PUBLICIDAD

Marruecos

L'envoyé de l'ONU pour le Sahara prépare son premier voyage dans la région

Staffan de Mistura est en contact avec les parties concernées
Staffan de Mistura

 -   Staffan de Mistura

L'envoyé des Nations unies pour le Sahara, Staffan de Mistura, prépare ce qui sera son premier voyage dans la région depuis qu'il a été nommé à ce poste par le Secrétaire général en octobre dernier.

Le porte-parole du Secrétaire général, Stéphane Dujarric, a confirmé lors d'une conférence de presse que M. De Mistura "est en contact avec les parties concernées et avec les voisins, impatient de (réaliser) cette visite", dont il n'a pas donné les dates ni les détails de son agenda.

Selon l'agence de presse EFE, la visite commencera au milieu de cette semaine et comprendra un premier contact avec le gouvernement marocain à Rabat et avec le Front Polisario à son siège à Tindouf. 

Selon ces sources, De Mistura ne se rendra pas, du moins à cette occasion, à Laayoune ou dans le territoire sahraoui sous contrôle marocain, une étape toujours considérée comme délicate et qui dépend de la volonté du gouvernement marocain. 

José Manuel Albares y Staffan de Mistura
José Manuel Albares et Staffan de Mistura

En principe, une escale n'est pas non plus prévue à Alger, la capitale impliquée dans le conflit avec le statut d'"observateur", mais que le Maroc considère comme un élément fondamental du processus décisionnel du Polisario, selon Rabat.

Le Maroc et l'Algérie ont rompu leurs relations diplomatiques en août, ce qui pourrait compliquer la recherche d'une solution négociée et définitive au conflit du Sahara.

Interrogé pour savoir si cette rupture affecte la mission de M. De Mistura, le porte-parole s'est limité à répondre que "par principe, les choses sont moins compliquées lorsqu'il y a des relations bilatérales positives que lorsqu'elles sont négatives", sans autre évaluation. 

De Mistura a la difficile tâche de débloquer un conflit qui s'est enlisé en raison du refus des parties de céder sur ce qu'elles considèrent comme incontestable : pour le Polisario, un référendum d'autodétermination avec option d'indépendance ; pour le Maroc, une proposition d'autonomie au sein de la souveraineté marocaine.