Les États-Unis vont présenter une résolution des Nations unies sur l'embargo des armes iraniennes

La Russie et la Chine s'opposent à cette mesure
Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo lors de la conférence de presse

REUTERS/Jim Young/Poolar  -   Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo lors de la conférence de presse

Les États-Unis vont déposer la semaine prochaine une résolution au Conseil de sécurité des Nations unies pour prolonger l'embargo sur les armes à destination de l'Iran, une mesure qui expire en octobre et que la Russie et la Chine ont clairement déclaré ne pas vouloir renouveler. 

« La semaine prochaine, les États-Unis feront pression pour que le Conseil de sécurité adopte une résolution visant à prolonger l'embargo sur l'Iran », a annoncé le secrétaire d'État américain Mike Pompeo lors d'une conférence de presse mercredi.

A priori, la résolution est vouée à l'échec car Washington n'a pas le minimum de neuf voix requis pour qu'une résolution soit adoptée et, si elle l'est, la Russie ou la Chine pourraient la bloquer car elles ont un droit de veto au Conseil de sécurité de l'ONU. 

« La mission du Conseil de sécurité est de maintenir la paix et la sécurité internationales. Le Conseil se moquerait de cette mission s'il permettait au principal État qui soutient le terrorisme d'acheter et de vendre ouvertement des armes », a déclaré le chef de la diplomatie américaine.

Si le vote échoue, Pompeo a suggéré que Washington pourrait invoquer une clause qui fait partie de l'accord nucléaire de 2015 et qui a été conçue pour réimposer à Téhéran toutes les sanctions de l'ONU qui avaient été levées, mais seulement s'il s'avérait qu'elle a violé le pacte. 

« D'une manière ou d'une autre, nous allons faire en sorte que l'embargo sur les armes soit prolongé », a averti Pompeo, qui, sans entrer dans les détails, a ajouté : « Nous n'allons pas laisser l'embargo expirer le 18 octobre. Nous sommes conscients que cette clause est une option qui est offerte aux États-Unis ». 

Les puissances européennes, ainsi que la Chine et la Russie, considèrent que les États-Unis n'ont pas le droit d'utiliser ce mécanisme puisqu'ils ont abandonné le pacte de 2015 et n'ont pas respecté leurs engagements. 

Les pays européens comme la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni sont favorables au maintien de l'embargo sur les armes, bien qu'ils aient été très critiques à l'égard de la décision du président américain Donald Trump de se retirer en 2018 de l'accord visant à empêcher la République islamique de développer des armes nucléaires.

Pour leur part, la Russie et la Chine estiment que l'embargo sur Téhéran doit être levé et rejettent les pressions de Washington. 

L'avenir du pacte nucléaire, signé par les principales puissances et accepté par les États-Unis sous le gouvernement de Barack Obama, est dans l'air en raison du rejet de Trump et du non-respect ultérieur par l'Iran en réponse.