PUBLICIDAD

Iberdrola

Les milices pro-iraniennes, la nouvelle menace pour l'Irak après le futur retrait des États-Unis

Avec le retrait imminent des troupes américaines, l'Irak est confronté à un nouveau scénario dans lequel les menaces des milices n'ont fait que se multiplier
milicias-iran-irak

PHOTO/REUTERS  -   Des troupes conjointes de l'armée irakienne et des forces de mobilisation populaire chiites (PMF) marchent pendant la lutte contre les militants de l'État islamique à Tal Afar, en Irak, le 26 août 2017

L'Irak, pays dont la population est à 60 % chiite, continue de compter un grand nombre de milices adeptes de cette branche de l'islam, qui inquiètent des pays comme les États-Unis en raison de leurs relations fluides avec l'Iran. Suite au départ des troupes étrangères du pays le 18 décembre 2011, date à laquelle la guerre d'Irak a pris fin, plusieurs groupes paramilitaires ont décidé de se regrouper avec deux objectifs : combattre la présence américaine sur leur sol et mettre fin à la menace du terrorisme de Daesh.

Sous le nom de Forces de mobilisation populaire (FMP), ces milices paramilitaires ont été créées conformément à la fatwa de l'ayatollah irakien Ali al-Sistani, qui stipulait l'accomplissement d'un "jihad nécessaire" pour défendre les villes irakiennes contre les menaces terroristes, en particulier Bagdad.

tropas-ejercito-irak
AFP/ AHMAD AL-RUBAYE - Des combattants chiites irakiens du groupe armé Nujaba défilent lors d'une parade militaire marquant la Journée internationale d'Al-Quds (Jérusalem) à Bagdad, le 31 mai 2019.

Cependant, ce groupe a réussi à s'implanter dans le pays grâce à un important trafic d'armes et à une idéologie marquée par le chiisme. Dans ce contexte, le groupe est également accusé d'accroître son pouvoir en Irak, renforçant ainsi l'influence de l'Iran dans la région.

Bien que les FMP aient mené d'importantes batailles contre Daesh, des organisations telles qu'Amnesty International ont accusé la coalition de commettre des crimes de guerre après avoir enlevé, torturé et tué des civils sunnites. Par ailleurs, l'un des groupes qui le composent, la milice Kata'ib Hizballah, le "Hezbollah irakien", qui compte actuellement 30 000 membres, est considéré comme une organisation terroriste par les États-Unis, les Émirats arabes unis et le Japon. 
 

milicias-irak-brigadas
AP/KHALID MOHAMMED - Des combattants de la milice soutenue par l'Iran marchent dans le centre de Bagdad, en Irak, le mardi 29 juin 2021.

Les Forces de Mobilisation Populaire sont un conglomérat de milices avec des différences importantes entre elles. Les plus notables d'entre elles sont le Kata'ib Hizballah, déjà mentionné, Asa'ib Ahl al-Haq, connu sous le nom de "Ligue des Justes", le mouvement al-Nujaba et la "Soraya al-Khorasani", des organisations dont on craint qu'elles puissent gravir les échelons des institutions irakiennes et étendre une importante influence iranienne dans un pays où le chiisme est fervent.

 Le Hezbollah d'Irak 

Cette branche des FMP est l'un des groupes armés les plus importants en Irak, et ne cache pas ses relations étroites avec l'Iran, recevant régulièrement des fonds, des armes et un soutien iranien. Fondé en 2003 après la chute de Saddam Hussein, le groupe avait pour objectif de se constituer pour étendre l'influence des chiites

desfile-iran-milicias
AP/HADI MIZBAN - Les forces de mobilisation populaire irakiennes défilent en tenant leur drapeau et des affiches de chefs spirituels chiites irakiens et iraniens lors de la journée d'al-Quds ou de Jérusalem, à Bagdad, en Irak.

