PUBLICIDAD

Marruecos

Les changements à la Banque centrale font des ravages dans l'économie turque

L'arrêt de Naci Agbal a provoqué une instabilité dans l'économie turque, alors que les critiques des investisseurs internationaux se multiplient
Le président turc Recep Tayyip Erdogan

PHOTO/Bureau de presse présidentiel  -   Le président turc Recep Tayyip Erdogan

Quelques jours après le licenciement de l'ancien directeur de la Banque centrale turque, Naci Agbal, la situation de l'économie turque continue de s'aggraver. Lundi, la livre turque s'est effondrée de près de 15 %, tandis que la bourse d'Istanbul a perdu un dixième de sa valeur. Outre les turbulences économiques au sein du pays, la décision d'Erdogan a également suscité des critiques parmi les économistes et les investisseurs. L'agence financière internationale Moody's considère que ce licenciement est préjudiciable au financement des banques car il nuit à la confiance des investisseurs. "Sans la crédibilité de la Banque centrale, l'accès au marché risque de redevenir plus coûteux", a-t-il déclaré. Le secteur financier estime également que les licenciements fréquents dans cette institution affectent l'économie. "Les changements constants dans l'équipe économique ne sont pas de bon augure, ce n'est pas bon pour la crédibilité de la politique", a déclaré Yerlan Syzdykov, responsable d'Amudi. Le nouveau chef, Sahap Kavcioglu, est le quatrième gouverneur de la banque centrale en moins de deux ans. Depuis des années, en raison de la crise économique que traverse la Turquie, les investisseurs considèrent le pays comme l'un des marchés les plus vulnérables à tout changement dans l'économie mondiale. 

Cependant, Erdogan a appelé les investisseurs internationaux à avoir confiance dans la force et le potentiel de la Turquie. "Nous atteindrons bientôt une bien meilleure position en développant l'éco-nomie turque sur la base des investissements, de la production, de l'emploi et des exportations", a déclaré le président turc. Par ailleurs, M. Kavcioglu a commencé à poser les jalons de son nouveau poste à la tête de la Banque centrale. "La Banque centrale de Turquie continuera à utiliser efficacement tous ses instruments de politique monétaire pour atteindre son objectif : faire baisser l'inflation de manière durable", a-t-il déclaré dans un communiqué. 

El exgobernador del Banco Central de Turquía, Naci Agbal
PHOTO/REUTERS - Naci Agbal, ancien gouverneur de la Banque centrale de Turquie

Contrairement aux déclarations optimistes d'Erdogan, la population vit dans l'incertitude et la suspicion. "Il n'y a pas de confiance dans ce pays. Le licenciement du gouverneur de la Banque centrale ajoute au manque de confiance", a déclaré à Arab News un travailleur du tourisme à Istanbul. L'opposition turque a également démenti les prédictions du président. "Nous sommes au bord d'une crise de la balance des paiements", a déclaré Meral Aksener, leader du parti Iyi. La politique a également pesé sur le remplacement du directeur de la Banque centrale. "Les personnes qu'il nomme ne sont pas assez qualifiées", a ajouté M. Aksener. Durmus Yilmaz, chef de l'agence entre 2006 et 2011, a également critiqué la décision du président. "Le fait d'avoir quatre gouverneurs en si peu de mois et de changer ainsi si souvent l'orientation de la politique monétaire envoie un message négatif", dit-il. 

Sede del Banco Central de Turquía se ve en Ankara, Turquía
PHOTO/REUTERS - Le siège de la Banque centrale de Turquie à Ankara, en Turquie.

Ce séisme économique en Turquie a déjà atteint d'autres entreprises internationales. L'instabilité s'est étendue à BBVA, puisque la Turquie est son troisième marché le plus important. La banque espagnole a plongé de 8 % en raison de la chute de la lire. D'autres banques étrangères comme la française BNP, la néerlandaise ING ou l'italienne Unicredit ont également souffert de cette situation. 

La moneda turca se desplomó frente al dólar estadounidense después de que el presidente Recep Tayyip Erdogan despidiera al gobernador del Banco Central el fin de semana por subir los tipos de interés
PHOTO/AP - La monnaie turque a plongé face au dollar américain après que le président Recep Tayyip Erdogan a limogé le gouverneur de la banque centrale au cours du week-end pour avoir augmenté les taux d'intérêt.

Cette décision démontre une fois de plus le manque d'indépendance de la Banque centrale turque et l'intervention constante du président Erdogan, dont les idées économiques sont très critiquées. Derrière ces mesures pourrait se cacher Berat Albayral, le gendre d'Erdogan et ancien ministre des Finances. Ce licenciement montre également une fois de plus le virage autoritaire du président turc. Au cours du même week-end, Erdoğan a limogé le chef de la Banque centrale pour cause de désaccords, a abandonné la Convention d'Istanbul contre la violence masculine et a fait arrêter un député pro-kurde.