PUBLICIDAD

Marruecos

Les conséquences de la guerre en Ukraine ternissent l'esprit de fête du Ramadan

L'invasion russe de l'Ukraine frappe le monde arabe "à des niveaux alarmants" pendant le mois sacré
La Meca

AFP/MINISTERIO DE MEDIOS SAUDÍ  -   La Kaaba, le sanctuaire le plus sacré de l'islam, à la Grande Mosquée de la ville sainte de La Mecque, le 26 juillet 2020

Les conséquences de la guerre en Ukraine, comme la flambée des prix des denrées alimentaires, ont terni l'esprit festif du début du mois sacré musulman du Ramadan, une fête déjà entachée au Moyen-Orient ces deux dernières années par la crise du coronavirus.

Les restrictions sanitaires levées, les pays à majorité musulmane de la région entament un nouveau Ramadan loin de la normale, cette fois-ci marqué par la frugalité et une nouvelle crise qui menace d'appauvrir encore plus une zone qui ne s'est pas encore remise des conséquences du COVID-19.

Selon le Programme alimentaire mondial, la guerre en Ukraine pousse le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord à la famine, certaines denrées alimentaires devenant "d'un prix alarmant", car la région importe des produits tels que le blé et les céréales principalement depuis les territoires ukrainien et russe.

Prix prohibitifs en Irak

"Les prix sont fous, depuis le matin, j'erre sur le marché Al Shorya pour acheter les besoins de ma famille pour le mois de Ramadan, mais je ne pense pas pouvoir tout acheter", raconte Um Imran à Efe depuis le plus vieux marché de Bagdad.

Marruecos Ramadán
AFP/FADEL SENNA  -   Une femme fait des achats au marché central pendant le mois sacré musulman du Ramadan dans la capitale marocaine Rabat, le 6 mai 2020

Cette Irakienne de 50 ans se rend, comme chaque année, au marché pour faire ses courses en vue du mois sacré, durant lequel les musulmans jeûnent du lever au coucher du soleil et doivent s'abstenir, entre autres, de fumer ou d'avoir des relations sexuelles pendant la journée.

Face à cette hausse prohibitive des prix, le gouvernement irakien a pris des mesures telles que l'annulation des droits de douane sur les produits de base et l'extension des cartes de rationnement alimentaire, ce qui n'a pas empêché une baisse de la demande pendant le mois de Ramadan.

Amendes pour les profiteurs en Jordanie

Gadir Masalha, une ménagère jordanienne travaillant dans un supermarché du centre d'Amman, a déclaré à Efe que la situation de cette année est "vraiment surprenante" en raison de la hausse des prix et du fait que les salaires n'ont pas été actualisés depuis plus de deux ans.

"Nous pouvons à peine nous permettre d'acheter des produits de base", déplore-t-elle, tout en reprochant au gouvernement sa permissivité avec les commerçants, "qui profitent toujours du moindre conflit international pour augmenter les prix".

Le gouvernement a déjà infligé des amendes à des centaines de commerçants pour spéculation, bien que la Chambre de commerce d'Amman ait justifié que la flambée des prix était conforme aux marchés mondiaux.

Manifestación Sudán
PHOTO/AFP  -   Des manifestants soudanais marchent sur la 60e rue dans la capitale Khartoum pour dénoncer les arrestations par l'armée, pendant la nuit, de membres du gouvernement soudanais, le 25 octobre 2021
Effondrement de la monnaie en Egypte

Ces dernières semaines, la livre égyptienne a chuté d'environ 15 % par rapport au dollar, ce qui, avec la guerre en Ukraine, a entraîné une nouvelle hausse des prix des matières premières en Égypte, qui prend des mesures telles que la production locale de blé et l'interdiction d'exporter des denrées alimentaires et des matériaux de construction.

Cette situation a affecté les achats massifs que les Égyptiens avaient l'habitude de faire en prévision du Ramadan, mais cette fois, "les gens sur le marché regardaient les prix avec surprise", déclare Altaf al Shal, un retraité de 65 ans.

Parmi les produits devenus plus chers figurent la viande, le pain et les légumineuses, ce qui, selon Altaf, a entraîné une réduction considérable des achats : "Les gens souffrent, surtout les classes moyennes et inférieures", dit-il.

Soudan, un Ramadan avec une crise multidimensionnelle

La dévaluation de la livre soudanaise a non seulement provoqué une paralysie commerciale, mais a également contraint de nombreux vendeurs à fermer leurs boutiques. Ozman al Tom, propriétaire d'un petit supermarché, dit se trouver dans une situation "très stressante" et extrême en raison de l'augmentation des prix, notamment du sucre et de la farine, qui, selon lui, ont augmenté de plus de 100 % par rapport au mois dernier.

Outre la crise mondiale des prix et le coronavirus, le Soudan est confronté à une récession économique pressante et à un récent coup d'État qui a fait dérailler le processus de transition dans lequel le pays était plongé. "L'État a retiré sa main de tout et nous a laissé seuls face à notre destin", se lamente Ali Jalal de Khartoum.

Libra libanesa
AP/HUSSEIN MALLA  -   La livre libanaise
Le Liban, une situation limite

La hausse globale des prix s'ajoute à une inflation alimentaire qui se compte depuis longtemps par centaines en raison de la grave crise économique déclenchée au Liban fin 2019, une crise qui a plongé près de 80 % des Libanais dans la pauvreté et anéanti près de 90 % de la valeur de la monnaie locale.

Kotaiba, un habitant de 26 ans d'un quartier majoritairement sunnite de la capitale, a déclaré à Efe que toute la famille avait l'habitude de se réunir à Beyrouth pour rompre le jeûne, mais qu'aujourd'hui "ce n'est plus économiquement pratique" dans un pays où les prix du carburant augmentent et où il s'agit également d'une ressource rare.

Cette situation, associée à l'augmentation du coût des aliments, fait des grands banquets avec lesquels sa famille avait l'habitude de rompre le jeûne un lointain souvenir : "Tout ce qu'il y a, nous le cuisinons. Nous ne pouvons plus faire ce que nous faisions avant", se lamente le jeune homme.