Après sa formation, plusieurs bataillons ont vu le jour, tels que les "Brigades Abu al-Fadl al-Abbas", les "Brigades Karbala", les "Brigades Sajjad", les "Brigades Zayd bin Ali" et les "Brigades Ali al-Akbar", des factions armées qui adhèrent au chiisme. Sous le nom de "Hezbollah irakien", le groupe a été formé en 2007 dans le but initial de combattre la présence américaine avant de tenter de "travailler pour la République islamique en Irak", un projet qui visait à simuler la forme de gouvernement iranien. Deux ans plus tard, en 2009, les États-Unis ont ajouté la formation à leur liste de groupes terroristes.

Son ancien chef, Abou Mahdi al-Muhandis, a été tué dans un raid américain près de l'aéroport de Bagdad, ainsi que le commandant des forces Quds, Qasem Soleimani.

tropas-estadounidenses-irak
U.S. Army/Staff Sergeant Desmond Cassell/Task Force-Iraq Public Affairs/Handout via REUTERS - Photo d'archive, soldats de l'U.S. Army de la 1st Brigade, 25th Infantry Division, Task Force-Iraq.

Le groupe est également accusé d'être responsable de la tentative d'assassinat du Premier ministre irakien Mustafa Al-Kazemi, ce qu'il dément fermement.
 

La "Ligue des Justes"

Également connue sous le nom de réseau Khazali, la "ligue des justes" est une formation politique chiite irakienne qui a joué un rôle actif dans l'insurrection irakienne pendant la guerre civile, ainsi que dans la guerre civile syrienne. Le réseau a été financé et entraîné par les forces Quds d'Iran et a été crédité de plus de 6 000 attaques contre les forces américaines et occidentales. Ces attaques ont incité les États-Unis à envisager de la désigner comme une organisation terroriste, de même que deux de ses dirigeants les plus éminents, Qais al-Khazali et Laith al-Khazali, qui ont finalement été qualifiés de terroristes mondiaux.

portavoz-hizbula
PHOTO/REUTERS - Photo d'archive, Hashim al-Mousawi, le porte-parole officiel du Harakat Hezbollah al-Nujaba, s'exprime lors d'une conférence de presse à Bagdad, en Irak, le 23 novembre 2017.

En 2017, le groupe a fait le saut directement en politique après avoir formé un parti politique sous le même nom. Ses lignes politiques et idéologiques comprennent la défense et la glorification du moindre djihad, l'antisionisme et un fort antiaméricanisme, ainsi que le panislamisme, idée politique qui prône l'union de tous les musulmans du monde sous un même califat. 

Al Nujaba

Le "Mouvement du Parti des Nobles de Dieu" a actuellement une forte présence en Syrie. Comme les autres groupes, cette milice entretient des relations étroites avec l'Iran en termes d'idéologie, de financement et d'entraînement.

La HNN, connue sous son acronyme, a été la première milice à envoyer des combattants en Syrie et avait une forte présence dans l'offensive d'Alep Sud de 2015, ainsi qu'une participation active à l'offensive dans la campagne d'Alep Nord, où elle a réussi à briser le siège des villes à majorité chiite de Nubl et Zahraa.

milicianos-frontera-ciudad-irak
PHOTO/REUTERS - Des miliciens et des policiers chrétiens montent la garde devant une porte dans la ville chrétienne de Qaraqosh, en Irak, le 23 février 2021.
Soraya al -Khoranasi 

"Les compagnies Khorasan" ont joué un rôle de premier plan au cours de la guerre civile irakienne et syrienne. Son objectif est d'établir en Irak un gouvernement islamiste chiite fondé sur le "Velayat-e faqih", un terme de la charia qui prône une jurisprudence conservatrice, donnant la primauté aux personnalités religieuses sur le pouvoir politique.

