PUBLICIDAD

Iberdrola

Les États-Unis répondront par écrit aux demandes de la Russie la semaine prochaine

Blinken et Lavrov se rencontrent à Genève dans une nouvelle tentative de désamorcer les tensions entre l'OTAN et la Russie
AP/ALEX BRANDON

AP/ALEX BRANDON  -   Le secrétaire d'État Antony Blinken salue le ministre russe des Affaires étrangères Sergey Lavrov avant leur rencontre, vendredi 21 janvier 2022, à Genève, en Suisse.

Après avoir établi un front commun en Europe contre la Russie, le secrétaire d'État américain Antony Blinken termine son voyage à travers le continent à Genève, où il a rencontré le ministre russe des Affaires étrangères Sergey Lavrov.

Selon le chef de la diplomatie russe, il s'agissait d'une "réunion professionnelle" au cours de laquelle Blinken a exprimé sa satisfaction quant à l'échange de positions. Le Secrétaire d'Etat a informé son homologue russe que Washington répondra par écrit aux demandes de la Russie la semaine prochaine. Blinken a de nouveau insisté sur le déploiement de troupes russes à la frontière ukrainienne et a demandé à Moscou de procéder à une désescalade.

"La Russie a envoyé 100 000 soldats à la frontière ukrainienne. Si Poutine le voulait, il pourrait attaquer l'Ukraine par le sud, l'est et le nord", a prévenu le diplomate. Si cela devait se produire, Blinken a assuré que son pays s'engageait à apporter une "réponse unie, rapide et sévère". "Nous sommes à un moment critique", a-t-il averti.  

El secretario de Estado de Estados Unidos, Antony Blinken, a la izquierda, durante una reunión con el ministro de Asuntos Exteriores ruso, Sergey Lavrov, en Ginebra AP/MARTIAL TREZZINI
AP/MARTIAL TREZZINI - Le secrétaire d'État américain Antony Blinken, à gauche, lors d'une réunion avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergey Lavrov à Genève.

En outre, profitant de la réunion à Genève, le diplomate américain a demandé à Moscou de libérer deux citoyens américains détenus en Russie. L'un d'eux, Paul Whelan, a été accusé d'espionnage et condamné à 16 ans de prison, tandis que Trevor Reed purge une peine de neuf ans pour avoir "mis en danger la vie de deux policiers à Moscou alors qu'il était ivre", selon Reuters.

Lavrov a accusé l'Occident de "favoriser l'hystérie" concernant la situation en Europe de l'Est, et a réaffirmé que la Russie "n'a pas l'intention d'attaquer l'Ukraine". Cette "hystérie", selon les termes du ministre russe, "vise à saboter les accords de Minsk".

Alors que Blinken évoquait les troupes russes à la frontière ukrainienne, Lavrov a également fait allusion aux opérations militaires de l'OTAN sur le continent. Il a affirmé que l'objectif actuel de l'Alliance atlantique est de travailler contre la Russie et de "fomenter la russophobie". À cet égard, Lavrov a affirmé que l'OTAN "alimente l'extrémisme" contre la Russie dans des endroits tels que la Pologne et les États baltes. "C'est la minorité russophobe qui dirige non seulement l'OTAN, mais aussi l'Union européenne", a souligné le diplomate russe. 

El ministro de Asuntos Exteriores ruso, Serguéi Lavrov, a la derecha, y el viceministro de Asuntos Exteriores ruso, Serguéi Ryabkov, a la izquierda, asisten a una reunión con el secretario de Estado estadounidense, Antony Blinken AP/MARTIAL TREZZINI
AP/MARTIAL TREZZINI - Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Lavrov, à droite, et le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Ryabkov, à gauche, participent à une réunion avec le secrétaire d'État américain, Antony Blinken.

Le ministre russe a également fait allusion à l'armement de l'Ukraine par les États-Unis lors de la conférence de presse. "L'OTAN considère l'Ukraine comme une zone d'influence", a-t-il conclu. 

Malgré les efforts déployés pour apaiser les tensions, les deux diplomates ont exprimé leur scepticisme avant le sommet

"Nous n'attendons pas de progrès de la réunion avec Blinken, nous attendons des réponses", a déclaré Lavrov, selon RT. Le ministre russe a réaffirmé les exigences de Moscou en matière de sécurité formulées il y a quelques semaines. Parmi ces demandes figure le retrait des troupes de l'OTAN de tous les pays limitrophes de la Russie. Le gouvernement russe a également exigé que l'OTAN cesse de s'étendre vers ses frontières.

Dans le cas où l'OTAN ne répondrait pas à ces demandes, Moscou "ne pourrait ni confirmer ni exclure la possibilité d'établir une infrastructure militaire à Cuba et au Venezuela", a déclaré le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Ryabkov, à la télévision russe. Les deux pays sont situés dans la sphère d'influence de Washington, ce que l'on appelle l'"arrière-cour" américaine. 

El secretario de Estado de Estados Unidos, Antony Blinken, y el ministro de Asuntos Exteriores de Rusia, Sergei Lavrov, se dirigen a sus asientos antes de su reunión, en Ginebra, Suiza REUTERS/ALEX BRANDON
REUTERS/ALEX BRANDON - Le secrétaire d'État américain Antony Blinken et le ministre russe des Affaires étrangères Sergei Lavrov prennent place avant leur réunion à Genève, en Suisse.

L'expansion de l'OTAN vers l'est a également été l'une des questions mises en avant lors du sommet entre le Conseil de l'Alliance et la Russie. "La liberté de choisir les moyens d'assurer sa propre sécurité ne doit pas être mise en œuvre d'une manière qui porte atteinte aux intérêts légitimes des autres en matière de sécurité", a déclaré le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Alexander Grushko, à ses homologues américains.

Avant la réunion, Blinken a déclaré qu'il ne s'attendait pas à résoudre les différends, mais que la réunion s'inscrirait "dans le cadre des efforts visant à désamorcer les tensions". L'OTAN a jusqu'à présent rejeté les demandes de la Russie, arguant qu'aucun pays extérieur n'a le droit de décider qui peut rejoindre l'Alliance.