Les investissements dans les technologies de lutte contre le changement climatique explosent

Les objectifs en matière d'émissions et de décarbonisation ont entraîné une forte augmentation des investissements dans les technologies climatiques
cop26-glasgow (2)

 -  

L'urgence climatique est l'un des plus grands défis auxquels sont confrontés les gouvernements du monde entier. C'est pourquoi les investissements dans les technologies qui s'inscrivent dans le cadre de ces efforts visant à atténuer les conséquences du changement climatique sont montés en flèche ces derniers temps. Selon les données de BloomberNEF, malgré la crise économique provoquée par la pandémie de COVID-19, l'année 2020 a vu un montant record de 17 milliards de dollars de capital-risque injecté dans ce que l'on appelle la "technologie climatique", un chiffre trois fois plus élevé qu'il y a quatre ans.grafico-clima

Bien que les efforts dans ce secteur aient augmenté de manière exponentielle ces derniers temps, toutes les ressources nécessaires pour atteindre les objectifs fixés par les grandes puissances ne sont pas encore en place. Temple Fennell, directeur général de Clean Energy Ventures, affirme que "nous avons besoin d'innovation pour décarboniser ; les technologies ne sont tout simplement pas disponibles sur le marché à l'heure actuelle". Il ajoute que, de cette manière, il y a une sorte de "tempête parfaite d'énormes quantités de capital se formant autour d'énormes quantités de demande pour financer l'innovation future".

L'objectif d'émissions nettes nulles que s'est fixé l'UE pour 2050 - 2060 dans le cas de la Chine - semble difficile à atteindre sans un changement radical de la tendance actuelle, notamment de la part de Pékin, qui est responsable de la plus grande quantité d'émissions au niveau mondial. Malgré les difficultés, un certain optimisme se dégage du fait que les entreprises et les gouvernements semblent tirer dans la même direction. Plus d'un cinquième des plus grandes entreprises du monde ont souscrit à l'engagement "zéro émission nette", tout comme les principales compagnies aériennes du monde entier.
protestas-g20-clima (3)

"Nous avons vu le volume des investissements dans les technologies climatiques s'accélérer en 2020, et cette année, il est absolument hors normes", déclare Emily Reichert, directrice générale de Greentown Labs, le plus grand incubateur de jeunes entreprises de technologies climatiques en Amérique du Nord. Comme Fennel, elle estime que bon nombre des technologies nécessaires pour atteindre les objectifs fixés n'existent pas encore. Cela ressemble à ce qu'a dit l'envoyé spécial des États-Unis pour l'urgence climatique, John Kerry, lorsqu'il a déclaré que la moitié des réductions nécessaires pour atteindre le zéro net "proviendront de technologies dont nous ne disposons pas encore".

Reichert a ajouté que "les solutions technologiques dont nous avons besoin pour lutter contre le changement climatique, certaines d'entre elles existent, mais beaucoup d'autres, à la fois progressives et perturbatrices, sont absolument nécessaires dès maintenant". Toutefois, l'accent n'est pas seulement mis sur les grandes innovations, mais aussi sur l'amélioration de certaines infrastructures existantes et leur développement. L'une des priorités est d'améliorer la fourniture des sources d'énergie existantes en cartographiant les ressources solaires ou en développant des éoliennes flottantes. L'amélioration de la capacité de charge des véhicules électriques, voire l'échange facile des batteries des voitures, comme cela se fait déjà en Chine, sont d'autres pistes de travail.
cop26-glasgow

Les grandes entreprises regardent en arrière pour éviter de répéter les erreurs commises il y a un peu plus de dix ans. Entre 2006 et 2011, les groupes de capital-risque ont investi plus de 25 milliards de dollars dans ces secteurs. La moitié de cette somme a été perdue, la faute à des marchés immatures et à des modèles d'innovation inadéquats. Aujourd'hui, John Weyant, professeur à l'université de Stanford et co-auteur du livre "Renewed Energy", estime que la situation actuelle n'a rien à voir avec ce qui s'est passé il y a quelques années, car la sensibilisation et l'intérêt pour le secteur ont fortement augmenté précisément en raison de l'inquiétude de l'opinion publique internationale.

protestas-g20-clima (1)

"Notre point de vue, en travaillant de l'intérieur (en référence à ce qui s'est passé entre 2006 et 2011), était que personne ne s'en souciait, que ce n'était pas couvert, que le public n'était pas si intéressé que ça", a déclaré Weyant. L'inquiétude et l'intérêt que l'on constate aujourd'hui constituent l'élan qui, selon de nombreux experts, faisait défaut il y a quelques années. Il est également vrai qu'à cette époque, la situation n'était pas aussi extrême qu'aujourd'hui, où la possibilité d'atteindre un point de non-retour est une éventualité qui, si l'on n'y remédie pas rapidement, deviendra une réalité dans un avenir très proche. C'est pourquoi les efforts ne cessent pas et les objectifs sont de plus en plus ambitieux.