PUBLICIDAD

Marruecos

Les milices irakiennes pro-iraniennes multiplient les menaces après la victoire d'Al Sadr

Le clerc chiite gagne à nouveau, obtenant 19 sièges de plus qu'en 2018
al-sadr

REUTERS/ALAA AL-MARJANI  -   Le clerc chiite irakien Muqtada al-Sadr s'exprime après l'annonce des résultats préliminaires des élections législatives en Irak, à Najaf, en Irak, le 11 octobre 2021.

Les résultats n'étaient pas encore connus lorsque différents secteurs de la politique irakienne ont qualifié les élections de dimanche dernier de peu crédibles. L'histoire de la fraude et de la manipulation des élections passées n'incitait pas à l'optimisme. Ce qui est clair, c'est que, dans un pays aussi faible sur le plan démocratique, les reproches ne pouvaient que venir d'un côté ou de l'autre, en fonction de la victoire électorale. En l'occurrence, il s'agit du religieux chiite Al Sadr, déjà victorieux en 2018 - même s'il n'a pas réussi à s'emparer du pouvoir - mais qui accroît désormais son influence, passant de 54 sièges à 73, selon les premiers résultats publiés par l'agence de presse étatique irakienne INA.

apoyo-al-sadr
AP/HADI MIZBAN - Les partisans du clerc chiite Muqtada al-Sadr célèbrent en tenant leurs pancartes, après l'annonce des résultats des élections parlementaires sur la place Tahrir, à Bagdad, en Irak, lundi 11 octobre 2021.

La victoire de Sadr pourrait donner à son parti l'élan dont il a besoin pour prendre enfin le pouvoir après avoir une fois de plus remporté le plus grand nombre de sièges, bien que les premières réactions - bien que les résultats définitifs n'aient pas encore été officiellement annoncés - ne semblent pas soutenir cette tendance. Au vu des résultats annoncés par l'INA, on pourrait penser que l'influence de l'Iran en Irak diminue, mais selon les observateurs, rien n'est moins vrai. Les partis pro-iraniens ont rapidement manifesté leur mécontentement, comme en témoigne le leader d'Al Fateh - l'un des partis soutenus par Téhéran - Hadi al Ameri.

"Nous n'acceptons pas ces résultats fabriqués et nous défendrons vigoureusement les votes de nos candidats et de nos électeurs", a déclaré al Ameri en référence aux premières nouvelles des résultats. De telles déclarations ne sont guère rassurantes dans un pays où la politique ne se limite pas aux salles du parlement. Les milices armées jouent un rôle essentiel sur la scène politique, ce à quoi al-Sadr a fait référence dans son premier discours après les élections, en déclarant que "l'État doit avoir le monopole de l'utilisation des armes", ce qui semble difficile à croire dans un pays comme l'Irak.

hadi-al-ameri-jefe-badr
AFP/ SABAH ARAR - Le conseiller à la sécurité nationale irakien Faleh Fayyad (R), qui est également chef de la Force de mobilisation populaire connue sous le nom de Hashed al-Shaabi, est assis à côté de Hadi al-Ameri, chef de l'organisation Badr et également chef des unités paramilitaires Hashed al-Shaabi.

De plus, les premiers mots du vainqueur de l'élection laissent entrevoir un rapprochement avec Washington plutôt qu'avec Téhéran. Sadr a déclaré qu'il n'interviendrait pas dans les décisions internes du gouvernement irakien, ajoutant qu'il "donnerait la priorité aux intérêts de l'Irak". L'éventuel rapprochement avec l'administration Biden n'a pas été bien accueilli par les milices pro-iraniennes, qui menacent d'une réponse armée à ce qu'elles considèrent comme un nouvel épisode de fraude électorale. Le chef des Kataeb Hezbollah - une milice pro-iranienne considérée comme une organisation terroriste par les États-Unis depuis 2009 - a déclaré qu'ils étaient prêts à défendre leur "entité sacrée".

Abu Ali al-Askari a également exprimé son désaccord avec les résultats des élections, déclarant que "ce qui s'est passé lors des élections représente la plus grande fraude et tromperie du peuple irakien dans l'histoire moderne". Les réactions au sein de la formation extrémiste ne sont pas très surprenantes. Leur préoccupation concernant la situation en Irak se limite aux intérêts du pays d'Ebrahim Raisi sur le territoire, ce qui ne devrait pas changer, malgré le déclin du soutien irakien aux formations pro-iraniennes.

elecciones-irak
PHOTO/REUTERS - Une femme irakienne se soumet à un scan d'empreintes digitales pour vérifier son identité avant de voter dans un bureau de vote lors des élections parlementaires, à Sadr City, Bagdad, Irak, le 10 octobre 2021.

L'ancien Premier ministre irakien pendant quatre ans (2014-2018), Haider Al-Abadi, a également publié un communiqué annonçant des mesures contre ceux qui ont procédé à la "manipulation" : "Nous annonçons notre défiance à l'égard des résultats annoncés et notre non-acceptation de ceux-ci, et nous prendrons toutes les mesures disponibles pour empêcher la manipulation des électeurs". Toutefois, la chef de la mission d'observation électorale de l'UE, Viola von Kramon, a indiqué que "les résultats peuvent être remis en question, mais ce que nous constatons d'un point de vue technique, c'est que le processus a été calme et ordonné".

Un scénario tendu et extrêmement complexe se profile à Bagdad. Avant même que les résultats officiels ne soient connus, les réactions ont fusé et les sonneries d'alarme ont retenti dans tous les coins du pays. L'incertitude règne dans les vallées irakiennes, où la population continue de souffrir de l'ineptie de ceux qui devraient défendre le peuple irakien et de l'absence de garanties démocratiques, qui ont fait chuter la participation aux élections à un niveau record. À peine neuf millions de personnes sur les 25 millions - soit un taux de participation de 41 % - autorisées à voter ont exercé leur droit de vote, ce qui témoigne de la lassitude d'une société qui aspire à sortir de l'une des pires crises qu'ait connues l'Irak.