PUBLICIDAD

Iberdrola

Les États-Unis désignent les forces israéliennes comme auteur "probable" de la mort de Shireen Abu Akleh

Le porte-parole du département d'État, Ned Price, a déclaré dans un communiqué
REUTERS/RANEEN SAWAF - Mujeres sostienen imágenes de la reportera de Al Jazeera Shireen Abu Akleh, asesinada durante una redada israelí en Cisjordania

REUTERS/RANEEN SAWAF  -   Mujeres sostienen imágenes de la reportera de Al Jazeera Shireen Abu Akleh, asesinada durante una redada israelí en Cisjordania

Les États-Unis ont annoncé lundi qu'ils n'avaient pas été en mesure de tirer une conclusion définitive sur l'origine de la balle qui a tué la journaliste Shireen Abu Akleh, mais ont déclaré que les forces israéliennes avaient "probablement" tiré les coups de feu.
 
C'est ce qu'a déclaré le porte-parole du département d'État, Ned Price, en publiant les résultats de l'analyse médico-légale et balistique effectuée par des experts américains indépendants sur la balle qui a tué Akleh, que l'Autorité nationale palestinienne (ANP) a remis à Washington ce week-end.
 
Selon Price, le groupe d'experts n'a pas pu parvenir à "une conclusion définitive" sur l'origine de la balle car elle était "très endommagée".
 
Cependant, les États-Unis ont déterminé que les forces israéliennes ont "probablement" tiré sur Akleh, bien qu'ils aient déclaré n'avoir "aucune raison de croire que c'était intentionnel" mais le résultat de "circonstances tragiques" au cours d'une opération menée par l'armée israélienne contre les factions du Jihad islamique.
 
Washington est arrivé à cette conclusion après des semaines d'examen des enquêtes menées par l'armée israélienne et l'Autorité nationale palestinienne, a déclaré Price dans son communiqué.
 
L'enquête a été supervisée par le Bureau du coordinateur américain de la sécurité pour Israël et l'Autorité palestinienne (USSC), qui a été créé en 2005 pour assurer la coordination avec les autorités israéliennes et palestiniennes.
 
Dans sa déclaration, le porte-parole du département d'État a remercié Israël et l'Autorité palestinienne pour leur coopération dans l'élucidation de la mort d'Akleh, qui possédait la double nationalité palestinienne et américaine.

"Nous continuerons à travailler avec Israël et l'Autorité palestinienne sur les prochaines étapes et nous demandons instamment que des comptes soient rendus. Une fois encore, nous présentons nos plus sincères condoléances à la famille d'Akleh", a ajouté Price.
 
L'ANP, qui a mené sa propre enquête en mai, a accusé l'armée israélienne d'avoir tué Akleh.
 
Israël, qui a d'abord douté que ses troupes soient à l'origine de ce décès et l'a attribué à des miliciens palestiniens, a ensuite déclaré qu'il devait examiner la balle pour déterminer si elle avait été utilisée par ses soldats et avait causé la mort d'Akleh, mais l'ANP a refusé de remettre la balle à Israël.
 
Plusieurs médias tels que CNN, le Washington Post, le New York Times et Al Jazeera ont mené leurs propres enquêtes et ont affirmé que le journaliste avait très probablement été abattu par des soldats israéliens.
 
La mort d'Abu Akleh, le 11 mai, alors qu'il couvrait une opération israélienne dans le camp de réfugiés de Jénine, a suscité une vague d'indignation dans le territoire palestinien et au niveau international.
 
Le président américain Joe Biden, qui avait demandé une enquête sur la mort d'Akleh, se rendra en Israël et en Cisjordanie les 13 et 14 juillet.