PUBLICIDAD

Marruecos

Les différends territoriaux s'intensifient avant le nouveau cycle de négociations entre Ankara et Athènes

Des responsables grecs arrivent en Turquie après plusieurs affrontements en Méditerranée orientale
atalayar_grecia-turquia

PHOTO/Ministerio de Asuntos Exteriores de Turquía via REUTERS  -   Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, et son homologue grec, Nikos Dendias, lors d'une conférence de presse à Ankara, en Turquie, le 15 avril 2021.

La Grèce et la Turquie vont tenir leur 63e cycle de négociations à Ankara, dans un contexte de vives disputes territoriales en Méditerranée. En outre, la tension autour du conflit chypriote s'est accrue à la suite d'une rencontre entre le ministre grec des Affaires étrangères Nikos Dendias et le ministre chypriote des Affaires étrangères Nikos Christodoulides.

Au cours de leur rencontre, les deux ministres se sont attaqués à la Turquie, condamnant ses projets de forage en Méditerranée orientale. "La Grèce ne menace personne, mais elle ne se laissera pas non plus intimider par des actions illégales", a déclaré Dendias. Il a assuré que le pays "protégera sa souveraineté et ses droits souverains conformément au droit international et au droit de la mer".

atalayar_dendias grecia
PHOTO/AP - Le ministre grec des Affaires étrangères, Nikos Dendias.

Fuat Oktay, le vice-président turc, a récemment annoncé qu'Ankara allait commencer à forer dans la région, un comportement que Dendias a qualifié d'"inacceptable". Le ministre grec en a également profité pour mettre en garde contre d'éventuelles sanctions de l'Union européenne, comme le rapporte le quotidien grec eKathimerini. L'expansion de la Turquie en Méditerranée a été la cible de sanctions européennes. En novembre dernier, Bruxelles a décidé de sanctionner les personnes ou les entreprises impliquées dans des "activités de forage non autorisées".

Le chef de la diplomatie chypriote, Christodoulides, a également critiqué les actions de son voisin du nord lors de la rencontre avec son homologue grec. Les deux ministres ont rejeté les derniers projets d'Erdogan concernant Varosha, un quartier de l'île qui est resté fermé depuis la guerre de 1974. En juillet dernier, le gouvernement turc a décidé de le rouvrir, faisant fi des organisations internationales telles que l'Union européenne et les Nations unies. "La politique étrangère de la Turquie est toujours fondée sur une approche révisionniste, néo-ottomane, principalement basée sur la puissance militaire du pays", a déclaré Christodoulides.

vicepresidente-turquia
AFP/ADEM ALTAN - Le vice-président de la Turquie, Fuat Oktay

Concernant le sommet imminent entre les autorités grecques et turques, Dendias a accusé Ankara de "saper les contacts avant même qu'ils ne commencent par des provocations et des déclarations incendiaires". Les mots de Dendias, associés aux dernières actions d'Ankara, laissent penser que les relations entre la Turquie et la Grèce vont rester sur leur lancée malgré les séries de pourparlers visant à trouver un accord. "Il n'y a pas de volonté politique pour le moment pour aller de l'avant", a déclaré à Al-Monitor Ilke Toygur, analyste des affaires européennes à l'Institut royal Elcano et membre de l'Institut allemand pour les affaires internationales et de sécurité.

Toygur explique que la Grèce a profité des tensions en Méditerranée pour s'imposer comme un "allié fiable" dans la région pour les États-Unis et l'UE. Il cite en exemple l'accord de défense de 3 milliards d'euros signé entre Paris et Athènes. La Turquie, pour sa part, ne cherche à s'engager avec aucun pays. "Les deux parties continuent de parler et d'exprimer leurs positions sans s'engager sur quoi que ce soit", ajoute Toygur. 

atalayar_turquia grecia
PHOTO/ Ministère turc de la Défense via REUTERS - Le navire de recherche sismique turc Oruc Reis est escorté par des navires de la marine turque alors qu'il prend la mer en Méditerranée au large d'Antalya, en Turquie, le 10 août 2020.
Akar : "notre voisin la Grèce, malheureusement, persiste dans le harcèlement"

L'un des incidents les plus récents provoqués par les autorités turques a été le harcèlement d'un navire de recherche Nautical Geo, battant pavillon maltais et immatriculé en Grèce, qui naviguait au sud-ouest de Chypre. Par ailleurs, comme l'a dénoncé le ministère hellénique de la Défense, des avions de chasse turcs, dont certains sont armés, ont pénétré dans l'espace aérien grec.

Selon le ministre turc de la défense Hulusi Akar, le navire de recherche a tenté de violer la souveraineté turque. "Malgré tous nos avertissements, notre voisin la Grèce, malheureusement, persiste dans son harcèlement", a déclaré Akar lors d'une réunion avec ses homologues azéri et géorgien. Le ministre turc a néanmoins assuré qu'il "croit au dialogue". "Nous pensons que les problèmes peuvent être résolus par des méthodes pacifiques, par de bonnes relations et par le voisinage et le dialogue, conformément au droit international", a-t-il déclaré. 

atalayar_grecia turquia
AFP/AFP - Carte de la Méditerranée occidentale avec les revendications de frontières maritimes de la Turquie, de la Grèce et de Chypre

En amont du sommet gréco-turc, Ankara a également demandé de suspendre la militarisation des îles de la mer Égée. "La souveraineté de la Grèce sur les îles dépendait et dépend toujours de la démilitarisation", a déclaré Feridun Sinirlioglu, représentant de la Turquie auprès des Nations unies. Fin septembre, Sinirlioglu a envoyé une lettre au secrétaire général Antonio Guterres, accusant la Grèce de violer les traités internationaux relatifs à la démilitarisation de la zone. Il a également souligné que la souveraineté grecque sur les îles "n'a aucune base juridique". 

atalayar_francia grecia turquia
PHOTO/Ministère grec de la Défense via Reuters - Des navires grecs et français naviguent en formation lors d'un exercice militaire conjoint en mer Méditerranée.

Entre-temps, peu après la signature du pacte militaire par la France et Athènes, la Turquie a critiqué l'accord comme étant "une alliance militaire bilatérale contre la Turquie". Le ministère des affaires étrangères a affirmé que cette union nuira à l'OTAN, tout en prévenant que ces actions grecques "renforceront la détermination d'Ankara à protéger ses droits dans les mers Égée et Méditerranée".