PUBLICIDAD

Iberdrola

Les conditions de vie difficiles au Kurdistan irakien contraignent des milliers de Kurdes à migrer vers l'Europe

Les Kurdes sont les principales victimes de la crise migratoire à la frontière entre la Pologne et le Bélarus
Miembros de una familia kurda de Dohuk, en Irak, en un bosque cerca de la frontera entre Polonia y Bielorrusia mientras esperan a la patrulla de la guardia fronteriza, cerca de Narewka, Polonia, el 9 de noviembre de 2021

AFP/WOJTEK RADWANSKI    -   Les membres d'une famille kurde de Dohuk, en Irak, dans une forêt près de la frontière entre la Pologne et le Bélarus, alors qu'ils attendent la patrouille des gardes-frontières, près de Narewka, en Pologne, le 9 novembre 2021.

La récente crise migratoire à la frontière entre la Pologne et le Bélarus a montré une fois de plus la détresse des réfugiés du Moyen-Orient et leur désespoir à quitter leur pays à la recherche d'une vie meilleure. L'instabilité, la corruption et la violence dans de nombreuses parties de la région ont poussé des milliers de personnes à tenter de rejoindre l'Europe. Le Kurdistan irakien est l'une de ces régions qui a subi un exode en raison des conditions de vie de ses citoyens. Les Kurdes irakiens qui ont atteint les portes de l'Europe se plaignent, entre autres, des bas salaires, du chômage, du manque de services publics et de la répression. 

Cette répression a été observée par des centaines d'étudiants qui manifestent depuis l'année dernière au Kurdistan irakien, notamment dans la ville de Sulaymaniyah. Les autorités répriment violemment ces manifestations, en utilisant des gaz lacrymogènes et en tirant en l'air à balles réelles. Les étudiants dénoncent les coupes dans le secteur de l'éducation, et les enseignants et autres fonctionnaires manifestent également pour exiger le paiement intégral de leurs salaires. "Certains étudiants n'ont pas les moyens de rentrer en province et d'autres n'ont pas assez pour trois repas par jour", a déclaré un étudiant à l'agence de presse AFP. L'ONU s'est fait l'écho de cette situation, dénonçant "les arrestations arbitraires, les procès inéquitables et l'intimidation des journalistes, des militants et des manifestants".  

AFP/WOJTEK RADWANSKI - Los paramédicos se preparan para transportar a una anciana y a un miembro de una familia kurda de Dohuk, en Irak, mientras la patrulla de la guardia fronteriza se prepara para llevar a la familia a la ciudad de Narewka (Polonia), cerca de la frontera entre Polonia y Bielorrusia, el 9 de noviembre de 2021 
AFP/WOJTEK RADWANSKI - Des ambulanciers se préparent à transporter une femme âgée et un membre d'une famille kurde de Dohuk, en Irak, alors que la patrouille des gardes-frontières se prépare à emmener la famille dans la ville de Narewka, en Pologne, près de la frontière entre la Pologne et le Bélarus, le 9 novembre 2021.

La corruption politique est un autre problème qui pousse les Kurdes irakiens à quitter leur pays. Les migrants pointent en particulier du doigt les familles Barzani et Talabani, deux clans qui contrôlent les zones kurdes en Irak depuis 1991. "Au Kurdistan, depuis 30 ans, deux familles mafieuses, voleuses et immorales dirigent le pays", se désole le poète et militant kurde Umed Ahmed auprès du Middle East Eye. "Il est impossible de trouver un emploi à moins d'avoir des relations avec l'élite dirigeante", a déclaré Asos Hassan à Al Jazeera. Hassan a réussi à atteindre la frontière européenne, mais contrairement à Ahmed, il a été expulsé par les autorités et renvoyé au Kurdistan. Ce n'était pas la première fois qu'il tentait de rejoindre l'Europe. Il a tenté à deux reprises de traverser la mer Égée pour rejoindre la Grèce, mais a été expulsé par les autorités turques. "Je continuerai comme ça même si je suis expulsé des dizaines de fois. Je préfère mourir que de continuer à vivre cette vie misérable", a déclaré le jeune Kurde aux médias qataris. 

À cet égard, il convient de noter l'oppression des citoyens kurdes dans le nord par les troupes turques depuis qu'Ankara a lancé une offensive contre les forces kurdes dans la région il y a quelques années.   

AFP/DELIL SOULEIMAN - Una mujer kurda siria ondea la bandera del Partido de la Unión Democrática (PYD) durante una manifestación contra las amenazas turcas en la ciudad de Ras al-Ain, en la provincia siria de Hasakeh, cerca de la frontera con Turquía, el 6 de octubre de 2019 
AFP/DELIL SOULEIMAN - Une femme kurde syrienne brandit le drapeau du Parti de l'union démocratique (PYD) lors d'une manifestation contre les menaces turques dans la ville de Ras al-Ain, dans la province syrienne de Hasakeh, près de la frontière avec la Turquie, le 6 octobre 2019.

