d'équipements de technologie avancée restent en place comme décidé en 2013. 

La Chine s'annonce comme l'autre grand substitut et remède au géant nord-africain. L'industrie chinoise de l'armement, qui n'est pas soumise aux sanctions américaines CAATSA, serait parfaitement capable de fournir des équipements à l'Égypte. Peut-être pas pour résoudre son problème dans l'armée de l'air, qui aura suffisamment de difficultés à faire fonctionner ses nouveaux Su-35 en coordination avec des équipements qui ne sont pas compatibles avec eux, mais à bien d'autres égards. 

En cas de poursuite de la voie de la coopération approfondie avec la Russie, l'Égypte pourrait se retrouver dans une situation de dépendance croissante vis-à-vis de Moscou, dont il sera très difficile de s'extraire et dont les manœuvres en géopolitique seront tout aussi compliquées. Ce scénario est le moins probable en raison du leadership de l'Arabie saoudite et des Émirats arabes unis au Moyen-Orient et dans le monde arabe, qui ont un grand intérêt à maintenir l'Égypte dans leur sphère d'influence, notamment avec un gouvernement fort opposé à l'islamisme radical des Frères musulmans.