Cette formation a joué un rôle de premier plan dans des batailles telles qu'Alep, Amerli et Tikrit et a lutté contre les menaces terroristes dans la région. Malgré cela, l'ONG Humans Rights Watch accuse la "compagnie" d'être impliquée dans la destruction de plusieurs villages arabes sunnites et dans des abus contre la population civile.

 Conséquences de la sortie américaine en Irak

Sous le prétexte de la possession présumée d'armes de destruction massive et de liens étroits avec Al-Qaida, qui n'ont pu être confirmés, l'administration Bush et une coalition occidentale ont décidé d'attaquer l'Irak dans le cadre de leur lutte contre l'"Axe du mal", ce qui a entraîné la chute du régime de Hussein et divisé le paysage international du XXIe siècle. 

bush-padre-irak
PHOTO/REUTERS - L'ancien président américain George W. Bush assiste à un événement commémorant le 20e anniversaire des attentats du 11 septembre 2001 au mémorial national du vol 93 à Stoystown, Pennsylvanie, États-Unis, le 11 septembre 2021.

La participation américaine ne devait durer que quelques mois. Toutefois, sa présence a été maintenue pendant sept années supplémentaires, période pendant laquelle elle a tenté de réorganiser l'armée et la police irakiennes, ainsi que de protéger la population civile. Contrairement au triomphe des troupes américaines en Irak avec la phrase désormais familière de Bush "mission accomplie", cette nouvelle mission était beaucoup plus difficile à exécuter.

Après des années d'intervention américaine, en 2011, le président américain de l'époque, Barack Obama, a ordonné le retrait des troupes, ce qu'il a dû annuler trois ans plus tard pour mener l'opération antiterroriste contre Daesh.

La présence américaine a été considérée avec suspicion par de nombreux Irakiens qui, poussés par la vengeance et les courants radicaux, ont créé des milices comme celles mentionnées ci-dessus, mais aussi de nouveaux groupes terroristes islamiques comme Daesh qui cherchent à établir leur vérité par la terreur, la violence et la misère.

Afin de lutter contre le terrorisme, les troupes américaines ont été maintenues à un niveau bien inférieur dans le pays, ce qui s'est également produit en Afghanistan. Leur départ en août dernier a permis aux talibans de prendre le pouvoir, plongeant la population dans une nouvelle ère sombre à laquelle elle avait cherché à mettre fin après la chute du premier gouvernement taliban et ouvrant le débat sur l'opportunité ou non de leur départ.

presidente-joe-biden
AP/ALEX BRANDON - Le président Joe Biden répond à une question sur la frontière américaine alors qu'il s'exprime dans la salle à manger d'État de la Maison Blanche, samedi 6 novembre 2021, à Washington.

En juillet dernier, le président américain Joe Biden a confirmé le retrait définitif des troupes américaines d'Irak, tout en soulignant que le pays continuera à bénéficier d'une présence permanente pour lutter contre le terrorisme. Tous les scénarios sont possibles. Les analystes craignent que la menace terroriste, comme en Afghanistan, ne se renforce. Si l'on ajoute à cela la présence d'importantes milices pro-iraniennes, on peut craindre que l'Iran soit en mesure de renforcer ses positions et d'infiltrer davantage les institutions irakiennes, malgré sa perte de pouvoir lors des dernières élections législatives d'octobre.

En outre, le renforcement de ces troupes pourrait affecter et influencer l'éventuel accord américain avec l'Iran, un processus dont les États-Unis ont déjà prévenu qu'il "ne sera pas ouvert éternellement". 

Après sa victoire électorale, le mandat du clerc chiite Muqtada al-Sadr devra faire face à l'un des défis qui aura les plus grandes conséquences politiques et sociales pour le pays dans un scénario où les menaces sont plus que constantes. Pendant ce temps, la population civile, fatiguée d'un système politique qui s'est montré incapable d'améliorer ses conditions de vie, s'éloigne de plus en plus de la participation politique tout en traînant le fardeau d'un pays qui, ces dernières décennies, n'a connu qu'un scénario de guerre.