Au cours des dix premiers mois de 2021, près de 37 000 personnes originaires du Kurdistan irakien ont quitté la région, selon les chiffres de la Lutka Foundation for Refugee and Displaced Affairs, une ONG irakienne présente dans la région. Parmi ces citoyens, 10 sont morts en route vers l'Europe et 12 sont portés disparus. L'ONG affirme également que depuis 2015, près de 635 000 personnes kurdes ont migré vers l'Europe.  

La plupart des victimes dans la Manche étaient des Kurdes  

Au moins 11 migrants sont morts au cours de la crise migratoire entre l'Union européenne et le Belarus, dont certains d'origine kurde comme Gaylan Delir Ismael ou Bakhtiyar Mousazadeh, deux jeunes de 25 ans, ou encore Kurd Khalid, 34 ans. Gaylan Delir était diabétique et "a émigré pour recevoir un traitement médical", comme l'a rapporté sa mère au média kurde commenté Rudaw. Khalid a voyagé pour accompagner son jeune frère, qui voulait émigrer.  

AP/LEONID SHCHEGLOV/BELTA via AP - La crisis migratoria en las fronteras orientales de Polonia, Lituania y Letonia está alimentando los llamamientos para que la UE financie la construcción de algo que nunca quiso construir: vallas y muros en la frontera. 
AP/LEONID SHCHEGLOV/BELTA via AP - La crise migratoire aux frontières orientales de la Pologne, de la Lituanie et de la Lettonie alimente les appels à l'UE pour qu'elle finance la construction de ce qu'elle n'a jamais voulu construire : des clôtures et des murs frontaliers.

Cependant, les Kurdes ont également été les principales victimes de la récente tragédie du Canal de la Manche. Fin novembre, 27 hommes, femmes et enfants sont morts en tentant de passer de la France au Royaume-Uni. Parmi les morts figure une femme kurde de 24 ans qui avait prévu de rencontrer son fiancé en Angleterre. "Le monde entier parle de l'Europe comme d'un endroit calme, ce qui est bien, mais est-ce que c'est ça, le calme ? 30 personnes qui meurent au milieu de la mer ? C'est un péché de faire subir cela aux gens", a déclaré le père de la jeune femme à la BBC. 

Les Yazidis, l'autre peuple touché par la crise migratoire actuelle 

L'histoire des Yazidis est marquée par la persécution, la violence et la douleur. Après le génocide subi aux mains de Daesh depuis 2014, de nombreux survivants ont réussi à émigrer dans des pays d'Europe, aux États-Unis ou au Canada. Cependant, ceux qui n'ont pas pu quitter l'Irak sont toujours dans une situation vulnérable. Ils se plaignent de ne pas recevoir un soutien suffisant de la part des autorités, et ils sont toujours confrontés au rejet d'une partie de la société. Pour ces raisons, de nombreux citoyens yazidis ont tenté de quitter l'Irak à la recherche d'une vie meilleure, tout comme les Kurdes.   

Foto/Archivo – Refugiados Yazidies 
Photo/File - Réfugiés yazidis

Parmi les migrants bloqués à la frontière entre la Pologne et le Bélarus figurent un grand nombre de Yazidis, bien que certains aient déjà été renvoyés en Irak. À la mi-novembre, plus de 400 Yazidis ont débarqué à Erbil et à Bagdad. Nombre d'entre eux, avant de se rendre en Europe, avaient vécu dans des camps de réfugiés au Kurdistan irakien à la suite du génocide. "Notre situation était terrible, Daesh a détruit nos maisons. Nos tentes ont également été brûlées dans les camps de réfugiés. Nous n'avions plus rien, c'est pourquoi nous sommes partis", a expliqué une femme à l'aéroport d'Erbil au journaliste de Middle East Eye Wladimir van Wilgenburg.  

Foto/Archivo – Refugiados Yazidies 
Photo/File - Réfugiés yazidis

Murad Ismael, cofondateur de Yazda, une ONG dédiée aux Yazidis, a appelé l'Europe à "jouer un rôle plus actif dans la résolution des problèmes économiques et humanitaires de l'Irak dans son ensemble et en particulier dans les régions déchirées par la guerre". Pari Ibrahim, fondatrice et directrice exécutive de la Free Yazidi Foundation (FYF), a demandé que les migrants à la frontière reçoivent les éléments de base, comme un abri, de la nourriture, de l'eau et du chauffage. "Ce sont des survivants du génocide et ils sont désespérés, traumatisés et souffrent. Si vous regardez les services offerts aux Yazidis en Irak, vous pouvez comprendre pourquoi ils partent", a-t-elle ajouté.