PUBLICIDAD

Iberdrola

Les Émirats et la Chine unissent leurs forces pour atteindre ensemble la surface de la Lune

Allié à Washington et à la NASA, c'est la première fois que le pays du Golfe conclut un accord de coopération spatiale avec Pékin
Foto1EmiratosChinaLunaCoopCreMbsrc

PHOTO/MBRSC  -   Le chef adjoint de l'Agence spatiale chinoise, Wu Yanhua, et le directeur général du Centre spatial Mohammed bin Rashid, Salem al-Marri, ont convenu que le rover Rashid 2 se rendrait sur la Lune en 2026 à bord de la mission Chang'e-7.

L'Union des Émirats arabes unis a surpris la grande majorité de la communauté spatiale internationale en signant un accord de coopération avec Pékin pour accueillir son véhicule Rashid 2 à bord de la mission chinoise Chang'e-7, qui doit se rendre sur la Lune et se poser à sa surface en 2026. 

Le premier accord spatial bilatéral entre la Chine et les Émirats arabes unis a été signé le 16 septembre par le directeur adjoint de l'Administration spatiale nationale chinoise (CNSA), Wu Yanhua, et le directeur général du Centre spatial Mohammed bin Rashid (MBRSC) à Dubaï, Salem al-Marri, qui a déclaré que Rashid 2 est une mission consacrée à "l'exploration de nouvelles zones de géographie lunaire". 

La Chine a ouvert sa mission Chang'e-7 à la coopération internationale en juin 2021, ce dont les autorités émiraties ont profité pour négocier un pacte avec Pékin, participer à une mission exploratoire du président Xi Jinping et diversifier ses enjeux et ses attentes pour devenir un acteur incontournable de la scène spatiale mondiale. 

Foto2EmiratosChinaLunaCoopCreWam
PHOTO/WAM - Le petit rover Rashid 1 intègre deux caméras très sensibles. Il devrait voyager dans l'espace depuis Cap Canaveral, en Floride, à partir de novembre prochain à bord d'une fusée Falcon 9 de SpaceX

Un vaisseau spatial de 8 tonnes, l'ambitieuse mission Chang'e-7 se compose d'un orbiteur lunaire, d'un module de surface, d'un rover autonome et d'une petite sonde robotisée pour explorer les cratères à la recherche d'eau. L'accord désormais conclu entre la CNSA et le MBRSC signifie qu'il transportera également un petit rover développé par des ingénieurs émiratis. 

La décision du pays du Golfe n'est pas une surprise pour l'administration Biden et la NASA, qui ont été informées à l'avance. Allié géopolitique, militaire et économique clé des États-Unis dans la région du Moyen-Orient, les EAU ont été l'un des premiers pays à signer les accords Artemis de la NASA le 13 octobre 2020.

Foto3EmiratosChinaLunaCoopCreCnsaClep
PHOTO/CNSA-CLEP - La technologie chinoise offre des garanties suffisantes aux autorités émiraties. Pékin a déjà placé avec succès deux modules de surface et un nombre égal de rovers sur la face visible et la face cachée de la Lune.
Une confiance totale dans la technologie chinoise

En étant présent à Artemis, le vice-président, premier ministre des Émirats arabes unis et gouverneur de Dubaï, Sheikh Mohammed bin Rashid al-Maktoum, assure sa participation aux différentes missions robotiques et habitées menées par Washington pour le retour des humains sur la lune après 2025 et l'exploitation future de ses ressources.  

L'Agence spatiale des EAU et le MBRSC ont conclu d'autres accords de coopération étroits et importants avec l'agence spatiale américaine. L'un d'eux concerne la formation des astronautes émiratis au Johnson Space Center de la NASA à Houston, au Texas, où les quatre membres de son corps d'astronautes, trois hommes et une femme, ont été formés jusqu'à présent. 

Les deux institutions entretiennent également des liens avec les entreprises spatiales américaines. L'une des plus importantes est celle avec Axiom, avec laquelle le MBRSC a signé en avril dernier un contrat pour que le deuxième astronaute émirati, Sultan al-Neyadi, s'envole à bord de la mission Crew Dragon 6 vers la Station spatiale internationale (ISS) au printemps 2023, aux côtés de deux astronautes américains et d'un astronaute russe. 

