PUBLICIDAD

Iberdrola

Les Émirats concluent un accord avec l'Égypte pour produire de l'hydrogène vert

Par l'intermédiaire de la société émiratie Masdar, l'objectif est d'installer des centres de production de cette ressource dans le pays d'Afrique du Nord, avec une capacité de production de 4 GW d'ici 2030
emiratos-mandar-egipto

PHOTO/WAM  -   Masdar, l'une des principales entreprises d'énergie renouvelable au monde, et Hassan Allam Utilities, ont annoncé la signature de deux protocoles d'accord avec des organisations publiques égyptiennes de premier plan.

Les Émirats arabes unis viennent de signer un accord historique avec l'Égypte dans le domaine des énergies renouvelables. Les deux nations ont l'intention de se lancer dans la production d'hydrogène vert, l'une des ressources les plus propres et les plus sûres pour la planète et qui vise à offrir plusieurs alternatives pour améliorer la situation environnementale.  

Ainsi, deux protocoles d'accord ont été paraphés pour rendre ce nouveau projet viable. Masdar, l'une des marques les plus réputées dans ce domaine et d'origine émiratie, ainsi que Hassan Allam Utilities ont accepté de mettre en œuvre cette idée. Un certain nombre d'organisations égyptiennes spécialisées dans le secteur seront impliquées. L'objectif est d'installer plusieurs usines d'hydrogène vert en Égypte. Ceux-ci seront principalement situés sur la côte méditerranéenne et d'autres dans la zone économique près du canal de Suez. Il convient de noter que la signature du document est soutenue par le gouvernement égyptien, qui a montré son plein soutien à la mise en œuvre de cette idée. 

Tout d'abord, la première phase du projet sera installée. Selon les entreprises, il sera opérationnel à partir de 2026 et produira environ 100 000 tonnes d'e-méthanol. En outre, les usines d'électrolyse produiront 2,3 millions de tonnes d'ammoniac vert, qui seront directement destinées à l'exportation et à l'alimentation des industries égyptiennes. 

"Les accords de partenariat conclus aujourd'hui pour explorer le développement de la production d'hydrogène vert démontrent la force des relations étroites entre les EAU et la République arabe d'Égypte", a déclaré le Dr Sultan bin Ahmed al-Jaber, ministre de l'Industrie et des Technologies avancées des EAU. Il a présidé la signature en tant qu'envoyé spécial de Masdar. 

"Ces projets renforceront la position des Émirats arabes unis et de Masdar en tant que pionniers du marché mondial de l'hydrogène et élargiront notre capacité à fournir des solutions énergétiques à émission zéro", a poursuivi Al-Jaber. "Alors que nos deux pays se préparent à accueillir les deux prochaines COP, nous sommes impatients de travailler avec nos partenaires égyptiens pour réaliser des progrès concrets en matière de transition énergétique, qui apporteront d'importants avantages économiques et climatiques", a-t-il conclu après la signature. 

L'hydrogène vert est l'une des ressources écologiques en plein essor ces dernières années. Il est produit par électrolyse, une méthode qui décompose l'eau en dioxygène et en hydrogène gazeux, mais il faut d'abord obtenir de l'énergie, soit de l'énergie éolienne ou solaire. C'est l'un des produits qui promettent de décarboniser l'industrie et donc de réduire les émissions de gaz qui contribuent gravement à la détérioration de l'effet de serre.  

Avec ce projet, l'Égypte réaffirme sa vision de la lutte contre le changement climatique dans le cadre des plans nationaux du gouvernement. Grâce à ces deux nouveaux mémorandums, la nation peut étendre le développement de projets d'énergie renouvelable sur son territoire. En outre, elle se prépare à inclure l'hydrogène vert dans le bouquet énergétique dans un avenir proche. Dans le cadre de la Vision 2030 de l'Égypte, l'objectif est d'atteindre un mix énergétique composé à 42 % d'énergies renouvelables d'ici à 2030. 

L'Égypte a été choisie par les Émirats comme le lieu idéal pour la création d'hydrogène vert en raison des ressources qu'elle offre. Le pays des pyramides est riche en heures d'ensoleillement et en vent, de sorte que la mise en œuvre de projets énergétiques est l'une des questions les plus florissantes dans la région. De plus, le coût de leur production dans ce pays est très bon marché et il est très compétitif sur le marché mondial de l'énergie.  

Le pays est également en train de devenir l'un des principaux concurrents directs dans la production d'hydrogène vert. Il s'agit d'une excellente occasion d'améliorer l'exportation de produits et d'inciter ainsi les entreprises internationales à investir dans de tels projets dans la région. 

"Nous pouvons aider le marché de l'hydrogène vert à atteindre son plein potentiel dans les années à venir et à jouer son rôle dans le soutien à la transition énergétique mondiale", a déclaré Mohamed Jameel al-Ramahi, PDG de Masdar.