Foto4EmiratosChinaLunaCoopCreMbrsc
PHOTO/MBRSC - Les autorités émiraties ont profité de l'ouverture de la mission lunaire Chang'e-7 à la coopération internationale pour initier leur collaboration spatiale avec la Chine et diversifier leur offre lunaire.

Mais, comme la NASA, l'agence spatiale chinoise offre des garanties plus que suffisantes pour les investissements qu'Emirates est prête à faire dans la technologie spatiale du grand pays d'Extrême-Orient. Pékin a déjà placé avec succès deux modules de surface et deux rovers sur la Lune, tant sur la face visible que sur la face cachée. 

Le Chang'e-3 de 1,2 tonne et son rover Yutu se sont posés sur la Lune en décembre 2013. Pesant 3,6 tonnes, Chang'e-4 et Yutu-2 se sont posés en janvier 2019 sur la face non visible de notre planète. Et la mission Chang'e-5, qui pèse 8,2 tonnes, s'est posée le 1er décembre 2020 et a renvoyé de petits échantillons de la Lune vers la Terre 15 jours plus tard - un véritable exploit.

Foto5EmiratosChinaLunaCoopCreWam
PHOTO/WAM - Des cadres supérieurs du MBRSC des Émirats montrent sur un écran comment le rover lunaire Rashid 1 enverra des signaux au module de surface Hakuto-R, que ses antennes relaieront vers la Terre.
Plus tôt sur la Lune avec le Japon... et aussi avec Israël

Chang'e-6 volera en 2024 pour améliorer la mission précédente, la même année qu'Israël et les Émirats arabes unis veulent placer la mission conjointe Beresheet 2 sur la Lune, dont l'accord a été ratifié en octobre 2021. 

Aucun détail n'a été communiqué sur le rover lunaire Rashid 2, si ce n'est qu'il s'agira d'une évolution du Rashid 1, plus petit et pesant 10 kilos, qui intègre deux caméras très sensibles. S'il n'y a pas de retard dû aux conséquences de la guerre en Ukraine sur le secteur spatial, il est prévu qu'il décolle de Cap Canaveral (Floride) en novembre prochain sur une fusée Falcon 9 de SpaceX.

Foto6EmiratosChinaLunaHakutoRCreIspace
PHOTO/Ispace - Hakuto-R est à l'IABG (Allemagne), où l'on vérifie sa conformité aux spécifications requises. Une fois les tests terminés, il sera envoyé aux États-Unis pour y être préparé à la mise en orbite

Le MBRSC a passé un contrat avec la société privée japonaise Ispace pour la mission inaugurale de son module de surface lunaire Hakuto-R qui déposera Rashid 1 sur le satellite naturel de la Terre. 

Les essais finaux de vibration et de vide thermique d'Hakuto-R sont en voie d'achèvement au siège de la société IABG en Allemagne, ce qui doit certifier que l'ensemble du système est prêt à supporter le décollage et son séjour sur la Lune poussiéreuse. Une fois les tests terminés, fin septembre ou début octobre, Hakuto-R sera expédié aux États-Unis pour y être préparé au lancement.

Foto7EmiratosChinaLunaCoopCreMbsrc
PHOTO/MBSRC - L'engagement de faire voler Rashid 2 sur la mission Chang'e-7 est le premier accord spatial bilatéral entre la Chine et les Émirats arabes unis, qui devrait déboucher sur un accord-cadre pour une collaboration ultérieure

La Lune est le deuxième objectif des EAU dans l'espace après Mars. Le vaisseau spatial Al-Amal (Espoir) a été lancé du Japon sur une fusée japonaise H-2 en juillet 2020. Le premier satellite appartenant à une nation arabe à atteindre et à orbiter autour de la planète rouge tourne autour de son atmosphère et l'étudie depuis le début de l'année 2021, faisant de la nation du Golfe la cinquième nation à atteindre notre planète voisine.